👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Okay, je n'ai pas aimé Man of Steel et j'ai aimé ce film. Certains crieront "Hérésie !" et pourtant... Ce qui me plaît dans Wolverine c'est le manque de sérieux assumé de l'entreprise : on lorgne du côté actioner fantastique décérébré avec vannes toutes les 5 minutes et répliques badass stupides ? Ben tant mieux mon grand, parce que le sérieux lénifiant et pseudo-ambitieux de Man of Steel, très peu pour moi.

Donc allant voir ce film je me fixais un cahier des charges : je voulais de la testostérone, Hugh Jackman torse nu dans la moitié des scènes et à partir de là c'était que du bonus. Première séquence : la bombe de Nagasaki avec Jackman presque à poil dans un puits ? J'applaudis des deux mains, c'est con, spectaculaire et sexy à la fois.

Ce qui m'a le plus moi-même étonné parla suite c'est que le film demeure rythmé, extrêmement divertissant (mais prévisible hein) et assez drôle, pas trop mal filmé / monté (on est loin de Snyder et ses zooms hideux intempestifs). Bon j'étais ivre et avec un pote et on passait le clair du temps à baver sur les abdos de Jackman où à nous moquer de la gueule de la sidekick aux cheveux rouges et au crâne curieusement formé.

Mais franchement, l'histoire tient la route (complots, etc) car elle en reste à un niveau "conflits d'individus" et pas en mode "la fin du moooooonde tintintiiiiin" comme dans Man of Steel (qui vous l'aurez compris prendra cher tout au long de ce papier). Alors oui, c'est bourré d'incohérences et de raccourcis, de décisions stupides et de scènes complètement WTF (l'ours / le bar, le love hotel, etc.), mais les gros moments d'actions sont réussis (l'enterrement - la course poursuite) si on excepte le final totalement grandiloquent, kitsch et idiot.

Revenons-y : la méchante vipère blondasse ultra vulgaire, au premier coup d’œil tu as compris qu'elle était "la" grande méchante du film, et le film semble vouloir s'obstiner à faire des coups de théâtre là dessus : mauvaise idée. Son personnage, quoique trop caricatural et d'un goût terriblement douteux et ringard, est pourtant intéressant (je parle de son caractère mutant). Côté crédibilité scientifique, là tous les blockbusters du moment font ex aequo, des failles spatio temporelles avec lecteur d'ADN à l'aller mais pas au retour de Pacific Rim aux inepties débitées pendant les 2h20 de Man of Steel en passant donc par deux dialogues hilarants de Wolverine : les fameux "allèles récessifs" qui sautent une génération (mon pote biologiste n'a failli pas s'en remettre) à la science maîtrisée par la Vipère, savant mélange de "biochimie et de métaphysique" (les restes de philo en moi ont dansé la samba à ce moment précis).

Mises à part ces quelques fausses notes pourtant très drôles, Wolverine reste donc un divertissement décérébré, efficace, et tout entier voué à la plastique impressionnante (et gonflée aux effets spéciaux quand il se la joue bûcheron, si si) de Hugh Jackman. Et rien que pour ça, moi je dis oui.

PS : lui au moins il la garde tout du long, sa barbe.
Krokodebil
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2013 - films vus au ciné et De l'art du prologue

il y a 9 ans

37 j'aime

11 commentaires

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Pod607
2

Wolverine : Le faux raccord de l'immortel

CETTE CRITIQUE A ÉTÉ COMPLÉTÉE Vu le nombre de downvotes que je me prends pour cette critique un peu assassine, je me suis fendu de quelques précisions à la toute fin. (Enfin, quelques. Les...

Lire la critique

il y a 9 ans

58 j'aime

35

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Hypérion
4

Wolverine : l'opération gâchage, suite (et fin, espérons-le)

Alors... Comment dire. Ceux qui me suivent connaissent à présent mon amour pour le genre du film de super-héros, je m'en suis déjà expliqué dans ma critique de "Green Lantern", donc je vais m'éviter...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

7

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Docteur_Jivago
7

Logan-san

Après un premier spin-off plus ou moins mitigé, on retrouve Wolverine sous la houlette de James Mangold qui nous emmène quelques années après les événements de l'exécrable L'affrontement final pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

40 j'aime

7

Rush
Krokodebil
8
Rush

Le bec de lièvre et la tortu(rbo).

Pourquoi aimé-je le cinéma ? On devrait se poser cette question plus souvent. Elle m'est venue à l'esprit très rapidement devant ce film. Avec une réponse possible. J'ai d'ailleurs longtemps pensé...

Lire la critique

il y a 8 ans

116 j'aime

12

Gravity
Krokodebil
8
Gravity

L'extincteur (Guyness) et la grenouille (Kenshin) : version modernisée de la fable.

Cette humble critique est une réponse, ou lettre ouverte, à trois critiques en particulier : - son titre est emprunté à celle de guyness http://www.senscritique.com/film/Gravity/critique/26614866 -...

Lire la critique

il y a 8 ans

107 j'aime

32

Mister Babadook
Krokodebil
7

Mother, son, wicked ghost.

La cinéma australien au féminin est fécond en portraits de femmes un peu paumées, ou complètement névrosées. Il y a les héroïnes têtues et déterminées de Jane Campion, les monstres effrayants (Animal...

Lire la critique

il y a 8 ans

100 j'aime

10