Avis sur

Tu seras mon fils par Strangeek

Avatar Strangeek
Critique publiée par le

En s'immisçant dans un prestigieux vignoble girondin, Gille Legrand nous livre là un film très manichéen, peut être trop d'ailleurs, mais ce n'est qu'un détail qui fort heureusement n'est pas préjudiciable au film.

En effet, nous assistons à un duel entre un père représentant de manière assez sommaire le mal : impitoyable viticulteur, imposant et orgueilleux à souhait consacrant sa vie à bâtir un véritable empire et son fils, héritier malgré lui qui s'efface de manière presque désolante et systématique devant un homme qui n'hésite pas à le railler, le méprisant sans lui avoir réellement donner sa chance, tout un programme...

Le réalisateur part d'un postulat assez simple pour ne pas dire bateau mais qui au final s'avère fort intéressant, servi il faut le dire par un acteur absolument fabuleux...

Vous l'aurez compris, je fais allusion à un certain Niels Arestrup, déjà exceptionnel dans Un prophète, il récidive dans un rôle taillé sur mesure...
Eblouissant de talent et de charisme, il éclipse tout bonnement ses interlocuteurs en incarnant un homme d'affaire manipulateur et impitoyable, n'hésitant pas à renier sa propre chaire en se prenant d'affection pour le fils de son régisseur qui correspond parfaitement à l'archétype du fils parfait selon le soussigné Paul de Marseul.

Ce dernier n'ayant à présent qu'un seul but : faire partir son " vrai fils " du domaine pour laisser la place à son successeur tout désigné.
S'engage donc un bras de fer entre un père et son fils, nous offrant par la même occasion quelques scènes aux dialogues assez savoureux, avec toujours Lorant Deutsch dans le rôle de souffre-douleur encaissant les pics de son illustre paternel sans sourciller mais qui au fur et à mesure du film va prendre l'assurance nécessaire pour lui tenir tête...

Un mot sur l'autre personnage marquant, le régisseur du domaine et ami de toujours du propriétaire, en l'occurrence Patrick Chesnais, qui lui mise tout sur la retenue et la finesse, incarnant un homme gravement malade qui voit son fils lui glisser entre les doigts en se rapprochant de Paul.

On obtient donc un film plutôt touchant, à la distribution impeccable mais qui malheureusement n'aborde pas assez en profondeur les différents thèmes moraux. Par contre bon point au réalisateur qui a le mérite de nous faire découvrir un secteur très fermé, à savoir les vignobles et le buisness du vin dans son ensemble, sujet globalement peu traité au cinéma.

Force est de constater que Gilles Legrand gagne son pari, on passe un bon moment devant cette lutte de pouvoir entre père et fils, bien aidé par un acteur au sommet de son art...

A consommer sans modération !!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 481 fois
3 apprécient

Autres actions de Strangeek Tu seras mon fils