Avis sur

Tueurs nés par Mansfield

Avatar Mansfield
Critique publiée par le

Outre des qualités cinématographiques laissant à désirer (qualité de l'image, plan, musique), reconnaissons à ce film la qualité de faire réfléchir sur la place des médias et l'influence qu'ils ont sur nos petits cerveaux grandement influençables par la diversités des images qu'ils nous font ingurgiter nuits et jours. Faut-il tout montrer à la télé ? Y a t-il une limite médiatique à ne pas franchir ? Quel est le rôle du médias ?

Mickey et Mallory sont deux enfants perdus de la génération née vers 1970, génération post soixante-huitarde, et ayant grandis dans un milieu familial sordide et méprisant (viol, violence, reflet d'une image négative d'eux-même) , ne leur laissant que peu de chance de s'épanouir socialement. En effet, avec des parents psychopathes, comment ne pas le devenir à son tour ?

Outre cela, une réflexion sur le bien et le mal en perspective, tuer peut-il consister en une bonne action ? Les terroristes appliquent la doctrine du "tuer est bien dès lors que c'est le mal que l'on détruit" appliquant cela à l'acte de martyrs grandiloquents. Cette thèse s'oppose à la morale sociétale qui reste une morale allant de soi : tuer c'est mal et blâmable.

Mickey justifie le bain de sang comme les terroristes de Camus le ferait (en mieux) ici en proclamant le célèbre dicton biblique : "En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul ; mais, s'il meurt, il porte beaucoup de fruit" (Jean 12 :24). Toutefois, ici, il faudrait appliquer l'image du grain de blé aux 50morts, et l'on se demande bien comment leur morts peut "porter des fruits", puisque leur morts n'est pas le résultat de leur propre volonté suite à un long enseignement pour le Bien sur Terre, mais plutôt au désir bestial d'éliminer tout ce qui renvoie à l'autorité et à la règle dans la société par deux psychopathes que sont Mickey et Mallory.
On ne peut que regretter qu'ils aient mal tourné, et essayer de comprendre leur terrible déviance dans la haine de la société : conditionnement familiale, ségrégation de la société, incitation médiatique à créer l'exploit pour devenir des "héros" américains (puisqu'ils ne peuvent briller par leur intelligence, ils brillent en enfreignant les lois), et enfin, contexte historique de grand bouleversement mondial : les années 1990. Finalement, on retrouve le postulat philosophique selon lequel "de la société naît tous les maux". (l'homme ne naît pas mauvais, c'est la société _la culture_ qui engendre ses propres monstres). Tueurs Nés renverrait donc à cette croyance selon laquelle c'est naturellement ("dans les gênes") que se trouve le Mal, qu'il y a un destin dirigeant tout, une sorte de jansénisme : l'homme ne peut échapper au péché (Mal), qui est son destin.

Mais c'est bien connu, expliquer ce n'est en rien justifier des actes meurtriers. Le message de Tueurs Nés ne consiste pas en un éloge de ces deux terroristes mais bien d'un blâme de ces deux crapules, d'une part, mais surtout de la société qui "façonne" ses propres terroristes à partir d'individus perdus et marginaux. (on assiste à une inflation des crimes, au fur et à mesure que leurs actes sont médiatisés : dictature de l'audimat oblige).
Toutefois, il ne faut pas croire en un "destin", en une prédilection à la naissance : postuler la liberté l'homme peut lui permettre d'échapper à ce "déterminisme" malveillant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 253 fois
1 apprécie

Autres actions de Mansfield Tueurs nés