Avis sur

Wall Street - L'argent ne dort jamais par pathfinding

Avatar pathfinding
Critique publiée par le

Dans Wall Street l'argent ne dort jamais, Oliver Stone décrit la société actuelle avec brio, pour ce faire il confronte le héros de Wall Street premier du nom sortie en 1988, Gordon Gekko (Michael Douglas), sorti de prison après avoir tout perdu et qui ne reconnait plus la société où il vit, et Jake Moore (Shia Labeouf), trader prometteur qui souhaite épouser la fille de Gekko.

Le film montre l'évolution du monde de la finance et les dérives du consumérisme. Soit au travers des yeux de Gekko, pour qui la bourse n'est qu'un jeu et l'avidité des êtres humains, son moteur. Soit au travers de ceux de Jake Moore, spécialisé dans les énergies alternatives, qui voit dans les mécanismes financiers une opportunité de changer le monde en soutenant financièrement des entreprises industrielles. Le film oppose donc d'une part une vision libérale et d'autre part une vision conservatrice.

L'intrigue principale est un thriller sur la vengeance de Jake Moore suite à la mort de Louis Zabel son ancien mentor engendré par le complot du cruel Bretton James (Josh Brolin) et l'avidité de son patron Julie Steinhardt (Elli Wallach). Le film regorge d'allusions, de métaphores, de comparaisons et de dialogues cinglants sur notre société actuelle, la palette complète des émotions est utilisée, la joie, la mélancolie, la colère et la tristesse. Le film reste accessible aux néophytes malgré une avalanche de termes techniques comme « shorter », qui signifie vendre à découvert donc parier sur la chute du cour d'une action ou « l'effet de levier », qui permet de multiplier la marge dégagée sur le produit financier en question.

L'un des plus gros points faibles du film repose sur la volonté de finir sur une Happy End avec un come-back peu crédible pour un passif comme celui de Gekko. Le jeu d'acteur est bon entre un père manipulateur, une mère dans l'immobilier, leur fille journaliste et un gendre en plein dilemme. Mais cela reste les mêmes ingrédients usités dans le premier film, si Wall Street est plutôt sympathique, il manque néanmoins de précision et de détail.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 263 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de pathfinding Wall Street - L'argent ne dort jamais