Pop is dead

Avis sur Under the Silver Lake

Avatar --Thomas--
Critique publiée par le

Under the Silver Lake est un film sacrément malaimable, tout particulièrement envers les nostalgiques qui se plaisent à réinterpréter les œuvres de la culture populaire d'antan. Si sa conclusion est si frustrante, c'est parce qu'il s'attache à dépeindre une société désenchantée, qui ne trouve plus de source d'excitation ni dans le réel, ni dans la fiction, pas même à Hollywood.

David Robert Mitchell s'offre quelques très beaux moments de cinéma (tels que la magnifique scène du meurtre dans le lac), mais son film est avant tout le témoignage d'une génération qui n'a plus de mystère à élucider, plus de sensations fortes à expérimenter. Loin du Los Angeles de David Lynch, celui d'Under the Silver Lake est une cité qui ne produit plus de rêve ni de cauchemar. La dualité et la complexité des personnages de Mulholland Drive laissent place à la vacuité du Hollywood underground.

Le cinéaste met en scène un microcosme déprimant, qui voit régner des producteurs pourris sur une culture populaire vide de sens, tandis que se multiplient des enfants stars réduits à la prostitution. On pense à Phantom of the Paradise de Brian de Palma, ainsi qu'aux derniers films de Cronenberg, ou encore à Paul Thomas Anderson pour la frontière réduite entre la réalité déglinguée et le trip halluciné du personnage principal.

Le LA de David Robert Mitchell n'a donc rien d'envoûtant contrairement à celui de Lynch : son film est une triste déambulation au cœur de la prétendue "ville du cinéma", dont la réalité sociale s'avère aussi appauvrie que la fiction qu'elle produit en masse. Aucune énigme n'a de résolution excitante, et les ficelles de l'intrigue sont tirées par une poignée de vieux riches qui méprisent et manipulent la jeunesse. On assiste à une succession de bonnes idées et de petites subversions sans cesse réprimées, pour les personnages comme pour nous.

Seule conclusion possible pour le héros désabusé du film : coucher avec une hippie renvoyant à un idéal révolu, tandis qu'il se trouve dépossédé de ses biens matériels et individuels par son propriétaire. Mitchell n'est pas très optimiste mais il fait vibrer une corde sensible...

https://www.youtube.com/watch?v=mwgUesU1pz4

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 62 fois
1 apprécie

Autres actions de --Thomas-- Under the Silver Lake