Mère violence

Avis sur Undercover - Une histoire vraie

Avatar QuentinBombarde
Critique publiée par le

Yann Demange s'était fait remarquer avec le très prometteur 71', au point même de figurer sur la setlist des réalisateurs potentiels du prochain James Bond. Si finalement le poste est allé à Cary Joji Fukunaga, c'est avec White Rick Boy , son histoire de jeune homme dealer pour le FBI et son super casting que le metteur en scène nous revient.

Ainsi, si Matthew McConaughey est aussi juste dans son rôle de paternel éternel looser au milieu d'acteurs de premier plan ingénieusement mis en retrait (Dont deux noms qui se retrouvent après Les 8 Salopards, Bruce Dern et Jennifer Jason Leigh), c'est grâce à toute l'entreprise qui les entourent et font de ce film une véritable petite pépite. Si en toile de fond le Detroit des 80's, et ses gangs d'afros-américains sont superbement dépeints, c'est dans ses moments familiaux que le film touche la lumière.

De cette famille dysfonctionnelle,qui ne fera que se croiser, Demange filme cet équilibre fragile qui les relie les uns aux autres. Si leurs retrouvailles sont aussi réussies, c'est que l'on sent à chaque instant cette odeur de gaz qui pourra tout faire imploser.

Car c'est vers la rue que se dirigeront les deux enfants, qui fera alors office de mère de substitution, de cette drôle de famille. Perdus dans cette ville de laissés pour compte, ils n'y trouveront qu'une violence à laquelle on s'habitue, et des revolvers que l'on porte comme des peluches. Une violence avec laquelle on est obligés de jouer afin de s'en sortir.

De la maison de laquelle on part, laissant un père seul et une situation qui ne s'améliore jamais, la rue semble alors cet eldorado vers lequel se diriger. Paradis irréel, Demange la filme comme un terrain de jeu où des rats disparaîtront à coups de revolver et où la drogue semble le billet pour un ailleurs d'une ville que l'on ne quittera cependant jamais.

White Rick Boy, c'est cette famille que l'on aurait jamais envie de quitter. De la maladresse d'un père trop seul, d'un enfant trop ambitieux ou d'une sœur toxicomane, l'équilibre est fin pour que la rue ne vienne pas tout briser. Yann Demange confirme l'essai, il ne lui reste plus qu'à s'envoler par la suite.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 134 fois
Aucun vote pour le moment

QuentinBombarde a ajouté ce film à 2 listes Undercover - Une histoire vraie

Autres actions de QuentinBombarde Undercover - Une histoire vraie