Le film qui aurait dû s'intituler Yves et Pierre.

Avis sur Yves Saint Laurent

Avatar Julianne Paul
Critique publiée par le

Jalil Lespert a voulu faire le pari d'adapter à l'écran les vingt premières années de règne d'Yves Saint Laurent dans le monde si particulier et si méconnu qu'est celui de la mode. Ayant lu et entendu moult critiques à la fois grandiloquentes, sévères et flirtant avec le ni...ni, j'eus envie de me faire ma propre opinion mais étais intimement convaincue que j'en ressortirais aussi sceptique que cette année 2013 en terme de cinéma français.
Forcée de constater que le film démarre plutôt mal. Les plans sur l'Algérie en proie à la guerre, la description du cadre familial et l'introduction de Saint Laurent sont vite balayés, décousus et inutiles. Une fois qu'on entre dans le vif du sujet, le film prend une tournure beaucoup plus intéressante et ce notamment grâce à la délicieuse Charlotte Le Bon, LE personnage féminin du film. Quand on passe à 2008 pendant toute une séquence et quand la voix-off fait son entrée (bien qu'elle ait gêné pas mal de spectateurs, je l'ai trouvée juste et convaincante), on est un peu déconcerté par cette parenthèse sachant que le film ne va pas au delà de 1976. Erreur de la part de Lespert ou volonté imposée par Pierre Bergé ? Heureusement, il n'y aura pas, comme je le craignais, un montage en flash-back qui aurait insufflé beaucoup trop de pathos au film. Niney est tout simplement impeccable dans la gestuelle et la voix et déploie (enfin !) toute sa palette d'acteur qui lui promet, je l'espère, un grand avenir dans le septième art. Quand Gallienne fait son entrée, on est tout aussi bluffé par la justesse de son jeu tout en retenue qui fait réellement la force du film, son personnage de l'ombre étant le plus intéressant. Je déplore l'ellipse du coup de foudre entre les deux amants qui aurait fait gagner le début du film davantage en émotion, bien que la séquence du ballet amoureux sur les quais de Seine ponctué par de langoureux baisers est l'une des plus réussies et inaugure la passion dévorante entre les deux hommes. La lumière est tout simplement magnifique et instaure à merveille l'ambiance générale du biopic. Les scènes mettant en avant les deux hommes sont les plus intéressantes et les plus intelligentes, les jeux de miroir ainsi que les plans sur Bergé souvent dans l'ombre ou flouté derrière Saint Laurent décrivant toute la nature de leur duo, très opposé bien qu'éternel. Le défaut principal du film est que la mode et la création sont rapidement laissés de côté, les scènes de défilés étant maladroitement réalisées. Si le film prend pour angle principal la relation entre le créateur et le business man, on regrette en effet la non exploitation du côté artiste et des collections prêtées par Bergé qui auraient du être davantage sublimés. La psychologie d'Yves Saint Laurent est également mise au placard ce qui est assez décevant et frustrant pour le spectateur.
Yves Saint Laurent est toutefois un biopic assez plaisant à regarder, véritable déclaration d'amour de Pierre Bergé à l'homme de sa vie, le business man en retrait étant le personnage le plus intéressant. Le duo Niney/Gallienne fonctionne à merveille et porte le film de bout en bout avec finesse. Ce n'est pas un film sur un homme mais sur un duo, un yin et un yang, deux âmes sœurs que les épreuves n'ont jamais pu séparer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 371 fois
2 apprécient

Autres actions de Julianne Paul Yves Saint Laurent