Le meilleur Pixar depuis des années

Avis sur Vice-Versa

Avatar Housecoat
Critique publiée par le

Je tiens à préciser que mes émotions ont pleinement contribué à cette chronique dans mon Quartier Cérébral.

Vice Versa ou Inside Out, est le quinzième film des Studios d'Animation Pixar. Je dois dire que depuis quelque années, Pixar est un peu dans le déclin par rapport aux films d'animations Disney qui ont regagnés en qualité depuis 2010 (merci John Lasseter). Et depuis 2010, les films Pixar deviennent de moins en moins mémorables. Je vois tout ça comme une balance avec Disney et Pixar, et la balance penchait pour Pixar dans les années 2000, s'est équilibrée en 2010 pour les deux, et après elle a penché très légèrement pour Disney, laissant Pixar descendre. Car il faut admettre que Rebelle, Cars 2 et Monstres Academy (bien que je l'ai adoré) montre bien que tout le potentiel semble être revenu chez Disney (Raiponce, Les Mondes de Ralph, Les Nouveaux Héros et bien sûr La Reine des Neiges). Alors Vice Versa promettait de faire basculer la balance en faveur de Pixar (il a été anobli à Cannes quand même), en plus c'est Pete Docter qui l'a réalisé (Monstres & Cie et Là-Haut). Mais...je pense que la balance ne relèvera pour Pixar qu'un peu. J'hésite beaucoup à le dire mais...j'ai été légèrement déçu (je suis vraiment désolé, moi-même je me refusais de l'admettre en sortant de la salle). Attention, je ne dis pas que la qualité n'est pas là, parce que franchement, c'est le meilleur Pixar depuis des années (surtout qu'on a eu une année entière sans un seul long-métrage). Il surclasse largement TOUS les Pixar sortis depuis 2011. Malheureusement je m'attendais à meilleur que Là-Haut du même réalisateur. En fait il n'est pas meilleur mais il est au même niveau je trouve. Là-Haut a un côté très émotionnel et spectaculaire, Vice Versa ne l'a pas mais compense avec un côté tendre, plus émotionnel et profond. Mais je voulais qu'il le dépasse, mais j'ai eu une petite déception en sortant de la salle car il n'est pas meilleur que Là-Haut, mais il est à peu près au même niveau. Ce qui m'a déçu je pense était que j'en attendais peut-être trop, je voulais qu'il soit LE film Pixar depuis sa création. En même temps on disait sans cesse à Cannes qu'il s'agit du meilleur. Mais à Cannes, faut bien admettre qu'on considère comme un grand film que ce qui possède de l'intelligence. Parce qu'en fait Vice Versa est un super film profond mais à mon grand regret pas le meilleur des Pixar pour moi. Mais il s'agit sans aucun doute du film d'animation avec le meilleur scénario que j'ai jamais vu. C'est sans aucun doute le Pixar le plus intelligent, le plus recherché et le plus abouti de tous. Mais c'est surtout le plus adulte des Pixar car le thème du film est un sujet de société qui nous a quasiment tous affectés: le passage de l'enfance à l'adolescence. Et le tout à travers une allégorie très répandu mais qui ne demandait qu'à être optimiser au maximum. Le film a complètement réussi là-dessus. Rien n'a été laissé au hasard. Le film n'est pas le meilleur Pixar que j'ai vu mais il est celui qui a le mieux réussi ce qu'il voulait entreprendre. Autrement dit, il est quasiment parfait. De toute façon, ce film ne pouvait être que génial vu comment Pete Docter a eu l'idée de départ du film (il a eu l'idée en regardant des photos de sa fille bébé jusqu'à aujourd'hui)

Le film nous raconte la vie d'une jeune fille appelée Riley et de ses "Émotions" qui la guide. Joie, Tristesse, Peur, Dégoût et Colère. Chacun a un rôle à jouer dans la vie de Riley. Seulement, Riley et ses parents déménagent. Et ses émotions doivent bien la gérer pour lui permettre de rester heureuse. Le film traite à travers une image enfantine la crise d'adolescence (ou plutôt la mauvaise passe que passe une enfant dans un monde inconnu).

Et la chose la mieux construite dans le film est le cerveau de Riley.
Les Émotions: Joie qui fait en sorte à ce que Riley soit joyeuse et gentille; Peur qui s'occupe de sa sécurité; Dégoût qui fait en sorte que Riley ne soit pas empoisonné physiquement et socialement; Colère qui cherche à régler les injustices; et Tristesse qui ne sait pas vraiment en quoi consiste son rôle pour Riley.
Il y a aussi les lieux dont leurs fonctionnements est très bien construit et pensé pour Riley, on a droit au: Quartier Cérébral qui permet aux émotions de guider Riley.

