👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Yi Yi sonne comme le chef d'oeuvre du cinéma taïwanais des années 2000, le film-somme d'un cinéaste parti trop tôt, qui avait encore tant à apporter à l'édifice qu'il avait lui-même bâti au cours des années 80, une époque annonçant la nouvelle vague d'auteurs taïwanais particulièrement concernés par leur pays. Dans Yi Yi on y trouve aussi bien le Taïwan moderne et ses businessmen cherchant le moindre profit que celui qui vit grandir toute une génération d'enfants et d'adolescents devenus ce qu'ils sont maintenant. Entre les contraintes professionnelles et familiales, tout ce beau monde continue de vivre, d'évoquer la vie, la mort, la famille mais aussi le souvenir, mêlant ainsi passé, présent et futur au sein d'une narration juste parfaite et emplie de grâce.

La question de la dualité (en référence au titre du film) confronte ainsi deux générations mais aussi l'idée du double, le double de NJ et Sherry avec son fils et celle qui irradie sa vie. Edward Yang juxtapose donc deux histoires (une infinie? 1+1=2, 2+2=4, nous, vous) presque identiques vécues à deux époques bien différentes, première magie, montre sous un aspect tout simplement déchirant les aléas de la vie (la grand mère sur son lit de mort, un espoir et un modèle pour sa petite fille), deuxième magie, narre avec une noirceur toute poétique l'amour de plusieurs petits groupes de personnes, des jeunes mariés qui vivent un calvaire à une famille décomposée pour déplacement professionnel et raisons médicales, en passant par la tendre étape de l'enfance où les garçons font peur aux filles (voir l'inverse) et où l'on manque son coup en jetant une bombe à eau sur la tête de son professeur tyrannique, troisième magie.

Une magie omniprésente au sein du procédé narratif. Plus spirituelle encore est la quête du petit Yang Yang, consistant à capturer la nuque des gens à l'aide de son appareil photo afin de leur montrer ce qu'ils ne peuvent pas voir, leur autre facette. Ainsi on serait également tenté de dire que Yi Yi grappille également quelques places au sommet de la grâce cinématographique rien qu'avec cette petite idée. Enfin, que dire de plus lorsque la mise en scène réglée au millimètre, inouïe de cohérence avec son sujet, délivre des instants de grâce absolue, de la première photo de mariage -sous un réarrangement musical sidérant de pureté, à l'enterrement final? Assurément l'un des plus beaux films du monde.
XavierChan
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste

il y a 11 ans

20 j'aime

4 commentaires

Yi Yi
Vazkeizh
9
Yi Yi

Critique de Yi Yi par Vazkeizh

NJ, quarantenaire au regard nostalgique, affronte le démon du midi. Une rencontre fortuite avec son amour de jeunesse sème des doutes insistants sur ce qu'aurait pu être sa vie. Chez lui, sa...

Lire la critique

il y a 11 ans

29 j'aime

7

Yi Yi
Sergent_Pepper
9
Yi Yi

Œil pour seuil.

La puissance des grandes œuvres se mesurent à plusieurs facteurs, dont un crucial qui tient à son rapport au temps. Au temps présent, qu’elle parvient à représenter ; à la mémoire du spectateur,...

Lire la critique

il y a 12 mois

23 j'aime

10

Yi Yi
TheStalker
8
Yi Yi

Vie de Famille

La Famille, c'est l'essence-même de notre Société, l'essence-même de notre Vie. Par conséquent, Edward Yang a décidé de faire le portrait d'une famille chinoise, sous la forme d'une fresque réaliste...

Lire la critique

il y a 8 ans

22 j'aime

1

The Hunt
XavierChan
3
The Hunt

Critique de The Hunt par XavierChan

Tromperie sur la marchandise, l'affiche a l'élégance porcine d'un Seul contre tous mais son contenu est en fait une grosse farce guerrière qui ne mérite en aucun cas toutes les accroches putassières...

Lire la critique

il y a 2 ans

26 j'aime

11

Yi Yi
XavierChan
10
Yi Yi

Critique de Yi Yi par XavierChan

Yi Yi sonne comme le chef d'oeuvre du cinéma taïwanais des années 2000, le film-somme d'un cinéaste parti trop tôt, qui avait encore tant à apporter à l'édifice qu'il avait lui-même bâti au cours des...

Lire la critique

il y a 11 ans

20 j'aime

4

The Velvet Underground
XavierChan
9

Critique de The Velvet Underground par XavierChan

Tout le monde, à part la bande de camés du coin, pensait le Velvet définitivement enterré dans les limbes de l'insuccès commercial, creusant tellement profondément leur propre tombe qu'ils ne...

Lire la critique

il y a 10 ans

19 j'aime

2