Mini-Dodeskaden

Avis sur Un merveilleux dimanche

Avatar KingRabbit
Critique publiée par le

Après des débuts assez laborieux, les deux "légendes du grand judo" étant plutôt marrantes mais parfaitement dispensables, deux films de propagandes que je n'ai pas vus, et deux purges que je ne voudrais revoir pour rien au monde "Les hommes qui marchèrent sur la queue du tigre", et "Je ne regrette rien de ma jeunesse", Enfin...
ça décolle (un peu) dans la carrière de Kurosawa (je rappelle que je suis en train de regarder sa filmo dans l'ordre chronologique).

Le film démarre comme une chronique néoréaliste typique, avec un argument scénaristique mince voire inexistant:

Un homme et une femme en couple, que vont-ils pouvoir faire pour passer le temps durant cette journée de liberté (dimanche), alors qu'ils n'ont que 35 malheureux yens en poche ?

Jouer au baseball avec des gosses et casser malencontreusement une vitre, faire des plans sur la comète, rêver d'une maison commune alors qu'ils sont sans le sous, se fâcher (pas bien compris pourquoi d'ailleurs), prendre un café, et encore rêver...

Dit comme ça, je le concède, ça ne doit pas faire très envie.
Mais d'abord, le duo d'acteur est plutôt étonnant de justesse (et ça déjà, ça fait une grosse différence avec les films qui précèdent), à part une ou deux exceptions (j'y reviendrai).

Ensuite, Kurosawa nous dépeint un univers finalement très occidentalisé, voire américanisé, notamment à l'aide de la musique (on entend beaucoup Carmen de Bizet, dont le fameux toreador qui donne un style fou au film), aux lieux visités (une "boîte de nuit" select), même la mise en scène, le travail sur la caméra beaucoup plus poussé (les premiers vrais travellings!!!! ça fait plaisir!)

Bref, une belle petite ambiance assez immersive..

... Contredite par un énorme ventre mou vers le milieu du film, où nos deux personnages restent prostrés dans une pièce pendant une bonne vingtaine de minutes (ce qui peut renvoyer à une figure là aussi qu'affectionne Kurosawa et qu'on retrouve dans "je ne regrette pas ma jeunesse", avec le personnage du beau-père, ou encore dans Dodeskaden avec l'homme qui ne parle plus), avant que l'héroïne ne se mette à surchouiner comme un loup qui hurlerait à la mort.

Mais, du néoréalisme classique et dépressif (qui ne m'intéresse pas des masses en soi), de la chronique sociale, du compte-rendu objectif du Japon d'après-guerre dévasté, le film dérive soudainement vers la fantasmagorie et l'onirisme.

Soudain, les décors naturels de la ville, sont remplacés par des décors de studios (et la crise du couple lors du ventre mou du film est l'instant clé du basculement) avec des arrières plans peints (et magnifiques, car ils confèrent une nouvelle ambiance très particulière) et donc factices.

Les personnages luttant contre la misère, convoquent leur imaginaire, quitte à naviguer dangereusement sur la frontière de la folie. Et ça, c'est Dodeskaden avant l'heure.

On a comme ça des figures récurrentes : le train symbole d'évasion, invisible, et pourtant on entend son bruitage dans la diégèse du film..

Et comme dans Dodeskaden, les personnages vont s'auto persuader que leurs rêves existent réellement, ce qui donne lieu à ces scènes surréalistes où ils miment qu'ils tiennent un café, ou encore qu'ils dirigent un orchestre symphonique dans un amphithéâtre en plein air, la nuit tombée, et le vent faisant voler les feuilles (avec des travellings aériens sublimes), alors qu'il n'y a rien, si ce n'est des ruines, autour d'eux.

Mais le film est, à mon sens, beaucoup plus optimiste que Dodeskaden qui avait dépassé le degré de la désespérance ultime, et où il y avait une incommunicabilité absolue entre des personnages quasi zombifiés.

Ici, ils sont en vie, ils parlent, ils communiquent, ils ne se comprennent pas toujours, ils s'agaçent, ils se contredisent, ils se découragent, et ils reprennent espoir.
Bref, c'est dans le fond un vrai joli message de compassion qui est véhiculé par le film, même s'il souffre de sérieuses longueurs avec parfois un léger risque de tire-larmes.

PS : Le film est facilement trouvable sur la toile en superbe qualité, et avec sous-titres français, donc si vous êtes des fans de Kurosawa (ce qui n'est pas encore mon cas), et que vous n'allez pas le voir, vous êtes inexcusable.

NB : Raymond Domenech devrait aimer ce film, puisqu'il a fait la même chose que l'un des protagonistes : acheter des billets d'un spectacle pour les revendre pas loin et en douce, plus chers.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 777 fois
20 apprécient

KingRabbit a ajouté ce film à 2 listes Un merveilleux dimanche

Autres actions de KingRabbit Un merveilleux dimanche