La critique sans fin

Avis sur Un jour sans fin

Avatar Watchsky
Critique publiée par le

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Je me réveillai de bonne heure en cette douce matinée du 15 août afin de rédiger une nouvelle critique sur le film Un jour sans fin, comédie culte des années 90 réalisée par Harold Ramis. Je m'installai à mon bureau et commençai à taper les premières lignes sur mon clavier lorsque soudain, une envie irrépressible de m'endormir s'empara de moi. J'avais sans doute dû veiller trop tard la veille. Luttant contre la fatigue, je ne tins malheureusement pas longtemps et finis par m'écrouler devant l'écran de mon ordinateur...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 313 fois
20 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Watchsky Un jour sans fin