Quatre scarabées en un seul.

Avis sur Yesterday

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

A la manière de Jean-Philippe, le film part sur un postulat horrible à penser ; et si les Beatles n'avaient jamais existés ? C'est que va découvrir Jack, joué par Himesh Patel, un jeune musicien qui tente de percer, après avoir percuté un bus ; que personne ne connait le Fab Four, ni leurs titres, ni les héritiers comme Oasis, plus rien. Du coup, il va se réappropier les chansons des Beatles, et faire ainsi un carton monumental, bien qu'il culpabilise sur ce vol...

En vieillissant, Danny Boyle se calme de plus en plus sur sa mise en scène, et ça lui fait du bien, car après tout, il s'agit d'un film musical, et pas n'importe quels chansons, de sorte à ce qu'il ne les massacre pas au montage. On entend près d'une vingtaine de titres, d'ailleurs chantées par Himesh Patel, lequel on lui reproche son manque de charisme et de s'habiller de manière un peu trop stricte... comme ce fut le cas pour les Beatles ! Faire un monde dans lequel le Fab Four n'aurait pas existé, c'est aussi voir le monde comment il a évolué, avec l'apparition des marketeux, lesquels sont choqués par un album tout blanc, ou une pochette montrant Abbey Road, des remarques sur le titre Hey Jude, qu'on voudrait renommer Dude, et ainsi de suite, sans compter la folie des réseaux sociaux, où Jack va devenir une vedette sitôt une première partie d'un concert d'Ed Sheeran en Russie, où il chante d'ailleurs Back in the U.S.S.R.. D'ailleurs, ce dernier joue son propre rôle, et, beau joueur, avoue ne pas faire le poids face à la qualités des textes écrits par Jack, lequel passe pour un génie, car il trouve sans arrêt de nouvelles chansons des Beatles, et donc autant de tubes.

Comme on s'en doute, je suis un très grand fan des Beatles, je pense connaître leur histoire, et le film est émaillé de clins d'oeils, comme le concert donné sur le toit d'un immeuble où il chante Help !, l'apparition d'un petit sous-marin jaune, et ainsi de suite... Ce film a été pour moi un bonheur absolu, non seulement en tant que musical, mais également dans la romance, qui est très importante, représentée par la sublime Lily James (dont je crois tomber amoureux), qui est sa meilleure amie et première manager au moment où Jack chantait ses propres chansons, sans succès.
C'est exactement du feel-good movie, où on ressort heureux, mais je ne peux pas raconter la meilleure scène du film, qui est très surprenante par rapport au ton général de l'histoire, plutôt enjouée, mais elle sonne comme une morale.
Enfin, il y a quand même pas mal d'humour ; je pense à ces multiples plans où Jack va chercher Beatles sur Google, il tombe sur des scarabées, un oasis pour le nom du groupe. Sans compter le running gag qui est qu'il est régulièrement interrompu, à la fois quand il parle avec quelqu'un ou au moment de chanter au piano pour la première fois à ses parents Let it be, qui n'arrêtent pas de le couper.

Yesterday prouve non seulement à quel point les Beatles sont intemporels, le film est d'ailleurs sorti l'année du 60eme anniversaire de la création du groupe, mais qu'il peut rendre heureux tout le monde, qu'on les copie ou non.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 40 fois
3 apprécient

Autres actions de Boubakar Yesterday