👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Isabelle et Gérard se rendent à un étrange rendez-vous dans la Vallée de la mort, en Californie. Ils ne se sont pas revus depuis des années et répondent à une invitation de leur fils Michael, photographe, qu'ils ont reçue après son suicide, 6 mois auparavant.

Au sein d’un lieu évidemment choisi à la fois pour la symbolique qu’il transporte et pour ses caractéristiques géographiques (immense étendue de désert à perte de vue, écrasée par le soleil, mais au sein duquel il est malgré tout possible de dénicher des zones d’ombre), la Death Valley en Californie est le terrain adéquat dans lequel va pouvoir évoluer le couple Huppert et Depardieu. Mais surtout il devient le tombeau idéal où divers fantômes vont apparaitre et disparaitre, planant constamment entre ciel et sable.
Trois fantômes plus exactement. Le fantôme de Michael qui s’est donné la mort et qui revient hanter ses parents le temps d’un petit parcours initiatique. Le fantôme d’un couple qui s’est autrefois aimé. Et, au-delà de la fiction, ou plutôt accroché à la fiction, le fantôme d’un couple d’acteurs comme marqueur d’une mémoire du cinéma. Tout ça s’imbrique, se mélange, créant une atmosphère mystérieuse et laissant échapper des percées fantastiques floues.
Tout ça est très intéressant sur le papier, mais devient un peu bancal à l’écran. Disons que l’écriture de Nicloux, et ses intentions, sont un peu trop évidentes et lisibles, quand elles ne sont pas tout simplement gênantes au détour d’un dialogue. Les idées ne s’incarnent pas totalement, le côté mystérieux me paraît trop souvent fabriqué, et le trouble désiré n’atteint peut être pas le degré espéré. Et puis il y a un côté un peu trop malin et facile à tout vouloir laisser en suspens.
Mais il y a malgré tout un vrai plaisir à voir évoluer ces deux immenses acteurs dans ce lieu.
Surtout Depardieu qui dévore le scope. Filmé comme une créature monstrueuse et magnifique, pathétique et décomposée, il y a longtemps qu’il n’avait pas été aussi bouleversant.

Teklow13
6
Écrit par

il y a 7 ans

5 j'aime

2 commentaires

Valley of Love
Sergent_Pepper
6

Le pitch était presque parfait.

Il faut reconnaître que bien des éléments étaient alléchants dans ce projet singulier : les retrouvailles de deux sommets du cinéma français 30 après, un décor américain et un pitch singulier,...

Lire la critique

il y a 6 ans

38 j'aime

3

Valley of Love
BrunePlatine
8

Subtil duo en plein soleil

Une immense claque de soleil, de larmes et de talent. Un film d'une pudeur et d'une subtilité rares, un film pour moi inqualifiable, inclassable - merveilleux - qui réussit à mélanger drame,...

Lire la critique

il y a 6 ans

21 j'aime

6

Valley of Love
mymp
4

♫ Perdus dans le déseeert ♬

Huppert et Depardieu, deuxième (enfin troisième, il y a eu Les valseuses quand même où il la faisait jouir avec la langue), 35 ans après Loulou de Pialat. À l’époque ils étaient à peine adultes, ils...

Lire la critique

il y a 7 ans

17 j'aime

3

Amour
Teklow13
8
Amour

Critique de Amour par Teklow13

Il y a l'amour qui nait, celui qui perdure, celui qui disparait, et puis il y a celui qui s'éteint, ou en tout cas qui s'évapore physiquement. Si certains cinéastes, Borzage, Hathaway, ont choisi de...

Lire la critique

il y a 10 ans

85 j'aime

11

Mud - Sur les rives du Mississippi
Teklow13
5

Critique de Mud - Sur les rives du Mississippi par Teklow13

J'aime le début du film, qui débute comme un conte initiatique. Nichols parvient à retranscrire d'une jolie façon le besoin d'aventure, de mystère, de secret que l'on peut ressentir durant l'enfance...

Lire la critique

il y a 10 ans

56 j'aime

4

Les Amants passagers
Teklow13
2

Critique de Les Amants passagers par Teklow13

Le film possède une dimension métaphorique et repose sur une image politique plutôt intéressante même si déjà rabattue, à savoir assimiler un avion à la société actuelle, en premier lieu la société...

Lire la critique

il y a 9 ans

55 j'aime

4