👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

En prélude, je tiens à remercier une nouvelle fois Sens Critique et sa communauté qui m'ont aiguillé dans cet excellent choix cinématographique. Je m'excuse par ailleurs pour ce mauvais jeu de mot titrique.

Alors comme ça, il y a des petits bonhommes dans nos têtes qui contrôlent nos sentiments ? Mais c'est génial, tout devient logique ! Quand on déprime pour rien c'est simplement qu'une de nos émotions s'est perdue dans notre cerveau, et il suffit juste d'attendre qu'elle revienne au poste central pour que tout redevienne comme avant :o

Freud à la portée des enfants Ce qui est louable dans ce film, c'est ce désir d'être pédagogique. A travers l'aventure de Joie et Tristesse dans les tréfonds du cerveau de Railey, le gosse va, en plus de passer un bon moment cinématographique, être confronté à des notions fondamentales du fonctionnement de notre cerveau, comme l'imaginaire, le subconscient, la mémoire à long terme, les rêves... Au risque de ne pas comprendre ? Bien sûr, le film n'a pas de vocation scientifique, c'est pour ça que tout est métaphorique. Et c'est efficace : je pense par exemple aux bonhommes qui viennent "aspirer" les souvenirs qui sont vieux, comme des noms de poupées, les années de piano, etc... Cette approche du cerveau, certainement la première pour un bon nombre de jeunes, me parait une très bonne entrée en matière et vaut tous les cours du monde.

Tout détruire pour se reconstruire ? Railey change de vie, et en même temps que son adaptation à son nouvel environnement, on assiste aussi à une maturation de son esprit. N'ayant jamais eu la (mal ?)chance de déménager dans ma courte existence, je ne peux pas savoir ce que ça fait de tout quitter, surtout quand on a 11 ans. La dépression est un dérèglement, et c'est très bien montré dans ce film. L'humour est maîtrisé, parfois attendu mais jamais superflu. La pathos également, je crois qu'il y a un ou deux petits qui ont pleuré pendant la séance : certains passages sont effectivement touchants. J'ai un peu pensé à Miyazaki, qui dans beaucoup de ses films montre une jeune héroïne qui passe à un stade "supérieur" en devant affronter des épreuves : ici la même recette est appliquée et ça marche !

Je voudrais revenir sur les différentes émotions qui sont représentées. Au début, quand Railey naît, il y a la Joie. Seule. Très vite la Tristesse la rejoint. Ce sont effectivement les deux sentiments prédominants quand on est bambin. En grandissant s'ajoutent la Peur, le Dégoût et la Colère... Et puis c'est tout. Plus d'évolution, même ensuite quand on est adulte. C'est certainement fait pour les traits d'humour quand on rentre dans le cerveau d'autres personnes que Railey, pour qu'on puisse tout de suite identifier les différentes émotions, mais ça me chagrine un peu : en gros au niveau émotionnel, un adulte est un grand enfant ? Quoique, ça peut se tenir... Ce qui m'a étonné c'est que le film n'ait pas fait de place à l'Amour. Après tout on est chez les Ricains non ? Enfin après, est-ce que l'amour est une émotion à proprement parler...

Tout ça ne m'empêche pas de mettre la note maximale à ce film : Pixar a frappé fort, après des suites décevantes (Cars 2) et des films moyens (Rebelle). Ce film m'a transporté pendant près de deux heures, et je suis heureux de me rendre compte que je suis encore un grand gamin. Après tout je n'ai que douze ans dans ma tête, qu'est-ce qu'il peut bien m'arriver ?

Jérôme_Henssien
10

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films d'animation (dessins, 3D, etc.), Les meilleurs films d'animation Pixar et Films (enfin) (re)vus en 2015

il y a 7 ans

5 j'aime

Vice-versa
CinemAd
10
Vice-versa

Quand j'avais 5 ans, mon papa m'a emmené voir Toy Story

Lundi 18 mai 2015, Festival de Cannes. Posé devant les marches, dans une chaleur écrasante et au milieu d’une foule monstre, je pleure seul en silence. Cela fait 40 minutes que j’ai vu Vice-Versa et...

Lire la critique

il y a 7 ans

181 j'aime

15

Vice-versa
guyness
9
Vice-versa

Sous le goût de l’émotion

Avec bientôt 8 ans et 600 films au compteur, il était important de connaitre l’avis de Timéo, spécialiste du film pour enfant, sur Vice Versa. (SensCritique) Timéo, afin de clairifier les choses...

Lire la critique

il y a 7 ans

158 j'aime

34

Vice-versa
Fritz_the_Cat
8
Vice-versa

Les émotifs anonymes

Que l'on apprécie ou pas les derniers nés du studio Pixar, à peu près tout le monde s'accorde sur la qualité de Toy Story 3. Sorti en 2010, il semblait, avec le recul, marquer le point final d'un âge...

Lire la critique

il y a 7 ans

114 j'aime

24

Drones
Jérôme_Henssien
7
Drones

Muse redécolle

Décidément, je n'arrive pas à ne pas aimer Muse. Aujourd'hui encore, j'ai lancé la lecture aléatoire, passant d'Explorers à Assassin, d'Hysteria à Hyper Music, de Sunburn à Exogenesis. Si j'aime ce...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

4

Vice-versa
Jérôme_Henssien
10
Vice-versa

Un film qui marche du Freud de Dieu

En prélude, je tiens à remercier une nouvelle fois Sens Critique et sa communauté qui m'ont aiguillé dans cet excellent choix cinématographique. Je m'excuse par ailleurs pour ce mauvais jeu de mot...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Independence Day
Jérôme_Henssien
3

Critique de Independence Day par Jérôme Henssien

Il y a des films mauvais qui nous en touchent une sans faire bouger l'autre. Il y a des films qu'on a trouvés plutôt moisis mais desquels on peut malgré tout extraire quelques petites choses. Et puis...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime