Pas si wunderbar que ça

Avis sur Wonder Woman

Avatar Weliany
Critique publiée par le

Ça faisait longtemps que je n'avais pas eu mal au crâne durant un film au cinéma. Oublier mes lunettes n'a pas aidé (heureusement je ne suis pas myope), certes, mais cette débauche d'effets spéciaux qui auraient été encensée dans un Triple A, ici sur grand écran, pour un film live c'est moche comme pas permis. Mais seulement il n'y avait que ça.

Sur la forme, je crois que le plus gros problème visuel de Wonder Woman c'est d'avoir voulu garder une cohésion esthétique entre les différents films DC et la fameuse "patte Snyder". C'est à dire une utilisation abusive des filtres (ici gris pendant 90% du film) et surtout une foire au ralenti. l'intention est louable mais la réalisatrice n'est pas à son aise dans l'exercice.

En ce qui concerne les fameux ralentis, pour marquer la différence entre Diana et les autres, chaque scène la mettant au coeur de l'action comporte facilement entre 5 et 10 plans de cet effet. On peut penser que c'est un choix de mise en scène visant à nous montrer qu'elle ne se laisse pas déborder par le chaos environnant, qu'elle prend le temps de réfléchir avant d'agir, qu'elle n'est donc pas victime de la situation mais bel et bien maîtresse. Le temps s'étire donc visuellement tandis que Diana nous fait une action ultra millimétrée et parfaitement badass alors que les cocos aux cheveux courts, eux courent partout, crient, se pissent probablement dessus en se demandant ce qu'ils foutent là.
Oui, SAUF QUE LÀ C'EST LE DISCOUNT DU RALENTI ! Les ralentis dans Matrix, c'était innovant puis tellement repris, que ç'en est devenu un gimmick bien kitch. Dans 300 c'était hyper fun mais déjà presque un chouilla trop à l'époque. Depuis on en a soupé du ralenti dans les films d'actions. Mais en 2017 dans Wonder Woman c'est vraiment la goutte qui fait déborder l'amphore. Le rythme du film en souffre énormément, rendant le visionnage assez pénible et pire, détruisant tout le potentiel épique de bon nombre de scène.
Déjà que le film n'ai pas aidé par ses dialogues d'une platitude de roman de gare, le scénario manichéen n°14968372, basé durant la première guerre mondiale parce que tu "ouais bah les boche c'est des vilains pas beaux" on ne s'attardera que sur l'inutilité notoire des faire-valoirs supposément drôles. Non, en fait, même pas. On va se concentrer un instant sur l'actrice principale.

Outre son physique pas très athlétique - elle est juste mince en fait - c'est son manque de charisme qu'on peut reprocher à Gal Gadot. Il n'y a aucune conviction dans sa voix, elle déambule dans les décors faisant des yeux de biches à ses partenaires, et ponctuant quelques lignes, ou scène d'actions avec un retourné de cheveux digne d'une publicité pour shampooing antipelliculaire. Si elle parvient facilement à incarner le côté émerveillé quelque peu naïf de Diana, elle échoue pour l'aspect farouche guerrière portée par ses convictions.

Sans être une fan acharnée du personnage, je suis ravie de voir son évolution à travers les années et encore plus de lui voir un film à gros budget entièrement dédié. Le film évite le piège classique visant à réduire la femme forte et indépendante à un petit oiseau tout mouillé qui, en réalité, a besoin d'une relation monogame hétérosexuelle pour s'épanouir. Ici, point de tout ça. Romance il y a certes, mais ça n'est ni au coeur de l'histoire, ni ce qu'on retiendra de plus important.
Je regrette cependant, que le film soit aussi mauvais bien qu'il fonctionne au box office. Et tant mieux, car la porte ouverte aux films à gros budget mettant en scène des femmes à tendance à se refermer un peu trop vite.
J'aurai préféré une adaptation plus contemporaine, plus proche de ce que le reboot comics nous offre en ce moment.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 225 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Weliany Wonder Woman