Sur les Films de genre Allemands. "I'm a dude playing a dude disguised as another dude"

Avis sur Une blessure ouverte, une autre histoire du...

Avatar PierreAmo
Critique publiée par le

Juste quelques mini remarques en vrac, c'est un millième de toutes les infos et anecdotes qui sont dans ce documentaire.
Je veux surtout me souvenir de ce que je dois tenter car je connais mal ce cinéma.
(passé sur arte à qui je dois tant et liste).

____Wolfgang Petersen se réjouit d'avoir "réussi à faire pleurer Clint Eastwood":
Dans 'La Ligne de Mire', lorsque son personnage confie à Rene Russo qu'il s'en voudra à vie de ne pas avoir réussi à sauver Kennedy; Petersen avait demandé à Russo, qui serait hors-champ à ce moment, de "saisir la main de Clint" sans qu'il le sache à l'avance, "et de la serrer fort" pour montrer sa compassion et écoute, au moment où la caméra revient sur lui et zoome sur sa fin de son monologue de confession...Clint ne voulait faire que des prises uniques
"une petite astuce où je l'ai vu pleurer mais tenter de le cacher"

Wolfgang Petersen raconte aussi que son Das Boot devait être fait par les Américains mais ils ont abandonné: ils ont laissé le faux sous-marin qui rouillait au port. Il explique en d'autres mots

' que les Américains avaient découpé les parois du sous-marin qui pouvaient être glissées et on pouvait filmer et éclairer tout de dehors "avec le réalisateur assis donnant ses ordres"....comme un studio de séries télé...mais nous avons décidé de filmer à bord, pour faire transpirer la sensation de claustrophobie'

Je ne savais pas que Wolfgang Petersen avait réalisé en Allemagne un téléfilm canular si travaillé et bien fait que des gens paniquaient ou téléphonaient comme lors du canular d'Orson Welles sur l'invasion des extraterrestres. Le sien était sur une invasion d'un brouillard tueur: la pollution.
Il commence à tuer des footballer en plein match: ('Smog/alerte pollution' en 1973).
Un autre téléfilm du même scénariste de science fiction, un Wolfgang Menge, est aussi pris au sérieux par certains spectateurs: 'Le Jeu du Million' de 1970 d'un Tom Toelle, est sur un jeu de télé-réalité où un homme filmé en permanence, gagnerait une fortune s'il échappe à des tueurs à gage lancés à sa poursuite dans les rues...:

"...des gens outragés appelaient la chaîne de télé...mais d'autres pour se faire inscrire"
(dans les deux rôles?)

______le scénariste Curt Siodmark ayant fui l'Allemagne aurait déclenché "la mode hollywoodienne des horreurs de séries B" ?!? car il "a apporté ses loup-garous et Dracula"?!?
(son père lui aurait confié avoir vraiment été attaqué par des vampires une nuit qu'il était vrai soldat pendant une guerre, réfugié en forêt dans un manoir délabré isolé ou chaque soldat avait pris une chambre pour une fois enfin à part...enfin seul...pendant la nuit une voix de femme lui propose de choisir une vie éternelle...il se fait mordiller plusieurs fois mais avec jouissance...mais refuse finalement ...impressionnée, la vampire le laisse vivre "mais on te marquera à vie pour que tu ne nous oublies pas". Il perdra un bras ensuite?!? (il faut que j'écoute à nouveau ce passage dont l'illustration visuelle m'a troublé et je ne suis pas certain de mon souvenir).

_____La réalisatrice Gabi Kubach? (liste SC) serait trop oubliée (imdb a aussi ses téléfilms)

____J'ai raté le nom de celui qui dit

"Je jette un film sur deux" (une sorte d'Amélie Nothomb-homme qui ne publie que très peu "de ses bébés"...)

_____J'ai aimé l'anecdote sur la Bande Originale enregistrée en direct?...comme celle pour Ascenseur vers l'échafaud.
C'est pour le film 'Tatort Taube' de Samuel Fuller qui était fasciné par sa BO et "a adoré qu'elle soit modifiée en fonction du film" (j'ai envie de l'écouter et le voir, vu le court extrait et musiques déjà prenants qu'ils ont choisis...je découvre sur imdb que c'est avec Stéphane Audran en 'Dr. Bogdanovich' ^^ )
Je découvre que la musique de l'extrait et qu'ils ont enregistrée en regardant le film et "adaptant/changeant le rythme" aux images, est du groupe 'Can/The Can', présent sur SC:

"...groupe de rock expérimental (...) pionniers de la scène krautrock (...) construisait sa musique autour d'improvisations très libres, retravaillées en studio par la suite, qu'Holger Czukay, bassiste du groupe, qualifiait lui-même de « compositions instantanées ». (...) à travers ses albums Tago Mago (1971) et Ege Bamyasi (1972), Can exerce une influence considérable sur la musique d'avant-garde, le rock expérimental, l'ambient, le post-punk, la new wave et la musique électronique" (selon wiki)

