👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ah Cannes… Cinquante nuances de la même blague, qui se répète sans cesse, à l’infini… Ça m’amuserait sûrement si ça ne m’attristait pas à ce point. Donc cette « Valley of Love », si j’en suis les critères de Cannes (et de quelques critiques de presse pour les avoir lu depuis), ce serait donc un film qui doit être mis en avant, comme une incarnation du cinéma moderne ; une piste intéressante de septième art qui mérite d’être connue et suivie ? Intrigant… Je note. Donc passer une heure et demie avec un face-à-face dialogué qui se répète sans cesse, ça c’est donc un type de cinéma qui mérite d’être connu et suivi… Ne composer son propos que de petites discussions autour de son petit mal-être bourgeois, du goût du vin, ou de ses remords par rapport à la vie passée, ça aussi donc, ça mérite d’être connu et suivi… Brasser de la mélancolie à deux balles sur les tons monocordes d’un duo Huppert / Depardieu accablé par la chaleur, ça aussi alors ça mérite d’être connu et suivi… Fort bien. Je retiens. Mais moi je me pose quand-même quelques petites questions face à un tel spectacle. La première, tout bêtement, porte sur la finalité du film. Mais qu’est-ce que ce « Valley of Love » voulait nous dire ?

Ah le remords c’est tenace ? Ah la mort nous attend tous au tournant ? Ah on restera marqué à jamais par tout ce qu’on n’a pas fait par langueur et paresse ? Juste ça ? Franchement ?


Ça ne fait pas un tout petit peu « redite » dans l’univers du cinéma français ça, non ? Et puis quand même aussi, se pose la question de la manière. Je rappelle que le film dure une heure et demie et – en toute honnêteté – il n’y a pas grand-chose de plus que ce qu’il y avait- dans la bande-annonce. Tous les éléments d’intrigue y étaient là, presque en entier, clairement explicités, à part, peut-être, ceux du dernier quart d’heure. En fait, ce film est une sorte de version « extended » de la bande-annonce, où tous ses composants se retrouvent dilués et répétés à l’infini jusqu’à ce qu’on atteigne la limite fatidique du standard d’exploitation en salles. Symbole d’ailleurs de cette stagnation dans le vide, l’unique composition musicale entendue dans la bande-annonce, l’Unanswerd Question de Charles Ives. On l’entend régulièrement, à espace régulier, sans qu’aucune note ne soit changée, tel un témoin d’une intrigue qui tourne en rond ; d’un propos qui a fait le tour au bout de cinq minutes. Alors j’en entends déjà dire certain « mais c’est fait exprès, c’est pour qu’on ressente encore mieux la perdition de ces personnages, que la mélancolie gagne encore davantage de terrain. Cette musique contribue à poser cet état esprit tellement délicat qui incarne tellement bien la spécificité du cinéma français » Désolé, mais non. Cette musique incarne juste le fait que Guillaume Nicloux a eu une idée d’atmosphère en écoutant cette musique (ou en regardant « La ligne rouge », c'est selon...) et qu’il a été capable de produire cinq minutes de film avec ça, pas plus, et qu’à l’image de ce qui se fait en France, au lieu de creuser la question, de travailler le sentiment, d’explorer la réflexion, il a préféré brasser du vent, broder du creux, mais le tout avec un ton suffisamment arrogant et assuré pour qu’on n’ose pas questionner la pertinence de sa démarche. En cela, Isabelle Huppert s’est révélée une parfaite incarnation de cette entreprise bien vaine. Voilà une actrice au comble de la suffisance, qui par un jeu hautain cherche à donner l’illusion que, dans sa bouche, chaque vide est en fin de compte un plein. Tout chez elle est surfait, surjoué, enrobé à l’extrême, plombant absolument toutes les tentatives de Depardieu à jouer dans la nonchalance et une certaine forme de minimalisme. Pour le coup, le jeu d’Huppert pourrait résumer à lui seul ce qu’est ce film en son entier : une supercherie intellectuelle et cinématographique. Donc, en somme, face à ce genre de film, moi je n’ai plus qu’une envie, dire merci à Guillaume Nicloux qui, avec ce « Valley of Love » vient d’apporter une pierre supplémentaire à la pyramide de mes convictions sur le septième art hexagonal. Encore une fois donc, « merci Guillaume »…

lhommegrenouille
1

il y a 4 ans

1 j'aime

Valley of Love
Sergent_Pepper
6

Le pitch était presque parfait.

Il faut reconnaître que bien des éléments étaient alléchants dans ce projet singulier : les retrouvailles de deux sommets du cinéma français 30 après, un décor américain et un pitch singulier,...

Lire la critique

il y a 6 ans

38 j'aime

3

Valley of Love
BrunePlatine
8

Subtil duo en plein soleil

Une immense claque de soleil, de larmes et de talent. Un film d'une pudeur et d'une subtilité rares, un film pour moi inqualifiable, inclassable - merveilleux - qui réussit à mélanger drame,...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6

Valley of Love
mymp
4

♫ Perdus dans le déseeert ♬

Huppert et Depardieu, deuxième (enfin troisième, il y a eu Les valseuses quand même où il la faisait jouir avec la langue), 35 ans après Loulou de Pialat. À l’époque ils étaient à peine adultes, ils...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

3

Tenet
lhommegrenouille
4
Tenet

L’histoire de l’homme qui avançait en reculant…

Il y a quelques semaines de cela je revoyais « Inception » et j’écrivais ceci : « A bien tout prendre, pour moi, il n’y a qu’un seul vrai problème à cet « Inception » (mais de taille) : c’est la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

211 j'aime

71

Ad Astra
lhommegrenouille
5
Ad Astra

Fade Astra

Et en voilà un de plus. Un auteur supplémentaire qui se risque à explorer l’espace… L’air de rien, en se lançant sur cette voie, James Gray se glisse dans le sillage de grands noms du cinéma tels que...

Lire la critique

il y a 2 ans

188 j'aime

11

J'accuse
lhommegrenouille
4
J'accuse

Il y a les faits. Et puis il y a l’interprétation.

Étonnamment j’étais pas mal attiré par ce projet et cela malgré le fait que je ne sois pas trop fan du cinéma de Roman Polanski. L’Affaire Dreyfus au cinéma. Mais quelle évidence… Ils sont rares ces...

Lire la critique

il y a 2 ans

137 j'aime

50