Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Affiche Under the Silver Lake

Critiques de Under the Silver Lake

Film de (2018)

Hollywood et ses fantômes

David Robert Mitchell m’avait fortement impressionné en 2015 avec It Follows. Ce film fut l’un des rares que je vis deux fois en salle. J’attendais donc avec une certaine fébrilité le successeur de It Follows. On me l’avait présenté comme suit : « un polar délirant », « un hommage à la pop culture américaine ». « Un film d’une grande beauté esthétique »,... Lire la critique de Under the Silver Lake

4
Avatar Ed Pays
9
Ed Pays ·

Jeu de piste

Difficile de ne pas chercher des modèles à Under The Silver Lake, tant le film se présente comme un jeu de piste saturé de références et de clins d’œil. Le premier nom auquel on pense est celui de Bret Easton Ellis, avec ce synopsis mystérieux et ce plan d’ouverture qui condense l’univers de l’auteur de Moins que... Lire l'avis à propos de Under the Silver Lake

4 2
Avatar H. Mattias
7
H. Mattias ·

Enquête à L.A

Sam, trentenaire vivant à travers ses fantasmes féminins et de célébrité, s’éprend d’une femme dont il ne connait rien. Celle-ci disparait soudainement et Sam décide de mener l’enquête… Et si le monde entier était codé, et que les personnes que l’on connait ne sont pas celles que l’on pense ? Et que notre vie entière repose entièrement sur du fantasme ?... Lire la critique de Under the Silver Lake

2
Avatar Amélie Odt
8
Amélie Odt ·

Mulholland Lake

Elle est là, ma grosse attente du Festival de Cannes. Après le très bon It Follows, sorti il y a trois ans déjà, David Robert Mitchell s’est mis beaucoup de cinéphiles dans la poche, et il faut dire que le teasing accordé à Under The Silver Lake était dans la digne lignée de son prédécesseur, avec beaucoup de promesses à la clé. Alors, ce film est-il à la hauteur des... Lire l'avis à propos de Under the Silver Lake

5
Avatar JKDZ29
8
JKDZ29 ·

Under the references

Les trois quarts du film, on se dit «c'est génial !», mis en haleine par la structure à la Mullholand drive, codes cachés, sens farfelus. On se dit qu'au pire, la fin n'aura aucun sens. Andrew Garfield tisse cette ambiance pop-cool-thriller, avec ses allures adolescentes et dépressives. Le spectateur pose des attentes énormes sur un film qui veut clairement en imposer. Mais. Toujours la même... Lire la critique de Under the Silver Lake

3 1
Avatar Faust-In
5
Faust-In ·

Les effluves du putois

Under the Silver Lake, dans sa tortueuse narration, rend notamment hommage à l'un des films les plus sublimes qui ait jamais été tourné, L'heure suprême de Frank Borzage (Seventh Heaven, 1927) avec la merveilleuse Janet Gaynor. Cela s'appelle avoir du goût et rien que pour cela, le film de David Robert Mitchell ne saurait être mauvais. Ceci étant, Under the Silver Lake ploie sous le joug des... Lire l'avis à propos de Under the Silver Lake

5 2
Avatar 6nezfil
7
6nezfil ·

Oisif Actif

Après le très remarqué It Follows il y a 4 ans, David Robert Mitchell revient à Cannes. Là ou sa précédente œuvre exorcisait la peur des MST. Under the Silver Lake se veut comme une catharsis d'une inquiétude plus existentielle, mais toujours propre à la nouvelle génération : la crainte de l'engagement. Sam, jeune branleur, mène la vie d'inactif que l'on imagine. Son... Lire la critique de Under the Silver Lake

3
Avatar SprodZz
9
SprodZz ·

Cherchez l'âme sœur que je ne saurai voir

Es-ce que vous savez que toutes histoires possèdent toujours des symboles ? Oui ? Alors je vous le redis. Under The Silver Lake est un film qui ne m'avait que très peu inspiré à cause de son pitch assez étonnant, mais pas engageant. Mais vu qu'il était réalisé par celui qui avait surpris son monde avec It Follows, je me suis dit pourquoi pas ? Et finalement, on a un... Lire l'avis à propos de Under the Silver Lake

3
Avatar Real Cosmic M
8
Real Cosmic M ·

Petit bras

Après s'être inspiré de Carpenter dans le brillant It Follows, David Robert Mitchell convoque Lynch et Hitchcock (et forcément De Palma) dans un Los Angeles à la Bret Easton Ellis version discount. La belle partition de Disasterpeace et la narration lente de la première partie nourrissent un mashup efficace entre les 50's et l'environnement contemporain geek de trentenaires... Lire la critique de Under the Silver Lake

2
Avatar pierreAfeu
5
pierreAfeu ·

Du sous-Lynch tendance scato qui vire au foirage littéral

Après avoir exploré l’univers de John Carpenter avec son film précédent, le réalisateur branché David Robert Mitchell se la joue David Lynch dans une espèce de plongée mystique et grotesque dans un Los Angeles sous-terrain. A vouloir donner un style libertaire totalement expurgé de la narration en prétextant faire de l’esthétisme transgressif, il finit par se décrédibiliser totalement... Lire la critique de Under the Silver Lake

3 2
Avatar Philippe Quevillart
3
Philippe Quevillart ·