Un docu optimiste, mais trop subjectif et pas assez fouillé

Avis sur Where to Invade Next

Avatar Raphoucinévore
Critique publiée par le

Le trublion Michael Moore n'est jamais aussi efficace que quand il analyse et critique, et cela avec beaucoup d'efficacité et d'humour corrosif, les travers de son propre pays, les United States of America, comme l'ont prouvé "Bowling for Columbine" ou encore "Fahrenheit 9/11", tous les deux sortis sous l'ère Bush.
Quand le réalisateur américain s'exporte en Europe pour y comparer l'école, le travail, la prison, la nourriture et d'autres sujets primordiaux sur lesquels se construit une société, l'ensemble y est traité là beaucoup plus en surface, sans aller vraiment au fond des choses et voir ce qui ne va pas dans tel ou tel pays.
Alors certes, certains des dispositifs, comme le système carcéral en Norvège, sont pour le moins stupéfiants et portent visiblement leurs fruits. Et on ne peut retirer au réalisateur le fait qu'il nous propose là un film centré sur l'entraide et la solidarité pour proposer de meilleurs lendemains pour tous, ce qui est totalement louable comme démarche et n'est pas pour me déplaire en ces temps de morosité ambiante.
Mais cela reste malgré tout relativement subjectif, en voulant se concentrer uniquement sur les point positifs d'un pays et ne pas pointer du doigt ce qui ne va pas.
"Je cueille les fleurs, pas les mauvaises herbes" nous dit-il. Mais aurait-il fallu qu'il s'occupe d'un jardin dans sa globalité, pour nous montrer la réalité de chaque pays, ses qualités comme ses défauts et avoir son point de vue d'américain sur la vieille Europe. Une prise de position qui a déjà été vu comme un handicap dans l'une de ces œuvres précédentes, "Sicko", centrée sur le système de santé.
Alors non, les USA ne sont pas le plus grand pays du monde, et cela pour de nombreuses raisons présentes dans le film. Mais les autres pays visités par le réalisateur natif du Michigan ne sont pas que sourires et arcs-en-ciel.
Un feel-good movie, oui. Un plaidoyer humaniste, certes. Mais tout cela reste assez manichéen et naïf dans son ensemble, malheureusement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 647 fois
12 apprécient

Autres actions de Raphoucinévore Where to Invade Next