Au Cinq Îles qui sont la représentation du caractère de Riley: l'Île de la Bêtise qui montre que Riley aime s'amuser, l'Île de l'Honnêteté qui montre qu'elle est honnête, l'Île du Hockey qui représente son amour pour ce sport, l'Île de l'Amitié qui représente ses liens avec ses amis et enfin l'Île de la Famille qui est la plus importante car elle représente son lien avec ses parents. Il y a ensuite: La Mémoire à long terme où sont stockés tous les souvenirs à la fin de chaque journée (et donc de toute la vie de Riley), La Pensée Abstraite (dur à comprendre ça), La Terre de l'Imaginaire où l'imagination de Riley est représentée, le Subconscient où l'on enferme les mauvaises pensées, "Rêves Productions" où les rêves sont créés chaque nuits (bonne idée de faire passer ça comme un studio Hollywoodien d'ailleurs) et le Gouffre de l'Oubli où tout ce qui est inutile est jetée pour y être oublié. Sans oublier le Train de la Pensée qui livre les pensées et les idées de Riley dans tout son cerveau.

Tout cela est expliqué très simplement, fluide et facile à comprendre. Mais le meilleur est que:
Notre esprit pourrait être comme ça. Sans rigoler, tout ce qu'on voit dans le film est une allégorie de ce qui se passe dans notre tête. Notre cerveau pourrait vraiment fonctionner de cette manière. Il n'y a qu'a voir le comportement de Riley. Tout ce qu'elle fait dans le film est certes guidé par les émotions mais est complètement naturel et vrai dans la réalité. C'est à se demander si ce n'est pas réellement comme ça dans notre esprit (ça pourrait).

Et le tout nous est montré à travers la vie d'une enfant depuis sa naissance.

Le film commence par la naissance de Riley où Joie est la première à interagir avec Riley via le panneau de commande du Quartier Cérébral et la rend joyeuse. Tout nous est montré progressivement et clairement à partir de là. Ensuite apparaît Tristesse qui est capable de rendre Riley triste. Et Joie n'apprécie pas ce qu'elle peut faire à Riley car elle veut que Riley soit heureuse dans sa vie et la tristesse n'est pas une émotion utile et plaisante à regarder ou a faire vivre. Alors Tristesse pendant le film pense qu'elle ne sert à rien dans la vie de Riley et Joie non plus ne sait à quoi Tristesse peut servir (il est vrai qu'on ne peut pas vraiment savoir à quoi la tristesse peut nous aider sans y réfléchir) . Arrive après, Peur qui s'occupe de la sécurité de Riley (la peur existe pour nous préserver du danger). Ensuite Dégoût qui empêche Riley de se faire empoisonner physiquement et socialement, c'est à dire qu'elle permet à Riley de juger, d'analyser si quelque chose est bon ou mauvais dans sa vie quotidienne (un peu comme la peur mais dans un sens personnel). Et après, Colère, qui s'occupe de faire régner la justice pour Riley (on se met en colère pour montrer son ressenti ou son mécontentement sur quelque chose afin de la régler). Les émotions sont le moteur du film et de Riley qui est la personnage principale et l'enjeu du film car le but des émotions est son bonheur tout simplement. Et c'est évident dans ce cas que Joie soit un peu la chef dans le Quartier Cérébral, car elle est la mieux placée pour faire le bonheur de Riley. Et Tristesse est considérée comme étant inutile et nocive pour Riley car elle aussi veut son bonheur mais elle peut juste la rendre triste et la tristesse est l'émotion la plus éloigné de ce qu'elle veut faire pour Riley.

Les Émotions interagissent sur le panneau de commande pour guider Riley et chaque action créer un souvenir coloré (une couleur correspondant à une émotion), et à chaque fin de journée, les souvenirs sont envoyés dans la Mémoire à long terme (la mémoire générale, en théorie elle est infini). Mais certains souvenirs marquant (plus brillant que les autres) reste conservés dans le Quartier Cérébral et permettent la construction de la personnalité de Riley. Ces souvenirs les plus marquants sont "branchés" dans le Quartier Cérébrale, ce qui créer des "îles" dans l'esprit et représentent chacun une caractéristique de Riley et à eux tous, sa personnalité en générale.
C'est dingue, c'est du jamais vu. Le film nous montre métaphoriquement ce qu'est Riley en plus de nous le montrer à travers ses actes. Les Cinq Îles représentent ce qu'elle est littéralement. Elle est honnête, sportive, elle aime s'amuser et elle a des liens forts avec ses parents et ses amis. C'est ce qu'elle est et le film en a fait une aventure intérieure où la personnalité du personnage principale est à la fois l'enjeu et l'univers où évoluent les personnages principaux.

