Avis sur

Yves Saint Laurent par l'homme grenouille

Avatar l'homme grenouille
Critique publiée par le

Expérience personnelle intéressante face à cet « Yves Saint-Laurent » : au bout de vingt minutes, n’étant absolument pas rentré dans le film, je me suis mis à accomplir une autre tâche pendant le visionnage, puis une autre, puis encore une autre, pour constater que – ô stupeur ! – l’image ne changeait finalement pas grand-chose à ma compréhension du film. Alors certes, un regard de temps à autre permettait de connaitre les lieux et les trombines, mais au-delà de ça, ce film ce n'était juste que du bla-bla. Ça parle tout le temps, et surtout ça parle pour énoncer textuellement et sans second degré les préoccupations de chacun des personnages. En gros, ça donne un peu ça. Yves : « Ah moi Yves Saint-Laurent, je suis tellement détruit de l’intérieur par l’idée de ne pas pouvoir exprimer mon génie créatif. Créer pour moi est une nécessité, et sans toi Pierre, je n’y parviendrai pas. » Pierre : « Oh mais voyons Yves Saint-Laurent ! Moi, Pierre Bergé je ne fais qu’apporter une structure et une rigueur pour que puisse s’exprimer ton génie créatif. Le génie c’est toi. La création c’est toi ! » Yves : « Oui, tu as sûrement raison, mais assez parlé de ça. Evoquons la prochaine collection en présence de ce monsieur là-bas qui s’appelle Karl Lagarfeld et que j’ai rencontré à Paris un beau matin de juillet alors que je me rendais… » etc, etc… Oui, et désolé pour ceux qui ont apprécié les efforts de maquillage, de mimétisme, de reconstitution d’époque entrepris par ce film. Moi, je ne vois que des plans rigides, sans aucune imagination, qui se contentent juste de coller une illustration sur un texte qui n’en termine jamais. Et quand ce ne sont pas les dialogues, c’est la voix-off de Guillaume Galliène et quand ce n’est pas cette voix-off, c’est cette musique abominablement commune et stéréotypée à ce genre de film et à ce genre d’époque (je comprends mieux maintenant pourquoi il n’y a pas de récompense de la meilleure bande originale aux César, qui fait vraiment cet effort en France ?) Donc au final, quand le film se finit, moi je me suis juste poser deux questions. La première : mais pourquoi avoir tourné de l’image ? Pourquoi pas plutôt un livre audio avec quelques photos des robes et des acteurs grimés ? La seconde, plus simple : mais pourquoi un biopic sur Yves Saint-Laurent ? Enfin… Qu’est-ce qu’elle a de si intéressante que cela cette histoire ? Mis-à-part le fait que le mec ckecke absolument tout ce que kiffe le petit monde bobo (il est gay, il est Parisien, il fait de la mode …), qu’est-ce qu’il a de si intéressant que ça ce gars ? Il a révolutionné le prêt-à-porter… Ouais, et alors ? Faisons un film sur les fondateurs de « La Redoute » et les « 3 Suisses » dans ce cas-là… Ce sera « so glam »… Bref, dommage… J’ai beau trouver Jalil Lespert, Pierre Niney, Guillaume Gallienne et autres Charlotte Le Bon fort sympathiques, je dois bien avouer que dans cette coquille vide, ils se sont bien révélés transparents…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 130 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de l'homme grenouille Yves Saint Laurent