Ce site utilise des cookies, afin de vous permettre de naviguer en restant connecté à votre compte, de recueillir des statistiques de fréquentation et de navigation sur le site, et de vous proposer des publicités ciblées et limitées. Vous pouvez accepter leur dépôt en changeant de page ou en cliquant sur le bouton “Oui J’accepte”.
Oui J'accepte
Affiche Un, deux, trois

Critiques de Un, deux, trois

Film de (1961)

  • 1
  • 2

Critique de Un, deux, trois par raisin_ver

Film fou et porté par l'éblouissant James Cagney, Un deux trois monte crescendo alors qu'il démarre déjà sur un rythme endiablé. Les trente dernières minutes sont d'ailleurs monumentales tant il se passe de choses toutes plus improbables alors que la maîtrise du film par Wilder est exemplaire, elle fait même oublier les fades Otto Piffl, Scarlett Hazeltine et Phyllis MacNamara emportés par... Lire la critique de Un, deux, trois

21 3
Avatar raisin_ver
7
raisin_ver ·

Put your pants on, Spartacus !

J'imagine les réunions d'écriture autour du scénario : comment rendre chaude la guerre froide ? Comment brasser tous les clichés liés au communisme et au capitalisme, et les faire valser sur fond d'intrigue amoureuse (la fille du grand patron de Coca-Cola s'est marié en secret à un communiste patenté et est tombée enceinte : comment le chef de la firme de Berlin Ouest va-t-il réussi à enrober... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

8
Avatar LongJaneSilver
9
LongJaneSilver ·

Pour les orphelins de Marx et du Coca-Cola

Le directeur d’un certain breuvage typiquement américain à Berlin-Ouest reçoit un jour la mission de faire le chaperon pour la fille de son patron, venue exécuter un tour d'Europe, dans le temps même où il négocie avec les Russes la vente de son produit. La demoiselle, fort explosive, se laisse séduire par un communiste allemand de Berlin-Est. Lorsqu'elle reparaît, mariée à ce "farouche... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

8
Avatar Thaddeus
9
Thaddeus ·

Un, deux, trois (1961)

Il s'agit d'une comédie filmée en noir et blanc et qui dure un peu moins de deux heures. Le scénario est très marqué politiquement : l'histoire se déroule en pleine guerre froide à Berlin à l'époque de la construction du mur séparant la ville en deux : l'ouest capitaliste et l'est communiste. Mac Namara est le dirigeant de la firme Coca Cola à Berlin et il voudrait conquérir le marché de l'est.... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

3
Avatar greenwich
7
greenwich ·

Critique de Un, deux, trois par Alligator

Comédie ultra trépidante, lancée à 100 à l'heure par un James Cagney qui réussit là à placer sa trogne et son sourire carnassier sur une autre voix que celle de la terreur criminelle, plutôt sur celle de l'avidité d'un arriviste manqué dont l'objectif semble sur le point d'être atteint. Près de son climax, enfin, McNamara puisqu'il s'appelle ainsi, atteint des degrés extatiques de pré-jouissance... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

1
Avatar Alligator
8
Alligator ·

à l'est, ils ont le caviar

J'ignore si la danse des sabres de Khatchaturian était aussi connue à l'époque, mais ce film lui emprunte bel et bien son rythme frénétique. J'ai du mal à percevoir la structure de ce film foisonnant, mais il obéit à une certaine règle : chaque solution apporte son ou ses nouveaux problèmes. Le personnage central, incarné par un James Cagney fulminant, est un improvisateur génial qui mène... Lire la critique de Un, deux, trois

2
Avatar Chaton_Marmot
10
Chaton_Marmot ·

UN, DEUX, TROIS de Billy Wilder

Film fou, fou, fou sur un rythme infernal. Si la satire flingue à bras raccourci le communisme devenu depuis 15 ans le mal absolu pour les américains, d’une façon plus subtile elle n’épargne pas le capitalisme. Ce n’est pas un hasard si c’est l’entreprise Coca-Cola fleuron des entreprises américaines qui illustre l’entreprise en recherche d’expansion. I.A.L. Diamond et Billy Wilder adaptent... Lire la critique de Un, deux, trois

2 1
Avatar littlebigxav
8
littlebigxav ·

Ne m'en veux pas trop mon cher Plume231

Des fois on sait parfaitement dire pourquoi on a aimé ou détesté un film des fois on a franchement du mal comme pour moi avec Un, deux, trois de Billy Wilder. De manière fondamentalement objective ce n'est pas une mauvaise comédie, l'histoire est bonne, les acteurs font du bon travail notamment James Cagney et chose la plus importante cette comédie a du rythme pourtant de manière... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

2
Avatar AMCHI
5
AMCHI ·

Tourbillon insensé

Sans doute l'un des Billy Wilder les plus "purement" comiques, ce "Un, Deux, Trois" est un épuisant exercice de frénésie, qui s'aventure sur le terrain royal des screwball comedies de Hawks : non dénué d'arrière plan politique (la critique du capitalisme sauvage américain est d'ailleurs restée plus moderne que les blagues faciles sur le délabrement... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

Avatar Eric Pokespagne
7
Eric Pokespagne ·

Capitalisme et communisme.

Billy Wilder fait s'entrechoquer deux mondes, le capitalisme et le communisme. Dans une comédie écrite avec une parfaite précision, dont le rythme soutenu ne laisse pas un instant de répit à son spectateur. La critique des deux univers pique avec précision les travers de ces deux sociétés. La mise en scène et l'image sont également très bonnes, donc impossible de ne pas apprécier ce film qui... Lire l'avis à propos de Un, deux, trois

Avatar Heurt
9
Heurt ·
  • 1
  • 2