Le vent pourra souffler encore longtemps, avant qu'il n'emporte Vivien, et Scarlett de ma mémoire

Avis sur Vivien Leigh, autant en emporte le vent

Avatar Thierry Dupreuilh
Critique publiée par le

J'ai lu "Autant en emporte le vent, le roman de Margaret Mittchell, dans un premier temps, puis dans un second temps, j'ai découvert l'adaptation cinématographique de Victor Fleming. (Le film est considéré comme un des plus gros succès de l'histoire du cinéma.). J'étais tombé sous le charme de Scarlett O'Hara, cette sudiste, au tempérament de feu.
J'ai été très touché, en regardant ce documentaire passionnant sur la vie et la carrière de son interprète Vivien Leigh qui a connu un destin hors du commun, mais toutefois tragique digne d'un personnage de roman . Je retiendrai pas mal de choses de ce reportage.
Tout d'abord, sur son enfance et son adolescence :
La petite Vivian Mary Hartley, dite Vivien Leigh, voit le jour le 5 novembre 1913, en Indes, alors sous domination anglaise . Dès l'âge de 6 ans, elle intègre Le Couvent du Sacré Coeur de Londres, où elle reçoit d' une part une très bonne éducation et où d'autre part, elle se passionne pour le théâtre. Très vite, elle manifeste le désir de devenir actrice.
A 19 ans Vivien est une jeune beauté, à la taille de guêpe et au regard vert émeraude. De quoi faire chavirer le coeur des hommes.. Elle épouse un avocat de 13 ans, son aîné avec qui elle aura une fille Jeanne. A la même époque, elle s’inscrit à la Royal Academy of Dramatic Art, animée par sa passion du théâtre.

Ensuite, ce documentaire émouvant dévoile une personnalité complexe. Vivien est une Lady, capable d'être une femme sulfureuse, même parfois scandaleuse. Comme Scarlett, elle est une femme moderne, intelligente audacieuse, déterminée, affranchie et libre, qui ne se laisse pas dicter sa conduite par la société, mais fait ses propres choix. Sa rencontre avec laurence Olivier après sa prestation à Londres en 1936 lors d’une représentation de The Mask of Virtue. en est la preuve.

La carrière de Vivien démarre vraiment, quand Laurence Olivier la recommande pour le rôle de Scarlett O’Hara dans "Autant en emporte le vent". Elle décroche le rôle, à l'issue d'un casting qui aura duré plus de 2 ans et qui aura vu défiler les plus grandes stars hollywoodiennes. Ce qui, je le suppose a engendré de nombreuses jalousies. Il aura suffi d'un seul film, pour que les portes de la gloire s'ouvrent à cette parfaite inconnue anglaise., qui a pu acquérir une renommée nationale et internationale.
Coté vie privé, ce coup de foudre mutuel entre Laurence Olivier et Vivien Leigh donne lieu à une histoire d'amour torride semée de nombreux orages. L’année 1940 est plus clémente pour le couple. Vivien devient la première femme britannique à remporter l’Oscar de la meilleure actrice, après le succès phénoménal de Autant en emporte le vent". Les deux artistes mettent fin à leurs mariages respectifs, bien que les deux perdent la garde de leurs enfants.
Après leur mariage, plus besoin de se cacher, les deux amoureux se donnent la réplique dans plusieurs films, comme Vingt et un jours ensemble (1940), Lady Hamilton (1941) et Roméo et Juliette à Broadway. Ce dernier est un échec financier pour le couple, qui avait investi des dizaines de milliers de dollars dans ce projet. La critique n’est pas tendre avec eux.

Enfin, Vivien connaît une descente aux enfers. Je découvre que l'actrice est bipolaire. Son trouble altère irrémédiablement sa santé. Sur le plateau du Tramway nommé désir, Brando, qu'elle drague ouvertement, constate tristement que "Vivien est à l'image de son personnage. Comme Blanche. Son esprit vacille et sa beauté s'effiloche. Son grand amour finit par la quitter en 1960. La comédienne tire sa révérence le 8 juillet 1967. Elle ferme ses beaux yeux, dans son lit. Sur sa table de chevet, on retrouvera une photo de son plus grand remords et unique amour : Laurence Olivier
Il est à noter que Vivien a reçu deux Oscars de la meilleure actrice, pour ses rôles de Scarlett O'Hara dans "Autant en emporte le vent" et de Blanche DuBois dans "Un tramway nommé désir", Deux personnages qui finalement lui ressemblent.

Le vent pourra souffler encore longtemps, avant qu'il puisse effacer Vivien, Blanche et encore moins Scarlett de ma mémoire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 119 fois
3 apprécient

Autres actions de Thierry Dupreuilh Vivien Leigh, autant en emporte le vent