👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Même Pythagore et Thalès se sont cassés les dents !

J'ai une tendresse particulière pour le bon vieux Terry, je lui dois même beaucoup. C'est en découvrant ses légendaires Monty Python que j'ai pu m'apercevoir du potentiel comique anglais jusqu'alors insoupçonné, c'est en partie grâce à lui si je me suis intéressé à la culture Britannique et qu'à l'adolescence, j'écoutais les Clash et Bowie en boucle. Par la suite, c'est le réalisateur qui sommeillait en lui qui a su me fasciner, son Twelve Monkeys continue de me hanter, quant à son extraordinaire Brazil, il restera gravé dans ma mémoire à tout jamais et fait parti de cette élite de récits qui prend tout son sens et se savoure encore davantage à chaque fois qu'on posera à nouveau son regard sur lui. Je lui pardonne même des erreurs de parcours comme son vilain The Imaginarium of Doctor Parnassus, son très médiocre " The Brothers Grimm " ou même ce délire épileptique auquel je n'ai pas vraiment adhéré à savoir Las Vegas Parano.

Avec son dernier née, je ne partais pas un enthousiasme débordant mais plutôt avec une certaine curiosité, cependant une fois les lumières tamisées et l'introduction lancée, j'ai rapidement été enchanté...
En effet, rien ne pouvais me faire plus plaisir, dès le début, le parallèle avec Brazil est légitime, en faisant la connaissance de cet étrange informaticien campé par un Christoph Waltz nu et chauve qui attend un coup de téléphone qui lui révélerait enfin le sens de sa vie, le ton est rapidement donné.
D'autant que l'esthétique unique du père Gilliam est au rendez vous, et elle n'est jamais aussi réussie que lorsque il peut laisser libre cours à son imagination et son goût prononcé pour le papier mâché. De quoi décorer au mieux ce Londres futuriste à la fois décalé et mesuré se rapprochant parfois d'un Gotham Burtonnien, empreint d'un côté glauque sous-jacent particulièrement efficace. Si Spike Jonze en traitant le thème de la solitude des hommes dans un monde ultra-connecté et contrôlé a choisi un angle mélancolique baigné dans une atmosphère presque apaisante, Terry lui prendra plutôt la porte du sordide. Fort de son expérience qui 30 ans plus tôt dépeignait une société totalitaire et absurde avec une pertinence hallucinante notre septuagénaire s'offre un nouveau film dérangeant et angoissant dans lequel l'unique salut viendra d'une prostitué interprété par une Mélanie Thierry séduisante et pleine de charme ( si je pensais dire ça un jour ). Celui qui te donne l'impression que de n'être qu'un petit poisson dans un bocal qui tourne en boucle sans le moindre but mais qui paradoxalement attise une curiosité malsaine grandissante.

En fin de compte, Gilliam n'est jamais aussi bon que dans le traitement d'une bonne dystopie acerbe et cynique à souhait, celle dans laquelle les personnages ont tous une tare incurable totalement rongés par des questions qu'il vaudrait mieux éviter se se poser. Complètement déjanté, sombre et anxiogène, Zero Theorem frappe fort malgré un côté un peu frustrant et une impression d'immense potentiel loin d'être exploité dans une fin un peu bâclée, j'ai tout de même entraperçu ce que j'aime tant chez ce doux dingue de réalisateur et cette étincelle de talent que je pensais définitivement perdue a pu renaitre de ses cendres.
Zero Theorem
Samu-L
8
Zero Theorem

Zero est égal à 100%

Je pense qu'on peut m'accuser de ne pas être objectif face à Terry Gilliam et à son nouveau film. Ben vous savez quoi, l'objectivité, je l'emmerde! Les acteurs sont excellents (Christoph Watlz est...

Lire la critique

il y a 7 ans

82 j'aime

13

Zero Theorem
Hypérion
6
Zero Theorem

Black holes and (no)revelations

Terry Gilliam qui remet le pied à l'étrier de la SF, je ne pouvais pas passer à côté. Une fois la séance achevée, je me suis retrouvé bien en peine de démêler mes impressions sur ce Zero Theorem. Un...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

Zero Theorem
Sergent_Pepper
3
Zero Theorem

Canada dry

Remarques diverses en cours de visionnage. Au vu de l’exposition foutraque et colorée, ça sent le petit film aussi laborieux que prétentieux. Ça va dans tous les sens, ça brasse des thèmes éculés au...

Lire la critique

il y a 8 ans

49 j'aime

7

Interstellar
Gwimdor
10
Interstellar

All you need is love, love, love, love...

Aïe Aïe Aïe, nous y voilà, Interstellar, le film dont on ne doit pas prononcer le nom, celui qui déchaîne les passions, film de la décennie pour certains, arnaque pour d'autres. Déjà moqué pour ces...

Lire la critique

il y a 7 ans

480 j'aime

23

Mad Max - Fury Road
Gwimdor
9

My Name is Max, Mad max !

Putain........................... Du moment où les lumières se tamisent jusqu'au générique de fin laissant traverser le nom de Georges Miller, je suis resté scotché dans mon siège, halluciné par le...

Lire la critique

il y a 7 ans

299 j'aime

27

Whiplash
Gwimdor
8
Whiplash

Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, J.K FUCKING SIMONS

J'ai quitté la salle il y a quelques heures maintenant, et pourtant j'entends encore les baguettes claquer contre les cymbales avec une fougue hors norme, ais-je perdu la raison ou suis-je encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

249 j'aime

5