Affiche Uzak

Critiques de Uzak

Film de (2004)

  • 1
  • 2

Au loin s'en va le bonheur

Comme son titre l'annonce si bien - Uzak signifiant «lointain », « distant », en turc - tout sera affaire de distance ou d'éloignement dans ce film : distance géographique entre monde urbain et rural, distance sociale entre le Turc des villes et celui de la campagne, entre la bourgeoisie et le reste de la société, mais surtout distance identitaire entre Turquie... Lire la critique de Uzak

17
Avatar Kalopani
7
Kalopani ·

Seul le silence.

Remonter dans la filmographie de Ceylan permet de faire un constat étonnant : aux sources du fleuve de parole qui irrigue Winter Sleep comme Il était une fois en Anatolie siège le silence. Soit celui de Mahmet, divorcé photographe, satisfait de sa réclusion jusqu’à l’apparition de son cousin venu chercher du travail à la ville. Uzak est un film âpre comme son personnage principal : peu amène,... Lire l'avis à propos de Uzak

24
Avatar Sergent Pepper
7
Sergent Pepper ·

Ce silence assourdissant

Quelle coïncidence... Après avoir vu Winter Sleep (qui était mon premier Ceylan) je décide de me trouver Uzak. Par pur hasard, étant donné qu'il ne s'agit pas spécialement de son plus connu. Mais, à douze ans de différence, et avec plus d'une heure en moins, j'ai nettement préféré le plus ancien. Peut-être parce que le propos déroulé y est très semblable d'un film à l'autre, et que dans l'un on... Lire la critique de Uzak

6 4
Avatar Alexandre G
8
Alexandre G ·

Critique positive d'un film négatif.

Simple, et bon. Superbe peinture de la solitude, la solitude dans la ville moderne, surtout, avec bien sûr les plans larges et contemplatifs, les focales qui bien souvent coupent les protagonistes du reste du monde, le froid, le silence entrecoupé par des bruits urbains lointains, cette ville où tout le monde semble s'ignorer, avec ces quartiers populaires délabrés, la solitude de la nuit,... Lire l'avis à propos de Uzak

3
Avatar LeRossignol
8
LeRossignol ·

...

Ohlala. Ohlala mais qu'est-ce qu'on se fait chier. Remettons-nous dans le contexte. Film proposé, voire conseillé, par un professeur en école d'architecture pour appréhender l'atmosphère d'Istanbul. Son cours s'appelle en effet "Portraits de villes" et on étudiait Istanbul. OUI DES COURS AVEC DES NOMS COMME CA CA EXISTE. Bon. J'étais donc au début plein de bonnes intentions, en plus accorder... Lire la critique de Uzak

11 5
Avatar Architrave
4
Architrave ·

Le lointain

D'une grande beauté, la narration est maîtrisée de manière quasi parfaite et insufle avec une simplicité filmique déconcertante, dans chaque scène, ce lointain dont il est question. (Uzak veut dire lointain) Lire l'avis à propos de Uzak

3
Avatar monvoisintotoro
7
monvoisintotoro ·

Critique de Uzak par klauskinski

Le film se mue rapidement en un affrontement quasi-muet entre les deux protagonistes. Superbement filmé en longs plans-séquences parfaitement composés. Belle leçon sur la manière de transcender une histoire somme toute banale par une qualité de mise en scène éblouissante. Du grand art. Lire la critique de Uzak

2
Avatar klauskinski
8
klauskinski ·

Nuri, bigre, c'est lent !

Oui, c'est lent. Mais il y a de quoi ravir le cinéphile. Un très beau départ : d'abord ce plan fixe sur un village turc, le soleil mourant (ou naissant ?) délimitant les montagnes au-dessus, d'où émerge un personnage qui marche dans la neige, jusqu'à rejoindre la caméra et sortir du cadre. Je suis friand, je l'avoue, de ce type de plan fixe. Léger panoramique ensuite, pour faire... Lire l'avis à propos de Uzak

Avatar Jduvi
8
Jduvi ·

Sur la fin d'Uzak

On croit d'abord que le lointain du titre du film n'est nulle part. Nous le cherchons dans ces rituels, dans ces tentatives d'approche, dans ces paysages enneigés, cet ennui existentiel. On regarde un homme changer la cassette de Stalker pour un mauvais porno. Le lointain que promet le grand cinéma n'est même plus désiré - le porno, cet intimisme toc, devient alors le seul confort de l'homme... Lire l'avis à propos de Uzak

Avatar B-Lyndon
7
B-Lyndon ·

Critique de Uzak par JimAriz

Mahmut est photographe, il est contraint d'accueillir chez lui un jeune qui souhaite trouver du travail à Istanbul. C'est un homme habitué à vivre seul et ne se fait pas à la présence, pourtant sympathique, de Yusuf. Le réalisateur lui-même parle de son film comme de la "difficulté qu'ont les individus à rester fidèles à leurs convictions, à leurs rêves" Mahmut voulait être cinéaste ou... Lire l'avis à propos de Uzak

Avatar JimAriz
7
JimAriz ·
  • 1
  • 2