Suis-je déjà un vieux con ?

Avis sur Tu ne tueras point

Avatar Ronald  Frangipane
Critique publiée par le

Il y a quelques mois déjà que je m'étais posé cette question, à la sortie du calamiteux Elle de Verhoeven. Mon incompréhension face à un film que je trouvais risible ne fut que décuplée quand je vis le consensus monstrueux qu'il se tapait, certains prétendant même qu'il méritait la Palme d'or. Et quand le dernier Refn sortit quelques semaines plus tard, je fus frappé de constater l'accueil tiédasse réservé à un délire filmique infiniment plus intéressant. Mais on aura le temps d'en reparler dans d'autres critiques. Le fait est que je me suis alors rendu compte d'une chose : il m'arrive d'être atterré par les réactions du public, que ce soit dans un extrême ou un autre, et je ne parle pas uniquement de SensCritique.

Qu'on se rassure, je ne vais pas gerber sur Tu ne tueras point, puisque c'est bien le sujet de cette critique; même si je me perds déjà. Contrairement à Verhoeven qui ratait tout ce qu'il entreprenait avec Elle, Gibson parvient aisément à mener son sujet d'un point A à un point B. Mais bordel qu'on est loin de la "claque" décrite par plusieurs critiques. L’interprétation est bonne, à commencer par Andrew Garfield qui porte le film sans trop de difficulté et montre qu'il faudra dorénavant compter avec lui, même si on commençait à s'en douter (cf Boy A et Never Let Me Go). Hugo Weaving est absolument magistral, Vince Vaughn étonne dans un registre où on ne l'attendait pas, et même Sam Worthington s'en sort avec les honneurs. C'est surtout la réalisation qui est aux fraises, n'en déplaise aux ardents défenseurs du film. Car si l'on excepte une ou deux scènes de batailles vraiment intenses (mais déjà vues dans Il faut sauver le soldat Ryan), le reste est bien fade et beaucoup trop plan-plan. On retrouve en fait les mêmes erreurs que dans La Passion du Christ, c'est-à-dire cette tendance qu'à Gibson à prendre les ralentis pour de vraies intentions de réalisation. Je ne parlerai même pas de la musique, générique au possible, qui me fait demander si le "compositeur" n'a pas simplement eu la flemme et s'est contenté de taper "musique de film de guerre" sur Google.

Ainsi, si l'on suit votre logique, ce film est mieux qu'Apocalypto ? Ben si, la moyenne est bien supérieure. Même si je n'ai pas vu ce dernier depuis quelques temps, il m'a au moins laissé une trace, un souvenir. Ce Tu ne tueras point, je l'ai vu il y a une semaine et je ne m'en souviens déjà quasiment plus. Car au final, ce n'est qu'un biopic à gros budget sans grand intérêt et assez oubliable, ce qui est bien dommage car j'en attendais pas mal au vu des premiers retours. Peut-être suis-je déjà un vieux con à 23 ans, ou bien le film n'est pas si bon que ça et comme l'Académie, vous vous laissez emballer par des biopics sans saveur ? Toujours est-il qu'il y a 10 fois plus d'intentions de réalisation dans une seule scène de The Neon Demon que dans tout ce film, ne vous en déplaise. Car c'est ça que je recherche, j'ai envie d'être bousculé, pas de voir un énième biopic sans une seule once d'originalité, et encore moins qu'on me foute des images archives pour me dire "t'as vu comme on a bien respecté l'histoire ?". Fallait faire un documentaire si tu voulais faire mumuse avec des images d'archive, Mel.

Mais ce qui me hérisse c'est que ça va encore aller gagner deux trois Oscars, et le cycle recommencera. Franchement les gars, on vaut mieux que ça, où est passé l'intérêt pour un cinéma exigeant et provocateur qui perdure au moins un temps, parce que là on est plus sur du divertissement sympatoche mais éphémère. Mais j'ai l'impression que ce n'est pas la dernière fois que je fais cette remarque tant le système semble être bloqué. Alors à nous de réagir et d'encenser des films qui le méritent vraiment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 339 fois
2 apprécient

Ronald Frangipane a ajouté ce film à 2 listes Tu ne tueras point

Autres actions de Ronald Frangipane Tu ne tueras point