👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

L’authenticité. C’est probablement ce qui caractérise le mieux Un Singe en Hiver, film d’Henri Verneuil qui choisit ici comme têtes d’affiche un jeune acteur en devenir un un vieux briscard qui a déjà marqué l’histoire du cinéma. En dépit de son apparence toute simple, c’est bien plus que cela.

Un Singe en Hiver représente ce que le cinéma français de l’époque, et même le cinéma français en général, sait faire de mieux : être authentique. Le film nous présente ici deux personnages relativement différents, avec d’un côté un vieux maître d’hôtel qui a notamment fait son service militaire en Chine, et connu la guerre, et un jeune publicitaire plein de rêves et d’ambition. Pourtant, malgré ces différences apparentes, les deux personnages se ressemblent à de nombreux égards. En effet, ils aspirent à la liberté, à la réalisation de leurs rêves, mais sont tous les deux entravés par le monde qui les entoure, et par leur propre conscience.

D’un côté, Albert Quentin (Jean Gabin), ayant cessé toute consommation d’alcool suite à une promesse faite à sa femme, semble plutôt à l’aise dans sa vie, mais la nostalgie le hante, notamment à travers les récits de ses aventures en Chine, et c’est à travers le personnage de Gabriel (Jean-Paul Belmondo) que cette nostalgie va resurgir de plus belle. De son côté, Gabriel rêve d’aller en Espagne et de devenir matador, mais il a une fille dont il doit s’occuper, cependant il en est incapable. C’est donc la quête de nos rêves, tant à partir de nos souvenirs que de nos aspirations, qui est ici traitée, laquelle est généralisée par Verneuil à travers le personnage de Landru, qui saisit la première occasion de faire exploser ses vieux feux d’artifice avec Albert et Gabriel.

Ce qui est très intéressant avec Un Singe en Hiver, c’est bien sûr sa thématique, mais également la maîtrise avec laquelle Henri Verneuil parvient à la traiter, avec l’aide des excellents dialogues de l’éminent Michel Audiard. Ce mélange permet de parfaitement ressentir les émotions des personnages, de partager leur tristesse et leurs espoirs, de presque devenir amis avec eux. Même s’il n’a fait que raconter son passé, on a l’impression d’avoir déjà côtoyé Albert de longues années. Cette authenticité permet d’établir une vraie proximité avec le spectateur et de lui permettre de s’identifier avec tous ces personnages plus vrais que nature.

Un Singe en Hiver est un film vrai, qui parvient à saisir la réalité, à confronter passé et futur pour remettre en question le présent, à transformer une simple rencontre en un hymne à la vie et à la liberté. Voilà un beau film qui donne ses lettres de noblesse au cinéma français, le cinéma de notre monde et de l’humain.

il y a 5 ans

3 j'aime

Un singe en hiver
SBoisse
10

Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature...

Lire la critique

il y a 6 ans

65 j'aime

7

Un singe en hiver
Alexandre_Bainé
10

Vague à l'âme

Adapté du roman éponyme d'Antoine Blondin ayant reçu le prix Interallié en 1959, Un singe en hiver réunit pour l'unique fois la star du cinéma français et la vedette de la Nouvelle Vague. Au début du...

Lire la critique

il y a 7 ans

65 j'aime

13

Un singe en hiver
JZD
10

Mourir saoûl, c'est mourir debout !

Je vous accorde que j'avais sans doute terriblement soif, avant de commencer ; peut être que le film ne vaut pas tant, mais est-ce important ? Ce film est la rencontre entre deux alcoolismes, entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

64 j'aime

17

Alien: Covenant
JKDZ29
7

Chronique d'une saga enlisée et d'un opus détesté

A peine est-il sorti, que je vois déjà un nombre incalculable de critiques assassines venir accabler Alien : Covenant. Après le très contesté Prometheus, Ridley Scott se serait-il encore fourvoyé ...

Lire la critique

il y a 5 ans

74 j'aime

17

The Lighthouse
JKDZ29
8

Plein phare

Dès l’annonce de sa présence à la Quinzaine des Réalisateurs cette année, The Lighthouse a figuré parmi mes immanquables de ce Festival. Certes, je n’avais pas vu The Witch, mais le simple énoncé de...

Lire la critique

il y a 3 ans

73 j'aime

10

Burning
JKDZ29
7
Burning

De la suggestion naît le doute

De récentes découvertes telles que Memoir of a Murderer et A Taxi Driver m’ont rappelé la richesse du cinéma sud-coréen et son style tout à fait particulier et attrayant. La présence de Burning dans...

Lire la critique

il y a 4 ans

41 j'aime

5