👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Cher gros Luc,

Comme tous les gamins des années 80 qui trainaient leurs surfaces un peu trop près des magnétoscopes de leurs parents, J’ai grandi avec tes films. Et il faut bien l’avouer j’ai kiffé. Seulement voilà, j’ai grandi ainsi que ma collection de VHS. Et en regardant avec un œil plus mature tes anciennes péloches sur lesquelles, petit, je restais coi, je m’en détournai à l’instar d’un enfant reniant sa tétine tout en moquant les autres qui continuaient de téter. Je décidais de renier définitivement cette partie de mon enfance le jour où tu décidas de saloper l’œuvre de Tardi avec tes mains de cochons. Cependant même si mon attrait pour tes réalisations s’estompait, je voyais toujours en toi ce cinéphile passionné, ce grand (gros) enfant geek qui n’hésitait pas à financer des projets dont personne ne voulait et qui se battait pour défendre une culture que certains en France qualifie encore de sous-culture. Cette dichotomie provoque chez moi un flottement de l’ame, car tes dernières péloches ne rendent pas tellement justice à la culture que tu dis défendre. Pour moi c’est un peu comme si au nom de l’égalité homme-femme on mettait à la tête de son ministère, une femme. L’idée est louable mais elle n’est pas une condition suffisante en cela que si la femme en question c’est Christine Boutin le projet ressemblerai, à y regarder de plus près, à une chaloupe trouée. Et pourtant aussi paradoxale que ça puisse paraitre, tu continues à dénicher des perles rares et à aider des auteurs que tu finances et mets en avant grâce à EuropaCorp. Bon il y a aussi un bon gros paquet de bouses mais ce n’est pas le sujet ici.

Non le sujet ici c’est Valérian ! Et je dois dire qu’à l’annonce du projet ça m’en a touché une sans faire bouger l’autre. Je continue à penser que l’adhésion que te portent certains pour le cinquième élément est avant tout du à une nostalgie aveuglante. Et puis la machine YouTube faisant son office et me matraquant de Pub diverses et variées je tombai inéluctablement sur la bande annonce de ton blockbuster estampillé cocorico. Et je dois bien dire que ça avait de la gueule. Alors pas pour la réal, non pour ça je suis résigné, mais la direction artistique semblait cohérente et vraiment bien foutu surtout pour un produit made in France. Et elle l’est! Donc oui je persiste et signe. Les brouettes de pognons que tu as investis dans ce film se voient à l’écran et même si tu n’es pas un virtuose de la caméra, tu as l’intelligence de ne pas nous faire le coup de la caméra parkinsonnienne ou tous les effets spéciaux finissent dans le motion Blur en arrière-plan. Mise en scène scolaire donc et SFX bien burnés du coup on se dit qu’en France on a des techniciens et des artistes aussi bons qu’aux USA et qu’on peut leur faire la nique à tous ses yanquis (anti américanisme primaire détecté). Mouai…En façade. Parce que même si tu nous as fait ta petite comédie comme quoi ton film ne pouvait pas profité du crédit d’impôt et que du coup tu ne pouvais pas embaucher en France blablabla…, les trompettes patriotiques roulant dans ta gorge etc…et que finalement tu réussis à avoir une dérogation, donc du pognon, donc des emplois en France. Le générique arrivant je scrute attentivement. V’la t’y pas que les SFX sont fait principalement par WETA (nouvelle Zélande) et ILM (USA). Il y aura bien une ligne ou deux pour BUFF mais ça sent quand même le pâté d’alouette cette histoire. Alors ok, le film est tourné en France, dans des studios français, avec des techniciens français, mais pour un film tourné à 80% sur fond vert…Grande bataille, petite victoire donc.

