Van Confusing

Avis sur Van Helsing

Avatar Bastral
Critique publiée par le

Le scénariste/réalisateur Stephen Sommers est un grand fan des monstres classiques d’Universal, cela est connu. Il a entre autres écrit et réalisé les films de La Momie 1 et 2 (1999 et 2001). Son Van Helsing de 2004 est donc logiquement un hommage aux films multimonstres d’Universal dans les années 40, avec ici Dracula, la créature de Frankenstein et le loup garou —ainsi que Mister Hyde au tout début—.

L’hommage est même tellement appuyé que le film commence avec un prologue en noir et blanc, filmé de manière très similaire aux grands classiques, avec jeux d’ombres et compositions soignées. Par la suite, les références se font plus discrètes, mis à part quelques plans, le design des créatures, la manière qu’on les vampires d’apparaitre et de disparaitre… et surtout les décors qui sont superbes. C’en est même le principal atout du film. Malheureusement quand Sommers ne révise pas ses classiques, sa réalisation est parfaitement lambda.

Au niveau du scénario, ça part dans tout les sens, ce qui est à anticiper après tout dans un film avec autant de personnages. Il comporte également son lot d'éléments inutiles, comme la véritable identité de Van Helsing, ou clichés, comme sa prévisible romance avec Anna. Pourtant le pitch de base n’est pas inintéressant : Dracula cherche à donner vie à sa progéniture morte-née grâce à la machine du Docteur Frankenstein. Sommers délaisse l’archi classique structure en trois actes pour celle, moins courante, en cinq actes —plus un prologue, donc— :

Prologue : Dracula et Frankenstein
Acte 1 : Helsing vs Hyde
Acte 2 : Arrivée en Transylvanie et première bataille contre les enfants de Dracula
Acte 3 : Découverte de la créature de Frankenstein
Acte 4 : Sauvetage d’Anna
Acte 5 : Sauvetage de la créature de Frankenstein et confrontation finale

Ce n’est pas une mauvaise idée en soit car cela permet plus de retournements de situation et une histoire plus complexe. Mais le revers de la médaille est que, quand le scénario est brouillon ou que le film est mauvais, cela crée d’autant plus de problèmes de rythme.

Car oui, le film n’est franchement pas réussi. La principale raison selon moi est qu’il oscille constamment entre un univers de dark fantasy au premier degré et l’action comedy déjantée à La Momie. Résultat : on se retrouve le cul entre deux chaises, ce qui n’est guère plaisant.

La faute en incombe pour beaucoup au jeu d’acteurs, qui varie du fade —Hughes Jackman en Van Helsing et Kate Beckinsale en Anna— au franchement mauvais —David Wenham en frère Carl— en passant par un Richard Roxburgh complètement en roue libre comme Dracula. Le problème est que Van Helsing et Anna sont interprétés très sérieusement, à l’inverse de Dracula. La tension est complètement désamorcée. Dans La Momie, par exemple, c’était le trio Frasier/Weisz/Hannah qui s’assurait de la comédie, et la momie restait menaçante.

On notera au passage que Kate Beckinsale est beaucoup plus convaincante en vampire (Underworld est sorti un an plus tôt) qu'en chasseuse de vampire.

Bref, Van Helsing est un film plein de bonnes intentions, mais brouillon, mal interprété et coincé entre deux approches irréconciliables.
Si vous voulez voir une comédie d'action avec des monstres d’Universal, regardez La Momie.
Si vous préférez un hommage réussi et plus sérieux, regardez le Dracula de Coppola.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 216 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Bastral Van Helsing