Tout se passe bien dans la vie de Riley jusqu'à ce qu'elle et ses parents déménagent à San Francisco. Et pour ne rien arranger, leurs affaires n'arrivent pas chez eux (ce qui augmente encore plus l'effet de mal du pays pour Riley car elle se trouve en terrain inconnu sans repères de sa vie chez elle).

A partir de là, tous les souvenirs que Tristesse touchent, deviennent des souvenirs tristes sans explications apparentes (il y en a une en réalité mais j'y reviendrai plus tard). Et le jour où Riley entre dans sa nouvelle école, tout dérape quand Tristesse touche un souvenir de Riley, ce qui fait éclater cette dernière en sanglot et fait apparaître un nouveau souvenir destiné à être "branché" dans le Quartier Cérébrale. Joie ne voulant pas qu'une personnalité de Riley soit basée sur un souvenir triste, elle l'intercepte mais elle et Tristesse se font évacuer par accident sur la Mémoire à long terme avec en plus, les souvenirs essentiels qui "alimentent" ces îles de personnalités de Riley et qui sont primordiales pour elles. Il est vrai que l'obstination de Tristesse à tenter de guider l'esprit de Riley à ce moment-là peut-être insupportable mais tout ce qu'elle voulait faire, c'est l'aider à traverser ce mauvais moment car comme Tristesse se complaît dans le désespoir elle pense aider Riley l'exprimant (tout ça est parfaitement compréhensible).

Le film gagne encore en complexité intéressante à partir de là. Puisque Joie et Tristesse ne sont plus dans le Quartier Cérébral pour guider Riley. Riley ne ressent plus que du dégoût, de la peur et de la colère car ces derniers tentent en vain de la guider comme le ferait Joie. Mais ils ne peuvent pas (peut-être en sont-ils simplement incapable car ce n'est pas leur fonctions premières, après tout, ce n'est pas pour rien qu'ils sont cinq à guider Riley). Joie et Tristesse doivent donc rentrer au Quartier Cérébral pour ramener les souvenirs essentiels de Riley car ses lieux de personnalités tombent en miettes dans le Gouffre de l'Oublie parce qu'ils ont besoin de ces souvenirs pour fonctionner. Sans l'Île de la Bêtise, Riley ne s'amuse plus; sans l'Île de l'Amitié, elle détruit les liens avec son amie; sans l'Île de l'Honnêteté elle se met à trahir ses parents; sans l'Île du Hockey, elle ne veut plus jouer au Hockey; et sans l'Île de la Famille, elle coupe les liens avec ses parents. Mais ces Îles n'ont pas de fonctions à proprement parler, ils sont les représentations des personnalités que Riley possède et perd et ce qu'elle risque de perdre de son enfance.

Joie et Tristesse traversent la Mémoire à long terme où le film nous montre une interprétation assez drôle du pourquoi de l'oubli de certains souvenirs et du pourquoi certains restent dans notre tête tout le temps (le runing gag de la pub de chewing-gum), elles croisent la route de Bing Bong, l'ami imaginaire de Riley qui les accompagne. Ils doivent prendre le Train de la Pensée pour rentrer au Quartier Cérébral. Pour le prendre ils passent par la Pensée Abstraite puis la Terre de l'Imaginaire où l'on voit tout ce que Riley imagine (et qui montre bien que l'imagination est quelque chose de très varié et complet) mais arrivent trop tard car Riley s'est endormie. Le seul moyen étant de la réveiller pour prendre le Train, ils entrent dans La Production des Rêves pour tenter de la réveiller en tournant un cauchemar. Le film en profite pour nous montrer le Subconscient où l'on enferme les mauvaises pensées ou les terreurs cachés (dont un clown) qui leur permet de réveiller Riley (c'était une bonne idée de faire écho sur la très répandu peur des clowns auquel un grand nombre d'enfants sont confrontés).

Mais en réveillant Riley, les Émotions ont l'idée de faire fuguer Riley pour rentrer chez elle dans le Minnesotta. Joie, Tristesse et Bing Bong prennent enfin le Train pour rentrer au Quartier Cérébral et le film en profite pour faire une remarque sur les propos que l'on se fait et sur les faits réels des choses qui sont tous mélangés entre eux (vous savez, quand on croit connaître quelque chose dur comme fer sur notre propre interprétation).

