👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Pour son deuxième film américain, Miloš Forman adapte le roman "La Machine à brouillard" de Ken Kesey et gagne cinq Oscars dont ceux du Meilleur Film, du Meilleur Scénario adapté et du Meilleur Réalisateur. Il faut dire que cette virée dans les entrailles d'un hôpital psychiatrique chamboulée par un nouveau résident déjanté est unique et passionnante. Ce forcené aux allures de rebelle, c'est McMurphy interprété par l'inégalable Jack Nicholson (qui gagnera lui aussi un Oscar pour l'occasion). Un rôle sur mesure pour la star de Chinatown qui démontre enfin ses talents de dingue à l'écran et nous livre ici une mémorable prestation...

Entre rires et larmes, ce nouveau résident en parfait état mental simule la folie pour échapper à la prison mais conserve ses mauvais habitudes. Anticonformiste jusqu'à la moelle, tire-au-flanc passionné de sport et machine à insultes en tout genre, McMurphy fait soudainement tâche parmi les différents dingos de l'institut. Pourtant, il va très vite s'attacher à eux et inversement, notamment auprès du dépressif Dale (William Redfield, épatant), du timide Billy (Brad Dourif, la révélation), du maniaque Charlie (Sydney Lassick), du colérique Max (Christopher Lloyd dans son premier rôle) et du quasi-autiste Martini (Danny DeVito, alors débutant).

Il va également se lier d'amitié avec un Indien géant sensément sourd-muet campé par l'impressionnant Will Sampson. Une bande de cinglés qui vont ré-apprendre à vivre grâce à la joie de vivre et l'ingéniosité de leur nouveau camarade, quitte à se confronter à la terrible infirmière Ratched (Louise Fletcher, glaciale au possible). Enchaînement de séquences toutes plus réussies et inventives les unes que les autres, Vol au-dessus d'un nid de coucou nous présente non seulement l'évolution de personnages travaillés à la perfection (bien que jugés pas assez par l'auteur du roman), allant vers un destin émouvant comme jamais, mais nous présente aussi les pratiques douteuses des hôpitaux psychiatriques et les restrictions abusives ou maladroites de l'équipe soignante.

Après tout, qu'est-ce qui fait que l'on est fou et qui peut concrètement en juger ? C'est cette question qui enveloppe le film à travers les propos de notre héros, incompréhensif devant les aberrations de cette nouvelle prison. Peuplé de scènes cultes par dizaines, de répliques mémorables et d'un scénario fabuleusement immersif, le film de Miloš Forman reste un chef-d'œuvre intemporel que le temps apprécie tout particulièrement.

il y a 3 ans

Vol au-dessus d'un nid de coucou
SanFelice
9

"Merde à votre foutu réglement, Miss Ratched !"

[SanFelice révise ses classiques, opus 24 : http://www.senscritique.com/liste/San_Felice_revise_ses_classiques/504379 ] Bien décidé à donner une culture cinématographique digne de ce nom à mon ado...

Lire la critique

il y a 6 ans

134 j'aime

11

Vol au-dessus d'un nid de coucou
Strangelove
10

L'espoir de liberté...

"Vol au-dessus d'un nid de coucou" est un film à part. Un film qui traite d'un sujet que personne à Hollywood ou ailleurs n'avait osé abordé et porté à l'écran. Mais en 1975, un jeune réalisateur...

Lire la critique

il y a 9 ans

130 j'aime

6

Vol au-dessus d'un nid de coucou
S_Plissken
10

Critique de Vol au-dessus d'un nid de coucou par S_Plissken

McMurphy est un électron libre, il tente de se soustraire à la prison est choisissant l'option hôpital psychiatrique mais les fenêtres ici aussi ont des barreaux. Il va aussi découvrir que les...

Lire la critique

il y a 9 ans

58 j'aime

4

Wonder Woman 1984
MalevolentReviews
3

Tant qu'il y aura des hommes

Toujours perdu dans une tourmente de décisions visuelles et scénaristiques, de décalages et de tonalités adéquates, DC Comics se fourvoie une nouvelle fois dans un total manque de cohésion et par...

Lire la critique

il y a plus d’un an

62 j'aime

5

Kaamelott - Premier Volet
MalevolentReviews
5

Les prolongations

Il l'a dit, il l'a fait. Plus de dix ans d'absence, dix ans d'attente, dix ans de doute, une année de retard à cause de la pandémie. Kaamelott a marqué la télévision, de par son ampleur, son aura...

Lire la critique

il y a 10 mois

39 j'aime

10

Dune
MalevolentReviews
5
Dune

L'Épice aux étoiles

Attendu comme le Messie, le Dune nouveau aura été languissant avec son public. Les détracteurs de Denis Villeneuve s'en donne à cœur joie pour défoncer le produit à la seule vue de sa bande-annonce,...

Lire la critique

il y a 8 mois

39 j'aime

5