The European Dream

Avis sur Where to Invade Next

Avatar PierreDescamps
Critique publiée par le

Le film est destiné à un certain public : américain, peu renseigné sur l'Europe et sur la politique hors des USA.
Il ne comporte hélas que peu d'intérêt du point de vue européen car tout y est raconté avec une certaine féerie et une admiration flamboyante qui fait perdre toute lucidité au sujet.
Il y a des gros soucis sociétaux aux USA et l'objectif de Michael Moore est de montrer toutes les alternatives possibles et qui marchent en Europe.
On pourrait presque rapprocher la démarche au film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent italique qui cherche à faire la même chose dans le domaine de l'écologie, Michael Moore veut établir cela au niveau politique des USA.
Malheureusement, là où le film Demain apporté une fraicheur et une clairvoyance dans ses sujets, " Where to Invade Next" est parssonné de raccourcis faciles et de clichés.
Michael Moore ne connait pas l'Europe et il nous la raconte sous ses yeux d'américains et voient tout ce qui est beau en l’exagérant à son maximum : la gastronomie française, le système d'éducation finlandais, les droits sociaux des italiens ...
Tous les sujets sont expédiés avec une rapidité telle qu'on a affaire à une accumulation de sujets et de thématiques : on parle des printemps arabes, de daesh, de la place des femmes dans la société mais rien n'y est clair, tout est superposé comme des steaks dans un hamburger et cela devient aussi indigeste qu'un cheesurburger six steaks sauce curry bacon.
Rien n'est nuancé, les USA ont une politique atroce tandis que le modèle européen est à transmettre au sol européen...
Certes beaucoup de choses ne marchent pas au niveau des Etats Unis mais cela ne veut pas dire que si ce continent ne va pas bien, l'Europe est en pleine prospérité et avancée sociale. C'est même un mensonge assez ridicule à percevoir de nos yeux d'européens.
En cela, la séance avec les italiens est assez grotesque, à les entendre les italiens ont plein de droits sociaux, passent leurs temps à déjeuner à la maison et ont presque trop de jours de vacances (!).
Les thèmes sont intéressants mais ne sont pas traités, il y a la quantité à volonté mais la qualité est assez exécrable.
Au final, Michael Moore est le plus pertinent lorsqu'il parle de son propre pays : un passage est excellent lors qu'il parle des prisons et du nouvel esclavage moderne pratiquée dans celle-ci aux USA. Il explique que la lutte contre les drogues a surtout entraîné l'emprisonnement d'une population black et que ceux-là étaient exploités en prison pour faire différentes tâches comme emballer des steaks ou fabriquer des sacs Victoria Secret en étant payé d'une façon ridicule ( 30 cents de l'heure je crois, un vrai vol).
Cette remarque pertinente passe et BIM un autre sujet s'enchaine comme le zapping d'un JT.
Le film surement utile et accessible pour des américains qui ne se renseignent pas vraiment sur l'actualité est malheuresement obsolète d'un point de vue européen et on a vite affaire à un fourre tout à une foire aux objets perdus.
Trop de sujets mal ou trop peu dévellopés, des prises de positions beaucoup trop manichéennes, un documentaire raté par trop d'appétit et bien peu de réflexion rendant le sujet un peu redondant et beaucoup trop simplet.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1145 fois
29 apprécient · 3 n'apprécient pas

PierreDescamps a ajouté ce documentaire à 1 liste Where to Invade Next

  • Films
    Cover Films vus en 2016

    Films vus en 2016

    Avec : Stardust Memories, À bout de souffle, Manhattan, Les Quatre Cents Coups,

Autres actions de PierreDescamps Where to Invade Next