A la croisée des mondes : entre fiction et documentaire

Avis sur Une année polaire

Avatar Damien Charron
Critique publiée par le

Une année polaire, le nouveau film de Samuel Collardey - dont j'avais beaucoup aimé sa Tempête en 2015 - est à nouveau une très belle découverte cinématographique.
A la croisée des mondes : un instituteur danois décide, par goût pour l'aventure, de partir enseigner au Groenland, dans un petit village inuit de 80 habitants au nom imprononçable, au delà du cercle polaire. L'adaptation (à la langue, aux coutumes, aux enfants chahuteurs, aux conditions de vie extrêmes) n'est pas facile pour Anders Hvidegaard, qui joue son propre rôle dans le film.
Il faut dire qu'Une année polaire est à la limite entre fiction et documentaire : chaque habitant jouant son propre rôle ; Anders Hvidegaard est vraiment parti enseigner dans ce village. Initialement envoyé pour une année scolaire, en 2016, il est toujours en poste en 2018. Il a su s'intégrer à cette petite communauté et a développé une vie de famille sur place.
Si la trame scénaristique est mince, le spectateur plonge littéralement dans l'immensité de la banquise et des paysages à couper le souffle. Il accompagne les Inuits en traîneaux sur les traces des ours blancs et en kayak à la poursuite des baleines.
Cette nature grandiose donne au film une fine touche poétique qui fascine, autant que les aurores boréales groenlandaises.
Plus qu'une histoire bien construire partant d'un point A vers un point B, Une année polaire est donc une expérience cinématographique où l'on découvre la rudesse magnifique du grand Nord.
Amateurs de nature ou Routards invétérés : à ne pas manquer :)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 210 fois
4 apprécient · 1 n'apprécie pas

Damien Charron a ajouté ce film à 1 liste Une année polaire

Autres actions de Damien Charron Une année polaire