👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

La reprise car après deux échecs (X-men 3 clairement faiblard et Wolverine, une vraie trahison) celui-ci retrouve l'esprit des deux premiers, en y ajoutant des éléments qui lui donnent un charme tout particulier.

Le choix des deux acteurs principaux (pour Charles Xavier et Erik Lensherr) est vraiment la pierre angulaire du film. Ils sont très bons dans leur partie, incarnent parfaitement les personnages et leurs troubles. Et c'est clairement cet aspect du film qui lui confère cette atmosphère si singulière. Deux idéalistes aux méthodes différentes, un hanté par ses démons (Magnéto) et l'autre qui malgré une approche "pacifiste" commence déjà à se coller des casseroles avec des actes qui, s'ils sont plus discrets, n'en sont pas moins inhumains (le Professeur X).

On retrouve évidemment le fan service obligatoire de ce genre de films avec une nouvelle galerie de mutants, le Hurleur, Havoc, Darwin, le Fauve, etc... Avec l'apparition d'une petite surprise, courte mais marrante, au milieu du film.
Par contre je dois admettre que malgré mon doctorat en comics Marvel, spécialité mutants, je n'ai pas trop su identifier clairement celle qui se fait appeler Angel, pour moi c'est Pixie mais elle est tellement différente de son alter-ego dessiné que je ne suis pas trop sûr.
Il y aussi la scène finale qui est une reprise ré agencée du premier numéro des X-men avec le sous-marin.

Au final, je n'ai que deux regrets : La reine blanche qui malgré une plastique irréprochable est bien moins "bitch" que ce à quoi j'étais en droit de m'attendre. La faute à la VF? à une position clairement estampillée "bad guy"?
Et puis aussi que ne soit même pas évoquée la future relation Azazel-Mystique dont il est quand même évident de reconnaître le futur fruit. A moins qu'ils ne se gardent des cartouches pour une éventuelle suite de prequel?

Pour conclure, il s'agit d'un divertissement plus qu'honnête, fidèle à ses origines tout en y amenant du neuf. Même si pour l'amateur de comics, l'histoire est cousue de fil blanc, on prend plaisir à suivre cette genèse version cinéma et on prend histoire pour un supposé remake de cet affront qu'a constitué Wolverine.
Ghadzoeux
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 11 ans

7 j'aime

X-Men : Le Commencement
real_folk_blues
3

X men : Le comment se manquer en beauté (recette)

1. Faites monter la sauce genre ça va envoyer du pâté parce que les deux précédents c'était de la merde. 2. Mélangez avec de l'égo de Brian Singer le temps de dire la phrase: "les deux précédents...

Lire la critique

il y a 11 ans

55 j'aime

32

X-Men : Le Commencement
Sergent_Pepper
7

Retro sixties on the sunset trip

Hollywood n’est jamais à cours d’inspiration quand il s’agit de réactiver une franchise juteuse. Cinq ans après la conclusion calamiteuse de la première trilogie, on demande au petit jeune qui monte,...

Lire la critique

il y a 6 ans

48 j'aime

X-Men : Le Commencement
Gand-Alf
8

Le club des damnés.

Le grand manitou de la Fox n'ayant pas accordé à Bryan Singer le délai nécessaire pour faire son "Superman returns" puis le troisième "X-Men", le bébé avait été confié au yes-man Brett Ratner pour un...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

4

Spin
Ghadzoeux
8
Spin

Critique de Spin par Ghadzoeux

Après avoir enchainé les romans de SF dite "hard" ou les sagas en 75 volumes de 3768 pages chacun, voilà ENFIN un livre de SF comme je les aime, court, profond et avec une vraie réflexion sociale sur...

Lire la critique

il y a 12 ans

30 j'aime

11

Everyday Robots
Ghadzoeux
4

ZZZ zzz ZZZ

Non pas que j'attendais un album de Blur dans cet opus solo de Damon Albarn, mais il m'apparaît clairement à l'écoute de ce condensé de lexomil musical que l'énergie et un certain songwriting qui me...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

2

Gravity
Ghadzoeux
9
Gravity

Laissez-moi y retourner.

J'en ai le souffle coupé. Littéralement scotché à mon siège pendant une heure et demi. Cette irrésistible envie d'aller dans l'espace, la même que quand j'ai commencé à en rêver du haut de mes 7-8...

Lire la critique

il y a 8 ans

11 j'aime

2