Avis sur

Turbo Kid par Jérôme Richenauer

Avatar Jérôme Richenauer
Critique publiée par le

1997, le futur. Ouais, cherchez pas, le film datant de 2015. Donc, le futur est dans un sale état. Ce qui reste de l'humanité subit des pluies acides alors qu'ils sont en plein hiver nucléaire. Enfin, un hiver nucléaire fauché, mais quand même. Donc dans ce monde réjouissant, the kid, fan d'un comics de super héros, survit en récupérant des trucs alors que la région est sous la botte d'un tyran, Zeus. Jusqu'au jour où il rencontre Apple, une jeune fille qui ne tardera pas à se faire enlevée par ledit méchant.
Bon, vous le sentez venir, l'hommage aux années 80 comme il en pullule depuis un moment ? Bon, au bénéfice du film, en 2015 on en était pas encore à l'overdose. De plus, le parti prit est différent.
Nous ne sommes pas sur de la référence au cinéma de la Ambin comme on en voit beaucoup. Non, la première référence qui te saute au visage, c'est Mad Max. Mais un mad max fauché, où à la place des machines de guerre qui leur sert de véhicule, ils ont ici des vélos. Et le film assume totalement, ce qui fait un décalage entre la réalité de ce qui se passe et la manière de filmer, avec des ralentis qui se veulent épique, ce qui donne un bon ressort humoristique. Mais le film à d'autres influences.
Le film est une coréalisation canadienne et néo-zélandaise. Vous connaissez un réalisateur néo-zélandais ? Ouais, Peter Jackson... Et non, ils ne vont pas faire référence à Lotr où à son cinéma plus gentil. Leur principale référence, quand vient la baston, c'est le Peter Jackson de Bad Taste où de Brain Dead... Et c'est là qu'on voit que le film vise les gens ayant vécus cette époque, car il n'est clairement pas pour les enfants. C'est gore, très gore, de ce gore tellement exagéré que ça en devient très drôle. Ce gore a été le principal moteur de mes éclats de rire.
C'est ce grand écart entre cinéma visuellement naïf et une vision bien gore et violente qui fait de ce film, pour moi, une grande réussite, malgré les défauts comme un grand stéréotypage (ça existe comme mot? ) des personnages et un côté vraiment fauché (mais assumé).
un très bon moment de cinéma pour moi.

outbuster
Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 89 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jérôme Richenauer Turbo Kid