Scène de ménage à NY

Avis sur Welcome to New York

Avatar Angie_Eklespri
Critique publiée par le

Depardieu n’aime pas DSK. Il n’avait même pas besoin de le dire avant le début du film lors de l’interview. C’est bien la première fois que je vois un acteur dire qu’il n’aime pas le personnage qu’il est censé incarner, avant le début du film. Et ça dessert le film. Sa façon de jouer ce dit personnage ne laisse planer le moindre doute. Il se contente de donner sa carrure, son image, mais il n’y a pas le moindre ressenti, ni chair, ni vie. Mais je crois que Ferrara non plus n’aime pas DSK. C’est pas que je l’aime, moi, mais je me dis que quitte à faire un film sur une histoire que tout le monde connaît, autant hausser le niveau au-dessus des commentaires qu’on peut trouver sur Tweeter ©. Si c’est pour suivre le mouvement et faire un jeu de massacre assez facile, je me serais contenté du dernier Sin City, je suis même sûr qu’en plus il m’aurait fait rire. Donc, ce n’est pas à la hauteur du sujet. Et la femme de ménage, élément essentiel, est bien vite évacuée. Entre les orgies du début, et la longue scène de ménage de la deuxième partie, il y a comme un grand vide, comblé par l’interminable garde à vue du prévenu, et on a droit à Gérard à poil sous tous les angles. Et débarque de l’avion, Jacqueline Bisset. Heureusement qu’elle était là, car elle est quand même bien en Anne Sinclair. On marche beaucoup plus que pour son mari, caricaturé, et qui a pour seule excuse : « Mais tu sais bien que j’aime baiser ! ». Or, il me semble bien qu’il a été arrêté pour viol, le DSK original, pas pour ces parties de jambes en l’air dont tout le monde se fout, à commencer par sa femme et ses proches. On veut nous montrer un individu peut recommandable, mais on se limite au cliché du gros baiseur, largement relayé par les journaux à l’époque. Le reste, c’est le Ferrara habituel. La même atmosphère « grise », le temps au ralenti, une description linéaire qui frôle l’autosatisfaction. Au fait, c’est un film ou un téléfilm ? C’est un téléfilm qui surfe sur le fait divers. Gérard et Abel ont voulus sur un sujet vendeur, faire un gros coup médiatique. La preuve que ça marche, c’est que j’ai regardé pour voir à quoi ça ressemble. Mais c’est pas pour ça que c’est bon, preuve que le pari était risqué, opportuniste, sans distance aucune, donc 3.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 156 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Angie_Eklespri Welcome to New York