Causes militantes

Avis sur Woman at War

Avatar In_Cine_Veritas
Critique publiée par le

Woman at war de Benedikt Erlingsson est une œuvre dont la portée est double : politique et écologique. A l’image de son personnage principal, Halla, interprété par Halldóra Geirharðsdóttir, l’œuvre se montre militante. Dans les vastes Hautes Terres de son Islande natale, le réalisateur véhicule d’abord un message contre l’industrialisation à outrance et les intérêts financiers qui l’accompagnent. La société Rio Tinto est ainsi nommément citée.
Le combat d’Halla pour la préservation de l’environnement passe notamment - elle a plusieurs flèches à son arc - par le sabotage de lignes à haute tension. Cette action délictueuse est vite considérée comme un acte de terrorisme et exploité comme tel par les médias. Des mesures de (sur-)sécurisation ne tarderont pas à être prises : caméras et drones de vidéosurveillance, prélèvements d’ADN.
Cette dénonciation d’un Etat sécuritaire est complétée par la mise en scène d’un touriste hispanophone en coupable-type et du déplacement de l’épilogue du film en terres ukrainiennes… inondées.
D’un point de vue formel, Erlingsson dote Woman at war d’une réalisation soignée. Les efforts de mise en scène sont particulièrement perceptibles sur les scènes confrontant Halla à sa sœur jumelle, deux personnages incarnés par Geirharðsdóttir. Dans ces séquences, le réalisateur cherche à éviter la technique basique des champs-contrechamps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 125 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de In_Cine_Veritas Woman at War