Une femme admirable et bouleversante

Avis sur Un peu de soleil dans l'eau froide

Avatar Chicago
Critique publiée par le

Inconnue, elle était ma forme préférée,
Je n’avais pas le souci d’être un homme,
Et, vain, je m’étonne d’avoir eu à subir
Mon désir comme un peu de soleil dans l’eau froide. Paul Eluard.

Lassé de sa vie stressante, de son métier, de ses amis, de sa maîtresse, Gilles, journaliste parisien, quitte Paris et va se réfugier à Limoges. Alors qu’il peine à se reconstruire aux côtés de sa soeur, il rencontre Nathalie. Nathalie qui lui offre sa générosité, son honnêteté et son sens de l’absolu. Rentré à Paris, Gilles réalise que Nathalie lui manque…
Romantique, sensuel, très joliment mis en scène, photographié et mis en musique par Michel Legrand, Un peu de soleil dans l’eau froide croise les portraits d’un homme et d’une femme qui vont très vite tomber amoureux, mais qui vont être rapidement rattrapés par la routine et l’inexorabilité de la passion.Un film pour moi qui me parle, l'interprétation de Claudine Auger en femme qui se donne éperdument a ce jeune homme
Contrairement à ce qui a été dit ou écrit, Marc Porel est très convaincant dans le rôle du jeune homme dépressif qui va retrouver (momentanément) goût à la vie avec Nathalie (bouleversante Claudine Auger), une femme de province mariée, intransigeante et idéaliste. Pour l’anecdote, notons les apparitions furtives mais marquantes du jeune Gérard Depardieu et de la sexy Barbara Bach, qui allait devenir une mythique James Bond Girl quelques années après dans L’Espion qui m’aimait.
Un peu de soleil dans l’eau froide est souvent et d’ailleurs scandaleusement oublié dans la filmographie du grand Jacques Deray. Il est aujourd’hui indispensable de le redécouvrir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 716 fois
7 apprécient

Chicago a ajouté ce film à 2 listes Un peu de soleil dans l'eau froide

Autres actions de Chicago Un peu de soleil dans l'eau froide