Woody sort ses dents en mousse, délègue son cynisme, sacre "Miss Agricole" sa seule recrue volontair

Avis sur Un jour de pluie à New York

Avatar Zogarok
Critique publiée par le

Naturellement il est bon de soutenir Woody Allen afin de garnir ses films et nos écrans de jeunes starlettes infantilisées ou dévêtues. Mais hormis ses adeptes et les gens sensibles aux principales recrues (et Elle Fanning en a d'affreuses sales et affamées, peut-être autant qu'Emma Stone), sa première livraison de carrière post-américaine n'a rien pour convaincre. Et pour séduire comme en général, rien de neuf.

Le scénario paresseux pousse les clichés jusqu'à patauger dans l'incohérence. On peut mettre sur le compte de l'impressionnabilité ou de la boisson des erreurs d'Ashleigh, puis finalement non, elle est simplement le réceptacle d'amertumes et de procès décalés en niaiserie. La fille parfaite selon Neon Demon est de loin la plus dévouée et mieux installée dans son rôle, face à un Chalamet décent dans un costume que son allure rend tout de même factice et désespérément creuse. L'usage de Selena Gomez est autrement bancal. La complaisance envers son personnage, la flatterie envers son supposé charisme sexuel et la volonté de la plier à un tel rôle sont de mystérieuses inspirations. Elle n'est pas spécialement mauvaise mais il y a des questions à se poser du côté de la direction voire de la notion d'acteur (pourtant Blue Jasmine est encore récent).

Cette interrogation peut être poussée à d'autres niveaux puisque le film va laisser en plan les intrigues croisées et les trajectoires de tous. Celle de Chalamet est une pâle exception – le devoir de légèreté ! C'est à se demander si ce Jour de pluie a été remonté pour mieux marquer le cynisme et le dédain de son créateur envers son milieu d'origine. Au cours de ce long périple le monde des arts et du cinéma apparaît bête et pimpant, tout en étant trop fade pour accoucher de grands ou beaux monstres. Par lubricité ou en raison d'impératifs mondains ou de pseudo-création, on balaie les questions de la journaliste de bonne volonté qui persiste à voir un génie tourmenté. Réduire le monde du spectacle, même celui des coulisses, à une cohorte de sous-businessman sur-friqués et vaniteux est certainement une bonne chose depuis la lucarne de Woody Allen, son peuple, ses collègues et ex-amis éclairés. Mais au lieu d'allumer des lanternes ou de savoureusement régler des comptes, ça ne conduit qu'à sacraliser une éthique bobo ultime.

Notre petit héros appartient à la haute bourgeoisie, est couvert de privilèges mais il est trop libre et authentiquement sophistiqué pour ça et choisis donc une vie de bohème – insérée en belle carte postale à New York, l'après-midi dans les endroits chics, le soir dans les cafés d'artiste, le réveil à l'hôtel sans le matin-vomi. Même les habituelles petites livraisons comme Scoop sont bien plus significatives et pour le style on redescend à un niveau intermédiaire après le beau Wonder Wheel. Reste la petite musique allenienne, son rythme, le charme des acteurs davantage que leurs personnages excessifs, certaines pointes d'humour mais quand il se fait crû plutôt que réjoui par son ironie – badine heureusement sinon c'était gênant, à la manière des blagues sur les blondes (comme ce poids mort lamentable dans Three Billboards alors que l'actrice a montré l'étendue de son talent un an après via Ready or Not).

https://zogarok.wordpress.com/2019/09/19/un-jour-de-pluie-a-new-york/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 372 fois
3 apprécient · 3 n'apprécient pas

Zogarok a ajouté ce film à 12 listes Un jour de pluie à New York

Autres actions de Zogarok Un jour de pluie à New York