La vacuité guidant Schoeller.

Avis sur Un peuple et son roi

Avatar Adrien Garraud
Critique publiée par le

Critique initialement publiée sur le con, le culte et les écrans.

Réaliser une fresque historique est une tache ardue, beaucoup essaye, peu réussisse. Pourtant, c'est l'ambition de Pierre Schoeller ( réalisateur de l'excellent « L'exercice de l'état ») que de retracer la révolution Française de la chute de la bastille à la chute de la Caboche royale de Louis XVI. Pour ce faire, il va s'entourer d'une pléthore d'acteurs ( Ulliel, Gourmet, Haenel) et le constat est sans appel : tous s'en tire admirablement bien si on accepte le postulat de théâtre filmé. Niveau visuel le sans faute est proche avec des décors de toutes beauté, des couleurs incroyable et une composition de plan plus proche du tableau que de l'épisode de Joséphine ange gardien. Le son est lui aussi inattaquable en texturant le film de ses bruits d'étoffes et de vie commune.

D'une générosité technique rare, le film l'est tout autant sur le fond et l'est même (beaucoup) trop. Documentaire historique, fresque humaniste, thriller politique ou drame social, le film coche toute ces cases mais ne remplit à chaque fois que partiellement le contrat. A trop vouloir tout faire, il ne fait rien de bien. L'audace est bien entendu à saluer, le résultat beaucoup moins.

Sont en cause le manque de liant entre les scènes, le peu d'approfondissement des personnages ou encore les scènes d'actions calamiteuse. En résulte un projet sacrifié sur l'autel du toujours plus, un ready player one de l'histoire qui vise le soleil en se jetant de l'allume feu sur les ailes.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 64 fois
Aucun vote pour le moment

Adrien Garraud a ajouté ce film à 1 liste Un peuple et son roi

Autres actions de Adrien Garraud Un peuple et son roi