👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Wolverine : l'opération gâchage, suite (et fin, espérons-le)

Alors... Comment dire. Ceux qui me suivent connaissent à présent mon amour pour le genre du film de super-héros, je m'en suis déjà expliqué dans ma critique de "Green Lantern", donc je vais m'éviter une justification en longueur du visionnage de cette suite alors que ses prédécesseurs se sont déjà vu attribuer des notes négatives, notamment "X-Men Origins : Wolverine".

Quand même. Wolverine, c'est un personnage qui transpirait tellement la virilité bourrue, la classe et la fureur en deux vignettes de comics des années 70 feuilletés chez la grand mère en vacances quand j'étais minot qu'à chaque film j'ai un petit espoir de le voir évoluer dans une mise en scène digne de son charisme. Qui plus est quand le casting a déniché l'acteur idoine en la personne de Hugh Jackman, bon sang, quand est-ce qu'on va VRAIMENT se décider à pondre une histoire qui dépote ?

Las, les premières minutes m'ont vite laissé comprendre que je regardais un énième popcorn movie sans autre ambition que de s'inscrire dans l'agenda (surchargé) des blockbusters décérébrés de l'été. Ça ne partait pas trop mal pour autant. Le Japon reste une terre mystérieuse pour l'occidental benêt, y envoyer le griffu rageur est un bon décor, à défaut d'avoir une réelle consistance (un cartel mexicain aurait pu faire l'affaire). Priver Logan de ses pouvoirs de régénération, très bonne trouvaille. Mal exploitée, mais bonne trouvaille quand même (N'oublions pas que suite au final ridicule de X-Men 3, on n'est en incapacité totale de ressentir la moindre inquiétude pour le devenir de Logan...). On passe les effets spéciaux indigents (franchement, ça bave de partout, la baston dans le métro aérien de "Spider Man 2" est plus mille fois plus vraisemblable dans ses textures et son dynamisme que cette horreur d'affrontement sur le TGV nippon. Et pourtant c'est bien "Spider Man 2" qui accuse neuf ans d'âge !), l'amourette fadasse, les embranchements scénaristiques en mode téléguidé... A ce moment là encore, j'étais sur un gentil 6 en terme de notation.

Et puis là, c'est le drame, la sortie de route ridicule dans une volonté de surenchère stupide [SPOILERS] Des ninjas. Sur mes motos cross. Qui font des dérapages dans la neige. Transformant Logan en porc épic. Et... Pardon ? Comment ? Un robot samouraï géant (horriblement animé au passage) capable de trancher de l'adamantium comme du fer blanc ? (Ce n'est PAS le samouraï d'argent, je ne vous crois pas) [FIN SPOILERS]. Mais quel gâchis. Encore un me direz vous.

Allez, on va persister, le trailer de "X-men days of future past " laisse présager de jolies choses... Mais les spin-off dédiés à Wolverine, ça suffit 20th Century Fox, vous ne méritez pas ce personnage. Rendez le à Marvel Studios, afin qu'il fasse un cameo dans Avengers 2, c'est un minimum pour vous faire pardonner.
Hypérion
4
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Films critiqués notés 4

il y a 8 ans

58 j'aime

7 commentaires

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Pod607
2

Wolverine : Le faux raccord de l'immortel

CETTE CRITIQUE A ÉTÉ COMPLÉTÉE Vu le nombre de downvotes que je me prends pour cette critique un peu assassine, je me suis fendu de quelques précisions à la toute fin. (Enfin, quelques. Les...

Lire la critique

il y a 9 ans

58 j'aime

35

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Hypérion
4

Wolverine : l'opération gâchage, suite (et fin, espérons-le)

Alors... Comment dire. Ceux qui me suivent connaissent à présent mon amour pour le genre du film de super-héros, je m'en suis déjà expliqué dans ma critique de "Green Lantern", donc je vais m'éviter...

Lire la critique

il y a 8 ans

58 j'aime

7

Wolverine : Le Combat de l'immortel
Docteur_Jivago
7

Logan-san

Après un premier spin-off plus ou moins mitigé, on retrouve Wolverine sous la houlette de James Mangold qui nous emmène quelques années après les événements de l'exécrable L'affrontement final pour...

Lire la critique

il y a 7 ans

40 j'aime

7

Princesse Mononoké
Hypérion
10

Un Miyazaki terrestre et mélancolique

Princesse Mononoké est un film à part dans la carrière de Miyazaki, une étape autant qu'une sorte de testament de son art. C'est peut être ce qui en fait l'un de ces films les plus adulés parmi ses...

Lire la critique

il y a 11 ans

450 j'aime

80

Le vent se lève
Hypérion
9

L'histoire d'un formidable égoïste

Le vent se lève, il faut tenter de vivre est définitivement un film à part dans la filmographie de Hayao Miyazaki, pour moult raisons que j'aurais bien du mal à évoquer de façon cohérente en un...

Lire la critique

il y a 8 ans

409 j'aime

34

Kaamelott
Hypérion
9
Kaamelott

Alexandre Astier, héros des temps télévisuels modernes

Alexandre Astier est remarquablement similaire à son personnage Arthur. Comme Arthur, il est responsable de tout (Roi du royaume / responsable scénario, musique, production, dialogues, direction,...

Lire la critique

il y a 11 ans

364 j'aime

57