Écouter son coeur

Avis sur Vice-Versa

Avatar Mathias Bègue
Critique publiée par le

Voulez-vous savoir ce qu'y s'est passé dans ma tête lorsque j'ai vu Vice-Versa ?

Joie : Enfin ! Je vais voir Vice-Versa. Et en avant première en plus !

Tristesse : Dommage que ce ne soit que l'avant première à la Réunion.

Joie : Au moins, avec mon frère nous le verrons avant les autres. Oh super, grâce à nos billets on a droit à une boisson et des smarties gratuits ! Reste plus qu'à acheter le pop-corn.

Peur : J'espère qu'on ne croisera personne de notre connaissance.

Joie : Peur, ne stresse pas voyons !

Peur : Parle pour toi. Je suis toujours stressé dans un cinéma.

Joie : Ne t'en fais pas, c'est un Pixar, nous ne serons jamais déçu. Tu t'en souviens quand Papa et Maman nous a emmené voir Monstres & Cie. C'était la première fois qu'on allait au cinéma

Peur : C'est vrai que grâce à ce film, je n'ai jamais eu peur des monstres.

Joie : Bon, un peu de patience ne fais jamais de mal. Il ne reste plus qu'une heure avant la projection.

Colère : J'espère sincèrement qu'il n'y aura pas de petits marmailles qui nous fera chier durant tout le film. Comme j'avais envie d'étrangler cette fille quand on est parti voir Cendrillon.

Joie : Ce ne sont que des enfants Colère. Mathias en était un aussi.

Colère : Mais Mathias, lui au moins, restait sage dans un cinéma.

Joie : Oui. Mathias restera courageux et bienveillant quoi qu'il arrive.

Dégoût : J'attends beaucoup de ce film. J'espère qu'il me scotchera visuellement à l'image d'un Rebelle, ou que l'action soit énorme comme dans Les Indestructibles.

Tristesse : J'aimerais vraiment faire pleurer Mathias. Vous m'empêcher toujours de le faire chaque fois qu'il regarde le début de Là-Haut ou la scène finale de Rebelle.

Joie : Mais, on te fait participer Tristesse. Certes, nous ne devons pas faire couler une seule larme sur sa joue, mais il peut pleurer tant que ses larmes restent collées à ses yeux ou à ses cils.

Colère : Ouais! C'est le protocole. Les garçons ne pleurent jamais. On peut remercier Papa et Maman pour ça.

Joie : Chut ! Ça commence ! Chouette, la bande-annonce du Voyage d'Arlo.

Dégoût : Ouh là. Ça a l'air beau, mais qu'est ce que c'est gamin.

Joie : On le verra quand même. Super, le court-métrage.

Dégoût : Non, mais c'est quoi ses volcans ?

Joie : La chanson est belle.

Colère : Super, vlà un bébé qui pleure. Oh, et il ose toucher l'épaule de Mathias. Il s'est pas se tenir tranquille !!!???

Peur : Le pauvre, je le comprends. Mathias aussi a eu des frayeurs quand il était petit.

Joie : Oh My God ! Le film commence !

Dégoût : Rhôôhh ! Les personnages sont tous des playmobils !

Joie : Oh Colette, tu as réussi à faire le couv' du magazine. Félicitation !

Tristesse : Pauvre Rémy. Il ne méritait pas de mourir. Un si talentueux cuisinier !

Joie : Tous les rats se ressemblent Tristesse. Et puis qu'est ce que Rémy ferait à San Fransisco ?

Tristesse : Riley déménage. C'est comme quand Mathias a déménagé alors qu'il n'avait que 9 ans.

Joie : Wow ! C'est fou comme on s'y retrouve dans les films de Pixar. Je sens que celui-ci va nous plaire.

Tristesse : Pauvre Riley, je comprends tellement son mal.

Colère : C'est pas vrai ! Voilà qu'une ado chétive n'a pas éteint son téléphone ! Je demande qu'elle sorte !

Dégoût : Berk ! Mais, il est dégueulasse ce jus. Qu'est ce qu'est ? Orange-Carotte ? Et, mais elle est pas mal cette scène : les personnages changent de formes. Quelle créativité ! C'est swag !

Joie : Alors là, c'est vachement drôle, bien trouvé et très bien écrit. Le petit ami imaginaire (Justin Bieber on t'as reconnu), le mélange des faits et des opinions, les rêves semblables à des navets filmés par un studio (serais-ce une pique à Dreamworks ?).

Peur : Oh non, Riley va désobéir à sa mère, je ne veux pas voir ça !

Tristesse : Joie, puis-je faire pleurer Mathias. La mort de Bing-Bong est si triste que je ne peux plus me retenir.

Joie : Finalement, oui. J'ai appris une leçon de ce film. La joie ne peut vivre que lorsque la tristesse est à ses côtés (n'est ce pas Princesse Kaguya ?).

Tristesse : Zut. Mathias, je n'arrive plus à lui faire couler une larme. Elle reste collée à ses cils.

Joie : Donnons-nous un peu de temps ! Avec un peu de chance, il finira par t'accepter pleinement Tristesse.

Joie : J'aime les histoires qui finit bien ! Ah ben non, on ne sait pas si le film finit bien. À quand la puberté ?

Dégoût : 08/10. Bon animé ! Beau design. Trop attendu.

Joie : 10/10. Mathias a reçu son lot de bonheur aujourd'hui.

Tristesse : 10/10. Mathias a reçu son lot de tristesse aujourd'hui.

Peur : 9/10. J'enlève un point à cause de la scène où Riley vole la carte de sa mère (que voulez-vous je suis un trouillard, désolé si Mathias agit un peu comme moi).

Colère : 7/10. Les spectateurs autour de Mathias n'ont pas respecté ce chef-d’œuvre comme il le fallait. Personne n'a applaudit à la fin. Mais bon, ils étaient quand même assez sage (comme quand on a vu La Reine Des Neiges).

Joie : On a 2 voix pour le 10/10, et une seule voix pour les 7/10, 8/10, et 9/10. C'est décidé : 10/10 pour Vice-Versa.

Dégoût : C'est tout de même trop subjective comme note.

Joie : Ce n'est pas grave.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 372 fois
9 apprécient

Mathias Bègue a ajouté ce film d'animation à 5 listes Vice-Versa

Autres actions de Mathias Bègue Vice-Versa