👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Remarques diverses en cours de visionnage.
Au vu de l’exposition foutraque et colorée, ça sent le petit film aussi laborieux que prétentieux. Ça va dans tous les sens, ça brasse des thèmes éculés au possible en se prétendant d’anticipation. La ville est envahie par la pub, la réalité virtuelle prédomine, impressionnant d’originalité.
L’avantage des films fauchés, c’est que le numérique coûte de moins en moins cher. On en fout partout et le décor se substitue à la narration.
Bon, force est de constater qu’elle est meugnone, la frenchie. Le réal a du profiter d’une promotion canapé pour la faire prolonger les séances à l’écran : le décolleté est de plus en plus échancré, et tiens, la voilà à poil dans le cosmos. En revanche, Waltz torse et crane nu, ça décape un peu la classe passée. L’uniforme nazi lui sied mieux, finalement.
C’est une brochette de guests, à se demander ce que foutent toutes ces stars dans cette galère. C’est sûr, un crâne de gland, une mâchoire de jument ou des cheveux blancs, ça claque dans le book, mais franchement, difficile de ne pas y voir des casseroles qui vont vieillir avant l’heure.
La question, c’est la position adoptée sur toute cette laideur : c’est cynique ou pas ? La plage, le sexe, le salmigondis numérico-pilosophique, c’est du foutage de gueule ?
Si oui, c’est raté.
Sinon, c’est pire.
Maintenant que j’y réfléchis, ça me dit quelque chose, tout cet ersatz d’univers. Ces écrans multiples, ce regard désenchanté sur une société déshumanisée, ce final onirique, ces détails qui chez le maitre avaient du sens et ici en sont totalement dénués, comme les rats qui considèrent l’appart comme un buffet à volonté, le nain, les caméras de surveillance sur le crucfix…
Bon sang, mais c’est bien sûr ! Ce tâcheron a pompé Terry Gilliam ! Voilà un gars qui savait faire des films, et dont la forme s’accordait au propos, ne sacrifiant pas la cohérence et le fond sur l’autel du baroque gratuit. M’enfin, c’était il y a longtemps, tout ça, avant le numérique, avant l’ère de la citation des faiseurs de pellicule.
Ce film est à Brazil ce qu’était Canada Dry à de l’alcool.
Mais sans bulles.
Bref, oublions vite, et attendons donc de voir si la gloire flétrie ici odieusement pompée avec les pieds retrouvera le chemin des plateaux avec Don Quichotte… Là, les disciples impuissants n’auront plus qu’à fermer leur gueule.
Sergent_Pepper
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Science Fiction, Mélange des genres, Dénonciation, Vus en 2014 et Flops 2014

il y a 8 ans

49 j'aime

7 commentaires

Zero Theorem
Samu-L
8
Zero Theorem

Zero est égal à 100%

Je pense qu'on peut m'accuser de ne pas être objectif face à Terry Gilliam et à son nouveau film. Ben vous savez quoi, l'objectivité, je l'emmerde! Les acteurs sont excellents (Christoph Watlz est...

Lire la critique

il y a 8 ans

82 j'aime

13

Zero Theorem
Hypérion
6
Zero Theorem

Black holes and (no)revelations

Terry Gilliam qui remet le pied à l'étrier de la SF, je ne pouvais pas passer à côté. Une fois la séance achevée, je me suis retrouvé bien en peine de démêler mes impressions sur ce Zero Theorem. Un...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

Zero Theorem
Sergent_Pepper
3
Zero Theorem

Canada dry

Remarques diverses en cours de visionnage. Au vu de l’exposition foutraque et colorée, ça sent le petit film aussi laborieux que prétentieux. Ça va dans tous les sens, ça brasse des thèmes éculés au...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

7

Lucy
Sergent_Pepper
1
Lucy

Les arcanes du blockbuster, chapitre 12.

Cantine d’EuropaCorp, dans la file le long du buffet à volonté. Et donc, il prend sa bagnole, se venge et les descend tous. - D’accord, Luc. Je lance la production. On a de toute façon l’accord...

Lire la critique

il y a 7 ans

710 j'aime

103

Once Upon a Time... in Hollywood
Sergent_Pepper
9

To leave and try in L.A.

Il y a là un savoureux paradoxe : le film le plus attendu de l’année, pierre angulaire de la production 2019 et climax du dernier Festival de Cannes, est un chant nostalgique d’une singulière...

Lire la critique

il y a 3 ans

648 j'aime

46

Her
Sergent_Pepper
8
Her

Vestiges de l’amour

La lumière qui baigne la majorité des plans de Her est rassurante. Les intérieurs sont clairs, les dégagements spacieux. Les écrans vastes et discrets, intégrés dans un mobilier pastel. Plus de...

Lire la critique

il y a 8 ans

578 j'aime

53