La cassette de trop

Avis sur V/H/S Viral

Avatar Martin T
Critique publiée par le

Peu de films parviennent à trouver une suite correcte, pourtant la recette de V/H/S avait plutôt bien fonctionné dans le deuxième opus : une histoire de base servant de prétexte à des sketchs visionnés via des cassettes par les personnages. On dira qu'il leur restait quelques bonnes idées pour le 2...

Par contre, pour le 3, ils ont perdu les pédales. Premièrement, le film perd la majeure partie de son essence puisque le visionnage se fait lorsque les personnages regardent leur smartphone, ce qui a pour effet de les transformer en légume pour quelques minutes. Les transitions sketchs/histoire imitent toujours la crachouille atypique d'une cassette qui s'ajuste (son et image qui saute avec du bon gros Larsen qui fait saigner les tympans), mais ils en ont vraiment trop fait, c'est juste douloureux pour les organes et ça n'apporte rien de rien. Mais passons.

Non, le vrai problème, ce sont les sketchs. Alors que les précédents obus parvenaient assez subtilement à trouver un prétexte au "found footage" - des reporters qui filment leurs actions, un cycliste avec une go pro sur son casque, etc -, V/H/S Viral ne fait même pas semblant de faire l'effort.
Prenez la première vidéo : un mec trouve la cape d'Houdini et passe de prestidigitateur sans talent à maître illusionniste adulé des foules. Le réalisateur a choisi d'alterner quelques séquences POV avec d'autres, beaucoup plus nombreuses, filmées par des caméras et des angles classiques. Il a malgré tout rajouté l'effet "vhs" mais du coup cela perd tout son sens ! Déjà que le scénario pue le réchauffé jusqu'au patelin d'à côté, il ne peut même pas être sauvé par la mise en scène, qui faisait pourtant toute la saveur de la saga.
Parlons en justement : j'insiste sur le fait qu'ils en ont vraiment trop fait. l'image "saute" toute les deux secondes, ça crache sans cesse dans les haut-parleurs, c'est juste une torture en terme d'expérience cinématographique.

"Jamais deux sans trois" est un concept qui semble revenir sans cesse au cinéma, pourtant ça ne fonctionne jamais. V/H/S a subi le même traitement que Rec : deux premiers films assez bons, un troisième catastrophique qui viole la licence. Et après, on continue ! Un quatrième, un cinquième... On transforme une saga prometteuse qui pourrait découler sur un produit fini en usine à bouses, censée ameuter le chaland désireux de claquer son salaire dans une course vers la connerie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 608 fois
7 apprécient

Autres actions de Martin T V/H/S Viral