De loin on pourrait croire que ton dernier bébé ressemble à n’importe quelle production ricaine de ses cinq dernières années estampillé Marvel, à savoir des bidons de lessives interchangeables où les auteurs et réalisateurs sont relégués au rang de simple exécutant, mais, et là je vais te défendre mon gros Luc, une fois n’est pas coutume, ce n’est pas le cas ! Et c’est certainement la raison de son petit four aux Etas unis d’ailleurs. Parce que tout tarte que tu es mon gros Luc, tu restes indépendant. Ça peut paraitre rien comme ça mais en réalité ça fait beaucoup ! Déjà parce qu’il n’y a aucun costar cravate qui va venir te dire de changer tel ou tel chose. Parce que ça ne donne pas à ton film ce gout formaté qu’ont tous les blockbusters débiles depuis quelques années. Parce que tu as pu utiliser ta montagne de pognon pour faire ce que tu veux et surtout ce que tu aimes. Et même si cet amour ressemble à celui d’une groupie fan de Justin Bieber à deux de QI, il n’en reste pas moins sincère. Parce que Valérian ce n’est rien d’autre que ça ! Une déclaration d’amour. Maladroite, neuneu, à côté de la plaque, niaise à souhait et qui coute 200 patates. Et malgré tous les défauts de ton film mon bon gros Luc, je dois dire que tu as réussi, par moment, à me faire partager ton exaltation. Les cyniques se diront que c’est le résultat qui compte et qu’on s’en fout pas mal de savoir si oui ou non le réal est indépendant ou pas, mais perso je suis trop attaché au processus, parce qu’il y a toujours quelque chose à en tirer. Par exemple Il y a longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine, un mec bourré de pognon a écrit produit et réalisé ce qu’on appelle aujourd’hui la prélogie. Comme toi, il était indépendant, comme toi,il était blindé de pognon, comme toi, il s’est doté de moyens techniques colossaux pour faire ses films, comme toi il aimait profondément ce qu’il faisait, comme toi il s’est pris les pieds dans le tapis, incapable de savoir utiliser les techniques onéreuses qu’il avait mis en place. C’était mauvais. Objectivement mauvais ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Car les techniques utilisées ont fait des petits et ont atterris sur le bureau d’un Néozélandais barbu et en bon point, qui lui en a fait des petits bijoux.

Alors dis-toi bien ça gros Luc, Je suis peut-être en minorité mais je reprends volontiers quatre fois de la prélogie plutôt que cette grosse pub de deux heures qu’est Star Wars 7 et surtout ! Surtout, si Valerian arrive à faire bouger les lignes du cinéma français et permet de donner par la suite sa chance à des artistes compétents qui en veulent alors il vaut tous les Marvel du monde.
Sur ce je t’embrasse tendrement mon Gros Luc. N’écoute pas tous ses cons qui te chient dessus à longueur de temps. Ils finissent par se fatiguer. Fais moi confiance j’en fais partie !
Bisous sur ton fessier

Un détracteur attentionné.

gordongraf
5
Écrit par

il y a 5 ans

1 j'aime

Valérian et la Cité des mille planètes
Behind_the_Mask
6

Va, les riants finiront bien par se taire...

Luc, Pour sûr, tu ne dois pas fréquenter ce site. Mais si cette humble missive devait un jour faire l'objet de ta lecture de réalisateur et producteur avisé, je te présente par avance mes...

Lire la critique

il y a 5 ans

133 j'aime

34

Valérian et la Cité des mille planètes
archibal
5

Luc Skywalker

Ca fait belle lurette que Besson ne m'a plus émoustillé avec ses films mais à l'annonce d'un tel projet c'était un peu revenu. Au même titre qu'un Ridley Scott par exemple la nostalgie de ses...

Lire la critique

il y a 5 ans

107 j'aime

14

Valérian et la Cité des mille planètes
guyness
3

Les gens vils, selon Saint Luc

Traverser les galaxies, réunir 1000 planètes pour découvrir que tous les aliens de la création ont l'humour de Luc Besson... Foncer droit vers les étoiles, et tomber sur la cité d’Emile pas net...

Lire la critique

il y a 4 ans

76 j'aime

25

Wanted : Choisis ton destin
gordongraf
2

je prend ton oeuvre et je t'encule avec...

Prenant complètement à contre-pied le comics dont il s'inspire. Wanted devient une farce crachant sur le concept original. Le discourt pamphlétaire est relégué à quelques phrases caricaturales...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

4

Alice au pays des merveilles
gordongraf
2

Wanted :Burton

Je lance un avis de recherche à propos de Tim Burton. Car oui je pense qu'un gros tacheron a fait de la chirurgie esthétique afin d'usurper son identité. Il est certainement en ce moment même...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

2

Avengers
gordongraf
5
Avengers

Le public à aimé...il est bien le seul!

Avant de commencer cette critique, un petite mise au point s'impose. Tout d'abord qu'est que "the Avengers " gros produit formaté pour les uns, arlésienne cinématographique pour les autres, dans tout...

Lire la critique

il y a 10 ans

7 j'aime

1