Malheureusement, le Train est arrêté suite à la chute de l'Île de l'Honnêteté sur les rails (Riley a volé la carte de crédit de sa mère). Joie croyant que Riley a besoin de joie pour se sortir de cette passe, elle abandonne Tristesse dans la Mémoire à long terme de peur qu'elle ne rende triste les souvenirs essentiels (ça ne vous a pas traversé l'esprit que Joie aurait pu abandonner Tristesse dans la Mémoire à long terme si elle ne connaissait pas le trajet pour rentrer au Quartier Cérébrale ?). Mais la chute de l'Île de la Famille provoque la chute de Joie et Bing Bong dans le Gouffre de l'Oubli.

Mais après avoir revu des souvenirs chers, Joie prend conscience du rôle de Tristesse pour Riley: elle lui fait exprimer sa tristesse tout simplement, car la tristesse n'est pas un mal, il permet de montrer que l'on n'est pas bien et que l'on peut y remédier, que l'on peut regretter. Joie elle-même en fait l’expérience, car si Joie avait laissé le souvenir triste être "branché" au Quartier Cérébrale, Riley aurait exprimée sont regret de son ancienne maison. Voilà pourquoi un souvenir devenait automatiquement triste quand Tristesse la touchait. Elle permettait à Riley d'exprimer ce qu'elle ressent de sa nouvelle vie. Mais Joie ayant toujours démontrer que la tristesse est nocive, Tristesse elle-même hésitait si c'était bon ou pas pour Riley (ce ne sont que mes suppositions, un film aussi bien ne peut avoir juste une seule interprétation). Joie retrouve le souvenir essentiel triste dans le Gouffre et ne réussit à le quitter que grâce au sacrifice de Bing Bong (peut-être est-ce la le symbolisme de l'enfance disparaître dans l'oubli, Pete Docter avait dit quelque chose dans une conférence de presse à Cannes je crois...).

Joie parvient à rattraper Tristesse et à les ramener au Quartier Cérébral quand les Émotions ont perdu le contact avec Riley sans réussir à lui retirer l'idée de la fugue. Jusqu'à ce que Tristesse y arrive. Mais attention, ce n'est pas qu'ils n'avaient pas la bonne technique pour l'enlever, c'est que seul la tristesse pouvait convaincre Riley de faire demi-tour.

Et c'est à ce moment-là que l'on comprend tout dans le film. Joie permet à Tristesse de toucher les souvenirs essentiels de Riley quitte à les rendre tristes. Riley rentre chez elle et pleure devant ses parents, elle exprime enfin de la tristesse de ce qui lui arrive, de ce qu'elle ressent depuis son arrivée. Elle avoue qu'elle est complètement perdue sans repères (elle-même et ses émotions). A ce moment-là, un nouveaux souvenir apparaît, un souvenir à la fois triste et joyeux et essentiel qui s'installe dans le Quartier Cérébrale et créer une nouvelle Île de la Famille (toute nouvelle). Riley a tourné la page. Voilà ce que le film veut raconter. Joie ne voyait le bonheur de Riley qu'à travers la joie, mais il était impossible que Riley soit heureuse dans ce cas-là. Elle ne pouvait être heureuse de cette nouvelle vie en gardant un souvenir joyeux de l'ancienne en sachant que c'était derrière elle. Tristesse n'as pas inculqué la tristesse à proprement parler dans les souvenirs mais le regret, le regret de ces souvenirs passés. Ce regret qui lui a permis de communiquer sa tristesse à ses parents. Car quand on garde un sentiment pour soi, il ne peut pas en sortir quelque chose de bon.

On voit après que les souvenirs de Riley ne sont plus des souvenirs reliés à une seule émotion mais sont devenus des souvenirs complexe de plusieurs émotions à la fois, ce qui créer de nouvelles îles de la personnalité de Riley. Toute l'aboutissement du film est là: Riley a changée, sa personnalité est devenu plus complexe, ses traits de personnalités plus nombreux. C'est à se demander si ce qui est arrivé dans l'esprit de Riley pendant tout le film n'est pas un passage obligé à tous les enfants qui grandissent pour gagner en personnalité (je crois que oui, c'est ce que le film représente). Car à la fin. Maintenant que Riley est grande, son esprit ne fonctionne plus comme avant. Ses souvenirs ne peuvent plus se contenter de contenir une seule émotion. Elle grandie.

