Affiche Une pure formalité

Critiques de Une pure formalité

Film de (1994)

Une pure frivolité

Un petit duel Depardieu/Polansky dans un bâtiment prenant l'eau de toute part, au cours d'une nuit d'orage où l'on tente de faire la lumière sur un meurtre ayant eu lieu non loin de là. C'est un Depardieu déjà mûr et ventripotent qui se tasse sous les projecteurs, alors que les questions de Polansky fusent comme les hallebardes qui bloquent tout le monde dans la caserne. A priori, que des... Lire l'avis à propos de Une pure formalité

2 2
Avatar Voracinéphile
6
Voracinéphile ·

Une bonne formalité.

"Une pure formalité" est avant tout une curiosité, tout d'abord dans l'histoire déroutante, et ensuite dans le face à face improbable Depardieu/Polanski. Rien que pour ces deux monstres du cinéma, ça vaut le détour. "Une pure formalité" propose une histoire palpitante, bien que peu mouvementée, pour un huis-clos déroutant. On nous plonge dans un mystère, dans lequel le personnage incarné à... Lire la critique de Une pure formalité

2 2
Avatar titiro
8
titiro ·

Critique de Une pure formalité par Broyax

On dirait une sorte de remake de Garde à vue mais dans une version italienne tournée avec un célèbre acteur français et un non moins célèbre réalisateur d'origine polonaise qui fait rarement l'acteur... L'ensemble est dirigé par un réalisateur italien qui n'a apparemment aucune idée de qu'il fait, ni comment, ni pourquoi... il ne doit pas savoir lui-même où il va... Ce n'est en tout... Lire l'avis à propos de Une pure formalité

Avatar Broyax
1
Broyax ·

Un chef d'oeuvre !!!

Un huit clos, une ambiance pesante, la pluie joue le premier rôle. Un univers Kafkaïen à souhait, deux grands comédiens. Une intrigue et un dénouement inattendu.Du grand art.... Un regret : il faut s'accrocher pour comprendre le dénouement, en effet on ne percute pas tout de suite, c'est un peu tiré par les cheveux ... Néanmoins, j'aime,j'adore. A voir absolument Lire la critique de Une pure formalité

Avatar Régis Nory
9
Régis Nory ·

Critique de Une pure formalité par Eowyn Cwper

Entre Cinema Paradiso et Marchand de rêves, on sait ce que le très bien nommé Tornatore tournait : du cinéma, au sens propre. Dans cette entredeux, il fait jaillir de nulle part un ovni diablement littéral sur des diables littéraires : Depardieu, écrivain, accusé, névrotique, et Polanski, lecteur, accusateur, critique. Deux interprétations phénoménales, plus glaçantes que la pluie... Lire la critique de Une pure formalité

Avatar Eowyn Cwper
6
Eowyn Cwper ·

Critique de Une pure formalité par Le Blog Du Cinéma

UNE PURE FORMALITÉ tranche avec la cadre traditionnel des films de Tornatore. Loin de sa Sicile natale qui lui avait inspiré Le Maître de la Camorra et Cinema Paradiso, ses deux premiers films, le réalisateur italien laisse de côté les paysages et la dimension humaine luxuriante de l’île et se penche sur un nouveau style pour lui : le polar. Giuseppe Tornatore nous avait habitué à des décors... Lire l'avis à propos de Une pure formalité

Avatar Le Blog Du Cinéma
5
Le Blog Du Cinéma ·