Confinement

Avis sur Vivarium

Avatar alsacienparisien
Critique publiée par le

Voilà un film au concept bien barré que je voulais vraiment voir avant la fermeture imminente des salles de cinéma. Huis clos pavillonnaire, critique de la standardisation de notre société à la sauce Black Mirror, Vivarium ne fait pas vraiment peur mais a le chic pour déranger en rendant le banal anxiogène. Deux trentenaires à la recherche de leur nouveau foyer acceptent de suivre aveuglément un agent immobilier dans un lotissement pimpant vert-menthe. Ce qui devait être une visite express se transforme en séjour éternel. L'idéal devient infernal, et la routine confinée sous un ciel artificiel devient un pur cauchemar. L'esthétique amenée par Lorcan Finnegan est efficace et rappelle le côté épuré des tableaux de Edward Hopper. C'est étouffant au possible, et le mystère est plutôt bien préservé grâce à des indices disséminés un peu partout à la façon d'un escape-game labyrinthique. La touche philosophique, questionnant notre besoin de posséder et de rentrer dans le moule domestique, ouvre la farce horrifique à bien plus de nuances. Bon, et même si cette atmosphère singulière ne manque pas de surprises et d'humour, j'ai tout de même eu l'impression de tourner en rond au bout d'un moment. Pourtant, Imogen Poots et Jesse Eisenberg rendent compte de cette folie confinée, de ce piège malsain, de cette moisissure se cachant derrière la parfaite sobriété de cette maison. Je ne vais pas dire que le dénouement ne m'a pas étonné mais il reste convenu. Heureusement, il y a une scène clé, s'échappant un instant de ce carcan, qui vient re-stimuler notre adrénaline et notre intérêt. Vivarium fourmille d'originalité mais son ambiance aseptisée, peut-être trop propre et raisonnée (à la fin, il ne reste aucun mystère en suspens), manque de nous marquer durablement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 54 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de alsacienparisien Vivarium