Avis sur

Universal Soldier : Regeneration par 0eil

Avatar 0eil
Critique publiée par le

Les pays d'Europe de l'Est, c'est un peu comme les frères du grand méchant, les membres de complot séculaire, bref, quand y'en a plus, y'en a encore, et ils sont tous agressifs comme un chihuahua sous amphétamine, à réclamer, pêle-mêle, liberté, indépendance, prisonniers politiques. Pour ça, ils ont toujours des plans plus ou moins élaborés, à base, assez régulièrement, de bombes posées dans des endroits incongrus et autres kidnappings à l'arrache. Nos fiers représentants d'aujourd'hui ont décidé de kidnapper les enfants du premier ministre russe et de poser une bombe sur le réacteur de Tchernobyl, une sorte de "double-tap" de l'enfer. Pour ça, ils ont le dernier représentant des soldats génétiquement modifiés pour être plus fort, plus rapide et plus muet : le NGU, un super mec capable de tirer en marchant et de tuer des gens en faisant des grimaces (et en les tabassant jusqu'à réduire leur crâne à l'état de pulpe sanglante). Pour arrêter cette brute épaisse, on essaie bien d'envoyer des Universal Soldiers, tout aussi mutique mais vraiment moins réactifs, qui se font broyer en deux secondes. Mince alors, va falloir interrompre la thérapie de Jean-Claude, quelque part en Suisse, dans un chalet avec un chien, et le renvoyer au combat !

Bon, je ne suis pas un familier d'Universal Soldier. En fait, j'ai vu ce film par erreur, je voulais voir l'oeuvre initiale et j'ai pas fait attention. Résultat, le background m'était relativement inconnu, même si des histoires de soldats génétiquement modifiés, c'est pas non plus trop complexe à se figurer. Dans l'état, je m'attendais à un truc assez nanardisant et j'avoue que je n'ai pas été déçu tellement tous les éléments sont rassemblés : l'obscur groupe terroriste au plan concon, l'action qui se passe à 95% dans une vieille usine sensé être la centrale nucléaire de Tchernobyl, des soldats extrêmement incompétents, des gunfights à l'arrache. Et des acteurs qui hésitent entre le surjeu (le gradé "gentil") et le sous-jeu (la totalité des Soldiers, Jean-Claude compris). Allez, à la décharge du métrage, la photographie n'est pas toujours au top, mais parfois, elle a quelques éclairs d'intérêt qui sauvent le tout de la monotonie (et quand je parle d'éclairs d'intérêt, je pense aux passages avec les lumières oranges qui saturent un peu, donnant une ambiance étrange, moi, j'aime !).
Pour le reste, on s'ennuie quand même assez ferme : on a pas trop d'empathie avec les personnages (autant les otages que les gentils, les méchants, tout ce petit monde qui se court après sans se toucher, bouarf), et le rythme du film est d'une lenteur... D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi les auteurs se sont dit que des super soldats du futur, génétiquement modifiés, devraient se comporter comme des Terminators. Merde, ce ne sont pas des robots, c'est des super mecs plus proche de Captain America que du T-800 ! Le NGU tue les soldats gentils en marchant pépère dans une scène à deux doigts du ridicule le plus total, les Soldiers ont l'air totalement shooté. Y'a que le petit soldat du milieu du film qui a l'air d'être réveillé. Peut-être est-il le seul à disposer d'une machine à café... Le pire, c'est qu'il faut attendre la dernière demi-heure pour qu'enfin Jean-Claude entre en scène, avec son pote Dolph.
Parce que les papys mettent une plombe à venir. Jean-Claude fait grise mine dans deux trois séquences qui émaillent la première heure, avant d'enfin faire grise mine, flingue en main, pour débarquer à Tchernobyl, morte plaine et y tuer un max de méchants (qui ont l'air de tirer partout, sauf sur lui, pas mal la défense farouche). Là, il tombe sur Dolph "Roy Batty" Lungren (qui a droit à une séquence magnifique au limite du plagiat de Blade Runner où monsieur brise le crâne de son "créateur"). L'air de rien, je me moque, mais M'sieur Dolph est sans doute le personnage le plus charismatique de l'histoire, la faute à sa ressemblance avec Batou de Ghost in the Shell, ressemblance qui ne m'avait jamais frappé jusqu'à présent mais m'a explosé au visage lorsque Jean-Claude et lui se tabassent enfin, dans une séquence bien cool. Puis Jean-Claude va tabasser le NGU dans une autre séquence bien cool et on se dit "Ha putain, ça se réveille enfin !" et ça prend fin... ben oui, c'était les derniers plans, mon pote...

Résultat : je pense que dans la définition "sans âme", il y a une photo de "Regeneration". Ce n'est pas que c'est totalement mauvais, ça fait le taf, mais ça le fait sans motivation. A l'image de Jean-Claude qui a l'air éteint pendant tout le film, campant un personnage abruti par les drogues et les hormones, le métrage n'a jamais l'impression de vouloir décoller. Et pourtant, malgré les éléments nanardisant listés plus haut, il s'en sortait avec les honneurs. C'est comme si le réalisateur avait eu le savoir-faire mais pas le petit grain de génie. Du coup, à part la dernière demi-heure qui envoie un peu plus et parvient bien à mettre l'accent sur le fond de l'histoire (des soldats rendus presque fous par les modifications, complètement déconnectés de la réalité, avec plus qu'une mission à l'esprit, comme Dolph l'incarne vraiment très bien), on a pas grande chose : on assiste à une succession de non-événements, une progression linéaire mais vidée de toute passion de l'intrigue, des gens qui meurent, des comptes à rebours qui arrivent à zéro et aucun moyen de relever la sauce. Dommage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 253 fois
Aucun vote pour le moment

0eil a ajouté ce film à 1 liste Universal Soldier : Regeneration

  • Films
    Cover Films vus ou revus en 2014

    Films vus ou revus en 2014

    Avec : La Vie rêvée de Walter Mitty, Le Transporteur 3, Star Wars : Épisode II - L'Attaque des clones, Terminator : Renaissance,

Autres actions de 0eil Universal Soldier : Regeneration