____J'ai aimé le passage sur les films "de macho et vrais hommes" des années 80s?
Raconté par un producteur un peu vantard qui explique être aussi "prof de karaté" et avoir appris aux acteurs Allemands à avoir "enfin" l'air d'hommes d'action "crédibles et comment tenir des armes": on le voit aussi en photo avec Sean Connery?!
Le Tom Cruise/Belmondo de l'époque serait un Götz George "qui impressionnait tout le monde" , au point où même (Rainer Werner) "Fassbinder l'aurait invité mais n'aurait finalement pas osé lui parler du tout".
Ce producteur raconte que ce Götz George (que je reconnais enfin en photos) afin d'obtenir quelque chose le challenge à se tenir dans le vide et à celui qui fait le plus de tractions sans filet:

"...c'était dans une chute d'ascenseur, il a fait 9 tractions, j'en ai fait 15, et lui ai demandé si ça allait et pouvais m'arrêter"
C'est pendant le tournage d'un film dont les extraits et avis donnent envie: Abwärts titré en bon Français, Out of Order, où 4 personnes odieuses, égoïstes et prêtes à tout, sont bloquées dans un ascenseur en danger... sorti en 1984.
Je réalise grâce à imdb que ce prof de karaté/producteur/conseille technique en cascade, me racontant tout ça et vannant Götz George, est un Thomas Schühlyts qui a de quoi se vanter car je le découvre producteur de mes Aventures du baron de Munchausen de Gilliam, et un peu du Nom de la Rose et de l'As des As.
Il ajoute que ce réalisateur de Out of order, Carl Schenkel, avait une sacré détermination car il devait réaliser 'À la poursuite d'Octobre rouge', "qu'il refusa finalement car il ne voulait plus désormais faire de films sans femmes"...

____Je découvre aussi un étrange Jürgen Goslar dont la filmo et les titres sur SC est plus courte que sa vraie: il semble avoir réalisé des plus violents et provoquants...son look me rappelle un vieillissant Richard Branson mais son aura me rappelle (sans doute à grand tort) un peu le méchant Afrikaner de L'Arme fatale II... (l'excellent Joss Ackland).
Jürgen Goslar raconte qu'il a accepté de tourner en Afrique des séries et films, "parfois nuls", mais "ça m'a donné l'occasion de faire aussi des films animaliers et de me régaler dans des pays superbes"...jusque là, rien de bien passionnant ou anormal, mais les extraits sur ses propos sont choquants: 'des noirs violant une femme blanche autour d'un feu de camp et le mari plus tard écrasant une torche allumée sur le ventre blessé d'un noir au sol'....
"Je voulais raconter la fin d'une époque, les horreurs et changements pas forcément pour le mieux". Des noirs tuent des blancs, le blanc se venge.
"La vengeance m'a rendu impitoyable" dit à peu près le Philippe Noiret Allemand dont la femme a été massacrée, rappelant Le Vieux Fusil de 1975:

"l'actrice avait un riche petit-ami prêt à payer pour qu'elle joue...j'en ai profité... mais elle était crédible aussi".
L'extrait me fait penser à la scène et polémique de Robert Downey jr et son blackface
dans 'Tonnerre sous les tropiques' où il joue un blanc jouant un noir.
"I'm a dude playing a dude disguised as another dude" en anglais
"Je suis le mec qui interprète le rôle d'un mec déguisé en un autre mec" en français
Je repense à tout ça car dans la réalité, dans ce vrai film Allemand, le tueur noir et chef de rebellion, déshabillant auprès d'un feu de camp la blanche,

est joué par ...un Allemand ...blanc ...grimé en noir.
Mais le noir est dans l'histoire...albinos!
donc
'c'est un blanc grimé en noir qui est blanc' .
La fiction de Ben Stiller et Robert Downey Jr est dépassée par la réalité ^^
L'albinos noir est joué par un Horst Frank
La femme du colon tuée façon 'Le Vieux fusil' est jouée par une Sybil Danning, qui ne semble pas manquer de souffle, et dont le "petit copain payait Jürgen Gosslar" pour qu'elle joue alors qu'elle est très crédible quand même.
Je découvre qu'elle joue une infirmière dans le 'Halloween' de 2007 par Rob Zombie..
Le journaliste du doc arrive à faire dire au réalisateur que le film, 'L'Albinos ou le souffle de la mort' (1976) est un commentaire "sur la fin d'une époque" et un passage du pays colonisé à des forces encore pires (genre "Mugabe" et sa clique, qu'il cite)
" d'où la scène de soleil couchant"

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 59 fois
11 apprécient

PierreAmo a ajouté ce documentaire à 3 listes Une blessure ouverte, une autre histoire du cinéma allemand

Autres actions de PierreAmo Une blessure ouverte, une autre histoire du cinéma allemand