👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ce film est aussi joli que bon, un peu comme une belle bouteille achetée dans une cave de Provence. C'est drôle parce que j'ai eu la chance de le voir avec mon père et, en même temps qu'on assistait à un moment important du cinéma français, un rapport entre deux êtres se filait de manière similaire dans et devant la télévision.

J'entends par là que ce film est immédiatement devenu un souvenir tendre pour la beauté du lien entre Belmondo et Gabin: c'est une réelle passation de la passion pour la vie qui est montrée à l'écran. Alors la passation est littérale: l'ancien buveur, pris d'empathie pour le nouvel arrivant, retrouve une flamme vive de vivre grâce à la jeunesse. Mais elle est historique et philosophique également: Belmondo qui arrive dans le cinéma français, c'est s'imprégner de grands acteurs du passé avec Gabin, et pousser le cinéma dans ses retranchements avec ses rôles à venir chez Godard par exemple. Et moi, j'assiste à ce duo qui crève l'écran, à côté de mon père, et c'est juste suffisant.

À côté de ça, j'ai rien à dire que quelqu'un n'aura jamais dit sur le film mais je le dis quand même: les dialogues sont dynamiques, poétiques, au service des personnages et de la situation. Un exemple, un exemple! D'accord.

"Si quelque chose devait me manquer, ce ne serait pas le vin mais l’ivresse"

Un regret peut-être: le personnage de Suzanne Quentin n'est pas tant développé, et ça la rend creuse alors qu'elle aurait des raisons valables d'être mécontente que son mari se remette à boire. Ça me rappelle les limites du film Drunk, que l'unanimité avait moins apprécié que moi, justement, pour la débilité et le paradoxe du scénario. Si j'aimais bien dans le film de Vinterberg l'aspect jusqu'aubout-iste de la recherche (tout le monde sait que l'alcoolisme pend au nez, que la solution ne peut être qu'éphémère, vaine sur le long terme... et ils foncent quand même plutôt que s'engourdir dans la contemplation habituelle des philosophes), ici, l'alcoolémie est présentée avec plus d'impact.

On parle quand même d'un alcoolique qui arrête de boire à cause de la Seconde guerre mondiale, qui prend conscience de l'importance qu'il accorde à sa vie. Et puis on a un Belmondo malheureux, qui danse comme un espagnol de bodega pour oublier. Donc la question d'un autre verre prend son sens: le petit coup de folie qu'il procure est-il plus stratégique que la vie rangée de l'hôtelier? que la vie dérangée et dérangeante du jeune papa? Finalement, embrasser la folie, la passion, l'alcool, est-ce si mal? Ça crée de si belles anecdotes... Ça change un singe malheureux en hiver en un conteur d'histoires après tout... non?

pirawatt
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste 2021: ça devient sérieux

il y a 1 an

1 j'aime

Un singe en hiver
SBoisse
10

Un singe en hiver : un chef d’oeuvre à déguster avec modération

Quelle belle rencontre que celle de trois monstres sacrés du Septième art gaulois – Henri Verneuil, Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo – et de deux des plus fines plumes de notre littérature...

Lire la critique

il y a 6 ans

65 j'aime

7

Un singe en hiver
Alexandre_Bainé
10

Vague à l'âme

Adapté du roman éponyme d'Antoine Blondin ayant reçu le prix Interallié en 1959, Un singe en hiver réunit pour l'unique fois la star du cinéma français et la vedette de la Nouvelle Vague. Au début du...

Lire la critique

il y a 7 ans

65 j'aime

13

Un singe en hiver
JZD
10

Mourir saoûl, c'est mourir debout !

Je vous accorde que j'avais sans doute terriblement soif, avant de commencer ; peut être que le film ne vaut pas tant, mais est-ce important ? Ce film est la rencontre entre deux alcoolismes, entre...

Lire la critique

il y a 10 ans

64 j'aime

17

Le malheur n'est pas éternel
pirawatt
10

arrêtez de percer mon âme avec vos vérités! Ah! vous me prenez juste pas pour un jambon en fait

Et bien voilà, c'est pas si compliqué de montrer pourquoi Euphoria explose toute tentative de concurrence sur le domaine "jeune adolescent de 15-20 ans". Tout simplement, cette série est capable de...

Lire la critique

il y a plus d’un an

34 j'aime

2

Julie (en 12 chapitres)
pirawatt
1

Jeunesse MON GROS CUL

Mais quelle angoisse ces films contemporains qui croient "brosser le portrait d'une jeunesse en proie aux doutes". En fait, j'avais déjà imaginé tout l'article qu'un stagiaire aurait pu pondre à...

Lire la critique

il y a 7 mois

28 j'aime

34

Mandibules
pirawatt
5
Mandibules

"grand" "film" "moyen" "?"

Plus je grandis et découvre l'oeuvre de Dupieux, plus je me demande si ce n'est pas un cinéma futile. Alors commençons par poser certaines bases solides: Quentin Dupieux est un réalisateur que l'on...

Lire la critique

il y a 1 an

18 j'aime

3