Ouroboros

Avis sur Vivarium

Avatar MalevolentReviews
Critique publiée par le

Après avoir fait le tour de différents festivals pendant un an, le deuxième film de Lorcan Finnegan (l'inédit Without Name) sort enfin sur les écrans, la France étant par ailleurs l'un des rares pays à le diffuser au cinéma. Co-production entre l'Irlande, le Danemark et la Belgique, Vivarium nous entraîne dans un cauchemar entre "La Quatrième Dimension" et "Black Mirror" où un couple visite une maison dans un tout nouveau quartier pavillonnaire, guidé par un étrange agent immobilier qui les y abandonne subitement. Pour Tom et Gemma, impossible de retrouver leur chemin, bloqués dans ce pavillon aux maison identiques, forcés de vivre dans leur nouvelle maison et peu de temps après d'y élever un bébé.

Esthétiquement irréprochable, à l'acting impeccable (Jesse Eisenberg, Imogen Poots et même le jeune Senan Jennings) et au concept plus qu'intrigant, Vivarium avait toutes les cartes en main pour nous faire frissonner. Hélas, coincé dans un scénario redondant et pas vraiment maîtrisé, le long-métrage ne va nulle part, ennuie, agace. Car passé la longue introduction, réussie et inquiétante, Finnegan et son co-scénariste font comme leurs protagonistes : ils tournent en rond, incapables de dynamiser un récit rébarbatif où nous suivons le quotidien désespéré du couple sans pour autant s'y intéresser vraiment.

Inutilement étiré sur de trop longues séquences pour au final n'apporter aucune réponse, Vivarium loupe le coche, clairement, le réalisateur préférant proposer un film énigmatique à propos sournois, trouble, dont lui seul et quelques spectateurs tenaces peuvent/souhaitent y voir une logique, un quelconque message. Critique maladroite de la société vouée à un échec couru d'avance ? Démonstration vaine du couple incapable d'élever correctement un enfant dans notre monde actuel ? Pamphlet raté de l'être humain destiné à se sacrifier pour sa progéniture ? Autant de symboles grossiers qui restent en travers de la gorge, Vivarium n'étant au final ni exaltant, ni effrayant, presque un synonyme de perte de temps. Dommage.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 39 fois
Aucun vote pour le moment

MalevolentReviews a ajouté ce film à 1 liste Vivarium

Autres actions de MalevolentReviews Vivarium