Tout le fonctionnement du cerveau de Riley a des bases bien construites et qui se tiennent. Voilà pourquoi je le considère comme le Pixar le mieux construit et à la meilleure histoire. Car tout se tient. Tout l'esprit de Riley est une allégorie de ce qui se passe dans notre tête (cherchez dans le dictionnaire). Toute l'activité cérébrale est tellement bien représentée que ça pourrait être possiblement vrai. Même si l'activité cérébrale semble montrer des personnages faisant simplement leur travail (les petites créatures ressemblant à des Minions, serait-ce des neurones ?), il a un réel impact émotionnel sur Riley. Et je me pose une question: Est-ce réellement les Émotions qui guident Riley ? Ou les Émotions ne sont-ils que des représentations mentales de ce qu'elle fait ? (bon le fait que l'on voit le même fonctionnement dans la tête des autres casse un peu cette théorie mais vous comprenez ce que je veux dire je crois, je prends comme exemple le gag de "l'avion" où les Émotions pourtant très matures sont émerveillés comme Riley bébé). Car tout ce que fait Riley est ce que tout le monde ferait à sa place (on nous montre le vrai comportement de l'enfant dans ce film), ce qui rend encore plus immersif, et renforce le côté réaliste de l'allégorie et bien sûr, cela renforce l'empathie pour Riley et indirectement à ses Émotions. Et quand on voit les Quartiers Cérébraux des autres personnes, on nous construit encore plus la vision que l'on se dit. Les Quartiers Cérébraux des autres personnages sont à l'image de ce qu'ils sont et leurs Émotions sont à leurs images. Et je tiens à faire remarquer les panneaux de commandes et leurs différences avec ceux de Riley. Quand Riley est née, son panneau de commande ne comportait qu'un bouton. En grandissant, son panneau possède de plus en plus de commandes. Ensuite quand on voit les panneaux de commandes de ses parents, ils sont gigantesques comparé à la sienne.

Et à la fin du film, Riley a droit à un nouveau panneau de commande encore plus grand que celui d'avant (sans doute l'image qu'elle devient plus complexe à guider et donc plus complexe elle-même en passant à l'adolescence).

Voilà ce qui représente, je pense, ce que souhaite nous dire le film.

Maintenant je vais parler du film en lui-même. Chaque scène est une occasion de laisser nos émotions nous guider. Il est joyeux et triste surtout. Et le design est vraiment très travaillé dans ce film: l'apparence des Émotions, le Quartier Cérébral, en fait tout l'esprit de Riley est très bien pensé visuellement. Les couleurs sont jouissives à regarder. Et l'animation est tout bonnement GE-NI-AL. Le seul point négatif technique que je relève est la bande-son de Michael Giacchino qui n'est pas très mémorable (sauf la pub du chewing-gum bien sûr). Et l'humour et les mimiques des Émotions sont vraiment très bien pensés aussi. Ils peuvent faire apparaître n'importe quoi n'importe quand sans faire trop de conséquences (comme le Génie de la Lampe d'Aladdin). Leurs gestuelles et leurs caractères sont parfaitement fidèles à leurs comportements qui est fidèles à ce qu'ils sont et leurs fonctions dans l'esprit de Riley. Et l'humour est vraiment présent, surtout avec Colère et le nouveau journal qu'il lit à chaque mauvaises nouvelles (l'image du gars lambda qui pique une crise en lisant le journal). Et Peur qui bouge comme un hystérique en panique (c'est ce qu'il est). Le comportement de Dégoût qui est comme le cliché des ados tourné en humour dérisoire. Tristesse qui est constamment en dépression. Et Joie, elle est constamment de bonne humeur, et se prend pour la chef, elle est enjoué et elle rend joyeuse rien qu'en la regardant tant sa positive attitude est communicante.

Mes Émotions vont achever cette chronique en me faisant dire: Voilà pourquoi je considère Vice Versa comme l'un des meilleurs Pixar, le mieux construit, au meilleur scénario et c'est sans doute le plus "vrai" de tous les Pixar. Sa réputation à Cannes est méritée. J'espère qu'il aura un grand succès (d'ailleurs j'ai très envie de le revoir). Ce n'est pas le meilleur Pixar mais c'est le meilleur depuis des années, et il pourrait rééquilibrer la balance afin que l'on ait à la fois le troisième âge d'or de Disney et le second âge d'or de Pixar. Un Pixar parfait !

Merci mes Émotions

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 636 fois
15 apprécient · 2 n'apprécient pas

Housecoat a ajouté ce film d'animation à 16 listes Vice-Versa

Autres actions de Housecoat Vice-Versa