Incommunicabilité et tension psychologique

Avis sur Un cœur en hiver

Avatar Alexandre Katenidis
Critique publiée par le

Deux luthiers réputés profitent de leur longue amitié en collaborant ensemble. Si Maxime se montre en commercial volubile à l’écoute de ses clients (M. André Dussollier), Stéphane paraît plus introverti et reste plus concentré sur les violons qu’il fabrique (M. Daniel Auteuil). Cette passion est percée à jour par Camille, une jeune virtuose (Mme Emmanuelle Béart), qui souhaite manifestement comprendre le mécanisme de cette froide maladresse formelle. Or, elle n’arrive manifestement pas à briser la glace qu’abrite un homme muré, passablement mal à l’aise avec l’emploi des sentiments.
Cette incommunicabilité du protagoniste en-dehors de cette passion formelle pour le violon dresse un portrait profond et sensible de cette sorte de handicapé social. La description des difficultés relationnelles qui s’ensuivent contribue à établir un film certes austère mais dense en émotions et en tension psychologique.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 106 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Alexandre Katenidis Un cœur en hiver