Marx Brothers mineur qui condense tout ce qui fait leur cinéma. Le film met un certain temps à démarrer mais le final est tellement grand-guignolesque que même sans être le plus impressionnant de tous ça vaut très clairement le détour, à peu près dès que Margaret Dumont entre en scène.


Si le film contient tout ce qui fait un Marx Brothers c'est autant ses défauts que ses qualités, sans que les uns comme les autres soient exacerbés.


On part d'une enquête policière où Groucho va essayer de faire de son mieux tout en étant totalement imprévisible, Chicho va lui mettre des battons dans les roues et Harpo va en mettre aux deux en ne prenant que des mauvaises décisions. Comme toujours on se fiche pas mal de l'intrigue, elle est relativement simple mais donne lieu à des situations improbables.


On a des cabines de trains, ici celle des deux voleurs donnent lieu à des séquences d'anthologie, une pour un nain qui est joué par un gamin avec Harpo qui éternue et va propulsé tout le mobilier, Chico qui percute tellement pas les techniques tellement évidentes de Groucho pour le faire avouer. Et puis juste avoir choisi un gamin comme acteur on aura beau dire que c'est pour plaire à un public jeune mais ça crée un tel décalage, tu vois le marmot de 10 ans en train de fumer un cigare avec Groucho c'est juste énorme.


L'autre séquence c'est celle dans la cabine du Goliath, on a affaire à un numéro de Chico et Harpo comme seulement eux ont le savoir faire, c'est tellement absurde et improbable que c'est assez fendard, après je ne dis pas que ce soit dans Soupe au canard ou d'autres de leur film ça va plus loin et plus fort, ça s'enchaine mieux et on a vrai comique visuel dans l'enchainement des actions, alors que là les situations n'ont pas vraiment de lien logiques entre elles.


Et enfin on a ce final où les mecs veulent faire faire s'incruster incognito un cirque dans la cour d'un château avec une soirée mondaine. Les situations sont tellement étonnantes, avec Harpo qui fait l'autruche, puis les quiproquo entre Groucho et Margaret Dumont lorsque la girafe vient la léchouillée ou que l'éléphant lui coupe la parole et que Groucho te sort un "I must quote that".


Je dirais qu'en dehors de ces trois scènes, le film est quand même très mollasson et même si ça m'a fait plaisir de retrouver l'otarie de Harpo et de voir Chicho jouer du piano comme un dieu, que j'ai explosé de rire à la première apparition de Groucho et à sa première réplique avec sa démarche qui devient une parodie du burlesque, ses regards caméra (le mec fait ça dans les années 30), les analogies entre le trio et les animaux quand ils (les animaux) imitent leur démarche (aux frères), je crois même que le film se place dans la continuité d'un autre lorsque Groucho rencontre Margaret et qu'il la confond avec une autre en lui chantant des chansons, je me demande si ça ne fait pas référence à Chercheurs d'or, également réalisé par Edward Buzell... et bien je dois admettre que l'ennui est bel et bien là. Et ça c'est le reproche que je ne cesserait jamais de leur faire, ils ont beau être les plus anarchistes du cinéma burlesque, jamais ils n'ont su s'entourer d'un réalisateur de leur trempe, capable de donner une forme unique à leur délire, qui aille jusqu'à expérimenter visuellement pour déconstruire le cinéma jusque dans sa forme même (même McCarey n'y est pas arrivé alors que c'est clairement le meilleur réal avec qui ils ont travaillé).


Néanmoins ça vaut le détour, trois bonnes scènes et aucune mauvaise, je recommande.

Rubedo
7
Écrit par

Le 19 mars 2017

1 j'aime

Un jour au cirque
SanFelice
7

Critique de Un jour au cirque par SanFelice

Ceux qui connaissent déjà les Marx Brothers retrouveront ici les gags habituels des frangins. Ceux qui ne les connaissent pas trouveront ici une assez bonne introduction à leur œuvre. Et même si ce...

il y a 9 ans

6 j'aime

2

Un jour au cirque
Rubedo
7

"Is it all there ?"

Marx Brothers mineur qui condense tout ce qui fait leur cinéma. Le film met un certain temps à démarrer mais le final est tellement grand-guignolesque que même sans être le plus impressionnant de...

il y a 5 ans

1 j'aime

Un jour au cirque
estonius
8

Un bon Marx Brothers

Un Marx Brothers de bonne facture qui a le mérite d'être très peu parasité par le sempiternel épisode "sentimental". Si certains scènes n'évitent pas une relative lourdeur d'autres sont anthologiques...

il y a 3 ans

Avengers: Infinity War
Rubedo
4

SVP donnez moi la licence et je vous fais un bon film

A la réflexion ça touche vraiment là où il faut dans le côté hécatombe nihiliste et ce, malgré la linéarité fatidique du scénario - à double tranchant donc : instaurer un fatum à toute épreuve, mais...

il y a 4 ans

14 j'aime

Le Réactionnaire authentique
Rubedo
9

"[...] livre non pas linéaire, mais concentrique."

Si je devais recommander la lecture de Davila (il m'en voudrait je pense) je dirais de commencer par Les Horreurs de la démocratie, où il concentre beaucoup plus d'idées ce qui permet d'en ressortir...

il y a 5 ans

8 j'aime

La France contre les robots
Rubedo
8

Critique de La France contre les robots par Rubedo

C'est un cri de détresse troublant et magnifique. "Ce qui fait l'unité de la civilisation capitaliste, c'est l'esprit qui l'anime, c'est l'homme qu'elle a formé. Il est ridicule de parler des...

il y a 5 ans

8 j'aime