Affiche Vers la lumière

Critiques de Vers la lumière

Film de (2018)

Blind

Continuant son introspection sur la perte et la disparition, Naomi Kawase nous délecte toujours de son style si vaporeux avec Vers la lumière mais s’enlise dans un récit didactique et empreint de fausses pistes. Avec Vers la lumière, Naomi Kawase parle de cinéma, de l’interprétation que nous portons aux images, de l’importance des mots que l’on utilise pour analyser une œuvre. Avec... Lire la critique de Vers la lumière

16 1
Avatar Velvetman
5
Velvetman ·

Nostalgie de la lumière

Texte originellement publié le 29/05/2017 sur ScreenMania : https://www.screenmania.fr/film-critique/vers-la-lumiere-naomi-kawase-2017 Le sujet de Vers la lumière est peut-être une évidence pour le cinéma solaire de Naomi Kawase, mais il est aussi une respiration bienvenue dans la compétition... Lire l'avis à propos de Vers la lumière

12 6
Avatar Lt Schaffer
7
Lt Schaffer ·

La parole de l'infime

Une salle de travail. Tout autour de la table, un groupe de malvoyant côtoie des audio descripteurs. Dans les haut-parleurs, des mots se posent délicatement sur les contours du film qui défile sur le mur. À la fin de l’extrait, le débat prend vie. Chacun apporte une voix, un regard. Ainsi dès son introduction, Naomi Kawase pose une première question passionnante :... Lire l'avis à propos de Vers la lumière

12 6
Avatar Westmat
7
Westmat ·

Faussaire de déjà vu...

En sortant de la projection, je me suis interrogé à savoir pourquoi, alors que je suis assez sensible au cinéma asiatique, celui de Naomi Kawase me laissait souvent en repli. « Vers la lumière » ne faillit pas à la règle et je serai même plus dur. Car entre les premières scènes et les dernières, il y a tant de flottements que cela en devient fatigant au sens propre comme au figuré. Oui... Lire la critique de Vers la lumière

8 5
Avatar Fritz Langueur
5
Fritz Langueur ·

Blind date

Le sujet n’était pas dénué d’intérêt : Misako pratique l’audiodescription, qui permet aux non-voyants d’avoir accès au cinéma. Elle fait ses débuts, et bute sur un dénouement, pour lequel les mots qu’elle choisit ne convainquent pas l’équipe à laquelle présente son travail. Le débat sur la subjectivité du voyant et la part d’interprétation s’immisçant dans une description qui se... Lire l'avis à propos de Vers la lumière

20 11
Avatar Sergent Pepper
4
Sergent Pepper ·

Un photographe est un chasseur dont le temps est la proie.

Misako est une jeune audiodescriptrice pour non voyants qui travaille sur la description du monde qui l'entoure. Parmi ses patients, Masaya Nakamori est un photographe d'une cinquantaine d'années qui devient irrémédiablement aveugle. Misako est aussi la fille unique d'une mère qui avec les années commence à souffrir de sénilité. Ces 2 personnages fragiles dont les relations sont... Lire la critique de Vers la lumière

6 3
Avatar dagrey
7
dagrey ·

À la poursuite du soleil couchant...

Les films de Naomi Kawase sont empreints d’une nostalgie certaine, comme si la réalisatrice n’aimait à tourner sa caméra que vers ce qui sombre et menace de disparaître : la modeste boutique de dorayakis, le destin de la vieille dame, dans le précédent opus, « Les Délices de Tokyo » (2016), le rapport à la vision, ici, chez un photographe de renom, Masaya (le toujours excellent Masatoshi... Lire la critique de Vers la lumière

5 2
Avatar Anne Schneider
7
Anne Schneider ·

Subarashii

Naomi Kawase érige le septième art au rang d’antidote à l’impermanence. Vers la lumière saisit les splendeurs du monde avant qu’elles ne s’éteignent. Et si nous tenions enfin une deuxième Palme d’Or féminine ? “Ce film si grand, limité par le carcan des mots, il n’y a rien de plus triste.” : cette phrase prononcée devant la jeune Misako incarne l’essence même de Vers la lumière. Ayame... Lire la critique de Vers la lumière

5
Avatar Filmosaure
9
Filmosaure ·

Glisse malheureusement petit à petit vers la mièvrerie

J'éprouve toujours des scrupules à dire du mal d'un film de Naomi Kawase, tellement la personne m'est sympathique et ses intentions louables. Le début de Vers la lumière est par exemple parfaitement brillant. L'idée de donner au personnage principal du film la profession d'audio-descriptice est un coup de maître. Cela donne des premières séquences délicieuses dans lesquelles... Lire la critique de Vers la lumière

4
Avatar Christoblog
4
Christoblog ·

"C'est mon coeur, même si je ne m'en sers plus"

Un homme est assis dans un métro. La lumière rapide des stations défile devant ses yeux. Son regard est triste, perdu. Ce qu'il voit n'est pas la photographie exacte des personnes assises en face de lui mais une peinture abstraite avec un fragment de réalité. Soudainement, ce fragment disparait lui aussi. Une larme coule. Masaya ne voit plus. Scène bouleversante dans laquelle Naomi... Lire la critique de Vers la lumière

4
Avatar Zeldafan70
7
Zeldafan70 ·